Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La force de tuer
Théâtre des Déchargeurs  (Paris)  août 2007

Drame de Lars Noren, mise en scène d'Adrien Lamande, avec Jean-Baptiste Azema, Lou Wenzel et Julien Villa.

"La Force de tuer" écrite en 1978 est une des premières pièces de Lars Norén, dramaturge Suédois né en 1944 et dont l'oeuvre, sombre et controversée, explore la nature humaine dans une écriture forte au dialogue souvent brutal et réaliste.

Décor minimaliste : deux chaises (dont l'une n'a pas de dossier), une table, un lit : c'est le logement du fils. Le fils va tuer le père. On le sait puis on le voit. Et l'on va remonter le temps, passant du dîner de la veille avec la petite amie du fils, à l'arrivée du père dans l'appartement.

D'entrée, deux choses nous étonnent : d'abord, le père et le fils sont joués par des comédiens du même âge et ensuite, la chronologie du texte a été modifiée. Après ces surprises de départ, on est littéralement happé par ce cauchemar sans issue et ces choix se révèlent même être assez judicieux.

Le jeune metteur en scène Adrien Lamande, dont c'est une des premières mises en scènes, s'amuse beaucoup et ça se voit. Mais hormis le côté farce de l'absurde et grand-guignol de cette tragédie filiale, il montre brillamment la complexité de chacun des personnages à travers des séquences éclatées, "remixées" et même hallucinatoires, semblant sorties de l'imagination des interlocuteurs. Il jongle avec les références, les rythmes et impose son style tantôt réel, tantôt onirique. Kaléidoscope d'images revisitant ce fait divers à travers un prisme déformant, il met en relief la tension qui s'installe.

Et même s'il use et abuse parfois d'artifices un peu faciles ou déjà vus (le classique du trou de texte par exemple), Adrien Lamande ose et disloque le texte de Lars Norén sans rien perdre de cette ambiance pesante où malaise et compassion s'installent à l'égard des protagonistes et où cette partition jouée désaccordée met en exergue la folie dormante.

Les trois comédiens sont épatants et, de toute évidence, dirigés avec talent. Julien Villa plein de frénésie contenue révèle le mal-être de ce fils enfermé dans sa carapace qu'il ne peut quitter sans recours à la violence. Sa présence est brute et sa révolte assourdissante. Jean-Baptiste Azema compose un père à la dérive et pitoyable. Il est plus que convaincant et joue avec une grande subtilité ce personnage hagard. Lou Wenzel enfin, féline, irradie dans le personnage déclencheur de Rodka, avec le regard ahuri de celle qui cherche à comprendre, toute empêtrée qu'elle est dans ses propres contradictions.

On peut ne pas rentrer dans ce délire hypnotique mais on est obligé de reconnaître que c'est gonflé, incisif et que cette vision de la pièce rend bien compte des luttes intérieures de ces personnages de chairs et de sang, magistralement construits par l'immense auteur Suédois.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=