Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rhésus
Interview  (Paris)  septembre 2007

Après une journée d'interviews, Froggy's récupère un les Rhesus, frais, ..., encore ? Le groupe caché derrière frange, galurin, froc moulant et bretelles, semble à l'aise, aguerri par une journée d'interview. Sourires toutes dents devant, Positifs les Rhesus.

Salut, pour commencer on voudrait vous faire écouter un morceau d’un jeune groupe et on aimerait avoir vos réactions (on passe le single "HeyDarling" » et le laisse tourner quelques poignées de secondes). Quelles sont vos impressions maintenant, une fois le bébé sorti ?

Aurélien : C’est toujours d’actualité! Moi je suis super fier de ce qu’on a fait, de la chanson, de la façon dont on l’a enregistré, mixé.

Simon : C’est un peu particulier, car "Hey Darling", est la chanson que l’on a le plus écouté ces derniers temps. On a fait un clip, c’est celui qui est mis en avant pour l’instant. J’ai l’impression d’avoir encore bien la tête dedans. J’aimerai bien, après nos petites vacances qui vont bientôt arriver, pouvoir le réécouter pour avoir un regard neuf. Là, on a encore bien la tête dans la piscine ... et l’eau est bonne !

Quand l’avez vous fini justement cet album ?

Simon : On a fini de le masterisé le1er mars exactement. On l’a fait en deux petits mois et donc l’a fini depuis trois mois maintenant.

Et justement, que faites-vous depuis ?

Aurélien : On est en promo, on fait des petits concerts, une sorte de pré-tournée.

Simon : C’est histoire de ne pas perdre la main avant la grosse tournée qui va avoir lieu en octobre.

Aurélien : Quelques concerts par mois, on teste les nouvelles set-list...

Simon : A chaque nouveau concert, des gens découvrent Rhésus

Aurélien: En plus, on est intermittents du spectacle, on vit de ça et on ne peut pas se permettre de tout arrêter, on ne peut pas vivre des ventes d’albums.

Quel est votre rapport album/concert ?

Aurélien : C’est très dur pour un groupe comme nous de pouvoir vivre de la vente de nos disques.

Simon : Le disque n’est pas un alibi à la tournée, comme ça peut être pour d’autre.

Aurélien : Il faut aller vers les gens, on ne passe pas sur de gros média radio, télé... Il faut que l’on amène la musique aux gens et ça c’est plutôt par les concerts.

Donc, plutôt groupe de scène que de studio ?

Simon : On vend quand même des disques, ce n’est pas anecdotique. Seulement la vie de groupe que l’on a en France, on aimerait bien l’avoir dans d’autres pays. On a commencé en Suisse, en Belgique, en Allemagne, et on aimerait bien confirmer dans tous ces pays. On voudrait continuer à défricher en Europe, aller jouer en Espagne, en Scandinavie et même au Canada. Ce sont vraiment des choses que l’on a envie de faire.

Le choix de l’anglais est fait pour s’adresser au plus grand nombre ou parce que vous avez baigné dans cette musique ?

Aurélien : En fait, je ne me suis jamais posé la question de la langue avant que l’on me la pose dans les interviews. Quand j’ai commencé à écrire à 16-17 ans, je pompais les trucs que j’écoutais à l’époque, c’est à dire de la musique américaine ou anglaise qui me berçait et me parlait. En plus je n’ai pas du tout une culture de musique française ou de rock français. Quand tu chantes tes premiers trucs, tu ne peux pas inventer quelque chose que tu n’as jamais écouté. Après ce n’est pas calculé, on ne s’est pas dit, tiens on va faire de l’anglais pour toucher plus de monde et jouer plus facilement à l’étranger.

Avec les quotas de chanson francophone à la radio, il y a quand même un moment où la question s’est posée ?

Aurélien : Oui c’est sûr, notamment au moment où on cherchait une maison de disque. On a même essayé, mais ce n’est pas notre truc.

Laura : A partir du moment que c’est quelque chose d’émotionnel, qui vient de soi, tu ne peux pas le casser. Tu peux éventuellement le formater. Ça sonnera faux si ce n’est pas vraiment toi.

Dans les pays dans lesquels vous aimeriez tourner, vous n’avez pas cité de pays anglo-saxons

Simon : Tu penses à l’Angleterre, j’imagine. Mais ce n’est pas une fixation, car c’est un marché vraiment à part. C’est là où tout se passe, et il y a déjà pleins de Rhésus. Mais c’est une histoire de maison de disques, de business. L’Angleterre pourquoi pas, s’il se passe quelque chose pour nous là bas, si des gens y travaillent pour nous ou si on fait la BO d’un film. Mais on ne peut pas attaquer l’Angleterre, comme on attaque un autre pays. On a des agents en Belgique, en Allemagne, ce sont des pays où il y a de la place. Mais l’Angleterre ... tous les groupes tueraient leur mère pour signer là bas.

Laura : La concurrence est déjà tellement élevée entre eux, alors nous qui venons de l’extérieur ...

Simon : Nous on a notre petite bizarrerie française...

Aurélien : Et c’est plutôt ça qu’il faut essayer de cultiver plutôt que d’essayer à tout prix de marcher sur leurs plates bandes. Ils feront toujours mieux, car c’est eux qui l’ont inventé !

Vous vous sentez un peu complexé ?

Simon : Non, différent. Il ne faut pas avoir honte de ce côté français.

Qui est ?

Simon : De part nos origines, et de notre nationalité, du fait que l’on écoute quand même quelques trucs français... Je suis sûr que l’on retrouve une part de spécificité française dans notre musique, mais difficile à définir.

Aurélien : La plupart des groupes anglais appartiennent à une scène renfermée sur elle même. Chaque groupe sonne d’une manière précise sur tous ses morceaux, et le fait que l’on soit un peu extérieur à tout ça.

Simon : On n’a pas un répertoire très homogène au niveau son et de l’attitude.

Eclectisme dans l’homogénéité?

Aurélien : Oui, c’est assez ça.

L’album a un côté live, direct, comment c’est passé l’enregistrement ?

Simon : A la sortie de la tournée Sad Disco, on s’est plus que jamais rendu compte de ce qui fonctionnait ou pas, de ce que l’on pouvait faire à trois, comme dans un local de répet, sans rajouter des couches et des couches de guitares sur un ordinateur. On voulait retranscrire ça, le groupe qui joue dans un local de 12m², sans compromis. Et les concerts ont beaucoup aidé, notamment par rapport au premier album où les morceaux ont été conçus sans penser au live.

Là c’était l’inverse. A force d’avoir passé toute une année à tourner, à galérer à essayer de retranscrire sur scène certains morceaux de l’album précédent, il y avait parfois un décalage avec les gens qui aimaient bien le concert mais qui avaient du mal à accrocher l’album, alors que c’étaient les mêmes morceaux. Pour cet album on a essayé de réduire ce grand écart, de faire quelque chose plus proche de ce qu’on est vraiment en tant que groupe.

Vous avez essayé les morceaux en live avant de les mettre en boite ?

Aurélien : Oui on les a joués. Ça a été un bon exercice, on a pu les modifier au niveau des structures, des tempos... On a gardé beaucoup de traces d’enregistrements et quand on a travaillé ensuite avec notre réalisateur on lui donné à chaque fois les morceaux dans toutes les versions possibles : les versions live, les démos du début, de la fin... Les concerts ont permis de faire progresser les morceaux.

Simon : Et il y a aussi les accidents dans les concerts. Une fois Aurélien n’a pas chanté comme d’habitude et on l’a gardé.

Vous avez fait des concerts en première partie et vous êtes maintenant de plus en plus en tête d’affiche.

Aurélien : Sur la tournée, c’est assez équilibré. Soit on fait la première partie d’un groupe plus gros, soit on fait partie d’un plateau avec deux autres groupes, soit on est en tête d’affiche. Les premières parties sont l’occasion pour pleins de gens de nous découvrir comme lors du concert des Artic monkeys à l’Elysée Montmartre. Mais de plus en plus, on est en tête d’affiche et c’est très agréable de jouer dans des salles de 300-400 personnes dans ces conditions car les gens ont vraiment payé pour venir te voir.

Vous pensez que le public sait que vous êtes Français ?

Simon :Non, majoritairement pas mais c'est arrivé que l'on nous parle en Anglais à la fin d'une émission,(le Fou du Roi sur France Inter), mais finalement on s'en fout; le plus important c'est la musique tu vois, un des groupe que j'adore en ce moment c'est Shout Of Love, ils chantent en Anglais et ils sont Suédois.

Votre évolution par rapport au précédent album ?

Aurélien : De la liberté, on a osé plus de choses sur celui-là, on est allés plus à l'éssentiel, plus adulte, plus besoin d'en mettre huit couches.

La méthode d'enregistrement a elle aussi évolué ?

Aurélien : Oui, on a favorisé une méthode d'enregistrement plus live, on a essayé de garder les prises faites tous les trois, certains des morceaux de l'album sont intégralement enregistrés comme ça, pour garder cet espèce de Groove que tu ne retrouve pas sur des prises faite avec un Click. Le résultat est plus cohérent.

Laura : Le fait de jouer ensemble, de se voir durant les prises, ça se retrouve sur le disque , on sent l'espace de la cabine, c'est une belle photo, avec des petits défauts mais au moins authentique, à l'image de ce que nous sommes en Live.

C'est ce que vous montrez sur votre site avec "Rhesus TV" ?

Simon : Oui, car un groupe ce n'est pas qu'un concert et un disque, c'est les à cotés, le processus créatif, nous sommes hyper friands des groupes que j'aime bien, aller sur leurs blogs, télécharger les Goodies, on c'est dit que nos fans aimeraient bien retrouver la même chose. Nous ne mettons pas cela en avant pour faire découvrir le groupe, disons que c'est un bonus. On c'est bien amusé à le faire, c'est notre "Les Yeux dans les bleus à nous"

Quel est le regard que vous portez sur vos fans ?

Laura : J'ai un regard un peu ambivalent, la plupart du temps c'est génial, car la relation est simple, ouverte et claire, et parfois les réactions sont trop vives. Je suis un peu naîf, ay début, tu laisse tyon numéro à un type et finalement il te rappelle tous les jours. La frontière est mince car la relation est ambigue, on ne sait plus si ce sont des amis, des fans, des amis-fans, des fans-amis.

On retrouve dans votre son, une certaine "Belgitude", ce son qu'ont les groupes belges, au niveau de la production, comment l'expliquez-vous ?

Aurélien : Oui, voilà un pays où la langue n'est pas Anglaise mais ils sont totalement décompléxés de chanter en Anglais, personne la bas pour leur dire : "Pourquoi vous ne chantez pas en Belge?" Ils n'ont pas l"héritage de Noir Désir.

Vous vous sentez proche de cette scène, et le "Baby Rock" dans tout ça ?

Aurélien : Le "Baby Rock" ça nous laisse Indiférent, c'est insignifiant; J'ai l'impression qu'on ne fait pas la même chose.

Simon : On se sent plus proche de la scène Belge, Charco, Girls in Hawai, Deus. Aurélien : On sest plus dans cette dynamique là. Le "babyrock" ne parle pas de musique, nous si.

Vous écoutez quoi dans le bus de tournée ?

Aurélien : C'est celui qui conduit qui met la musique... En gros de la merde. (rires)

Simon : Le dernier album de Marilin Manson, le dernier Feist, death cab for cuttie, The National, ...

Rien de Français ?

Laura : Si moi j'aime beaucoup Serge Reggiani !

Simon : C'est qui Serge Reggiani ? Sinon quelques trucs, genre Miossec, le premier album de Luke, quelques Dionisos, Dominique A, le premier album d'Eiffel, le dernier album de phenix c'est tout.

Les projets ?

Aurélien : Le disque sors fin septembre, on a un single qui tourne Hey Darling.. Une tournée en prévision, et on espère la sortie de notre disque à l'étranger.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Meanwhile (at) the party de Rhesus
La chronique de l'album Sad Disco de Rhésus
Rhésus parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album The Fortune Teller Said de Rhesus
Rhésus en concert à La Maroquinerie (20 octobre 2005)
Rhésus en concert au Nouveau Casino (14 décembre 2005)
Rhésus en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Rhésus en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (vendredi)
L'interview de Rhésus (11 juin 2004)
L'interview de Rhésus (26 septembre 2005)
L'interview de Rhesus (26 avril 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Rhésus

Interview réalisé par Big Ben et Anton, retranscrit par Anton


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=