Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Don Nino - James Blackshaw - Chris Garneau
La Maroquinerie  (Paris)  11 septembre 2007

Les festivals estivaux à peine achevés, force est de constater que les salles de la capitale peinent encore à se remplir en ce début septembre. Et les parisiens de réserver leurs faveurs à quelques grosses pointures : Devendra Banhart, Sonic Youth et ce soir là, Yo La Tengo.

Guère de spectateurs donc pour une des affiches les plus alléchantes de la rentrée : Don Nino, Chris Garneau et James Blackshaw. Comme de bien entendu … à la Maroquinerie.

En ouverture - mais tête d’affiche dans nos cœurs -, l’époustouflant James Blackshaw.

A moins de vingt-cinq ans, cet anglais possède déjà cinq albums au compteur. Ainsi qu’une personnalité et un style des plus atypiques de nos jours : des ragas à la guitare folk à la manière de John Fahey ou Robbie Basho. Inutile de préciser que le garçon excelle dans le maniement de son instrument : picking, arpèges démentiels, rien ne lui résiste ...

Son passage aux Instants Chavirés de Montreuil nous avait profondément enthousiasmé au printemps dernier mais ce soir, il sera plus touchant encore. Le contrat avec lui déborde de simplicité : à sa charge la bande-son, les émotions, à la notre la création de l’imaginaire visuel.

Grosse grosse impression, illustrée à merveille par l’onirique "Transient Life In Twilight" en rappel.

Le minimalisme comme fil conducteur de la soirée : après un James Blackshaw seul avec sa douze cordes, place maintenant à Chris Garneau, seul avec son clavier.

De ce jeune garçon, on ne connaît rien. Mise en scène réduite au strict nécessaire, Chris Garneau propose un spectacle magnifique en toute simplicité, sans prétention, ponctuant sa prestation d’un hommage vibrant à feu Elliott Smith.

Les quelques dizaines de spectateurs ne boudent pas leur plaisir conviant le jeune américain à un rappel inattendu.

Tête d’affiche pour deux soirs, arrive dans la foulée le vénérable Don Nino, échappé de NLF3 et récemment auteur d’un acclamé recueil de reprises.

Ambiances sombres, uniquement accompagné d’un batteur, Don Nino échafaude par couches successives les jolies symphonies indie-pop de son répertoire ou revisite celui de ses maîtres avec plus ("Dominoes" de Syd Barrett, "Kiss" de Prince) ou moins ("A Day In A Life" des Beatles) de réussite.

Une soirée parfaite, où, sans apparat, la musique triomphe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Keyboard Songs de Don Niño
Don Nino en concert au Point Ephémère (26 janvier 2005)
Don Nino en concert à La Flèche d'Or (6 juillet 2007)
Don Nino en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Chris Garneau dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album El Radio de Chris Garneau
Chris Garneau en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
L'interview de Chris Garneau (29 juillet 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Don Nino
Le site officiel de james Blackshaw
Le site officiel de Chris Garneau

Crédit sphotos : Syx


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Chris Garneau (29 juillet 2009)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=