Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Electric Soft Parade - The Love Bandits - Tim Keegan - Strange Death Of Liberal England
La Maroquinerie  (Another Record)  18 octobre 2007

Faible affluence ce jeudi pour l’Inrocks Indie Club d’octobre. La faute à une piètre affiche ? Sûrement pas car, après les Raveonnettes en septembre, c’est au tour de Electric Soft Parade d’effectuer un retour tonitruant, un nouveau disque sous le bras. Plutôt la faute à une magnifique grève des transports en commun parisiens.

Début des hostilités avec The Love Bandits, la plus américaine des formations françaises. Inutile de tergiverser, les parisiens ont donné, devant quelques dizaines de happy fews, la prestation la plus réjouissante de la soirée.

Rien de neuf pourtant sous le soleil avec un blues-rock-psyché réconciliant les Bluesbreakers époque Beano avec ceux de Barewires, le Paul Butterfiled Blues Band ou encore les Yardbirds toutes périodes confondues. La qualité d’exécution et la fraîcheur du groupe emportent le morceau. A suivre absolument.

Que dire ensuite de Tim Keegan ? Seul à la guitare sèche, le jeune homme dispense un spectacle agréable sans pour autant renverser le public. Expérience à reconduire néanmoins.

Place maintenant à Strange Death Of Liberal England. Vue la prétention revendiquée par leur nom, ces anglais ne peuvent que susciter la division. A peine leur prestation achevée, force est de reconnaître que l’on tient là une des plus belles horreurs vues cette année.

Strange Death Of Liberal England se présente sous la forme d’un collectif de musiciens échangeant leurs instruments et bidouillant tout ce qui passe à leur portée. On pense à Architecture In Helsinki, Broken Social Scene mais surtout à Arcade Fire. Lorsque l’on précise que leur musique oscille entre élans lyriques et passages rythmés, on ne peut s’empêcher de refaire le parallèle avec les auteurs de Funeral. Si l’on ajoute que l’alliance des chœurs masculin/féminins avec une voix très Win Butler évoque encore et toujours le même groupe de Montréal, on commence à ressentir un certain malaise.

Ainsi à la vue de ces éléments, il serait parfaitement inexact de qualifier leur musique d’hommage - aussi pataud soit-il - ou de répertoire sous influence, mais plutôt d’un plagiat assez honteux d’Arcade Fire. En version totalement ratée qui plus est : la grandiloquence de la musique et l’attitude empruntée du frontman n’ayant d’égal que la médiocrité du résultat. Une vaste blague en somme. A fuir impérativement.

De Electric Soft Parade demeuraient des souvenirs émus d’une tournée en 2002, d’un excellent album dans la foulée et puis plus rien suite à leur limogeage sans ménagement de chez BMG. A peine a-t-on entendu parler des Brakes, projet pop monté avec Eamon Hamilton, ex-claviériste de British Sea Power.

Comme pour se rappeler aux bons souvenirs des fans, les frères White attaquent sans tarder "Silent To The Dark", fer de lance de leur première tournée. Mais dans une version des plus sages. Loin du buzz médiatique de leurs jeunes années, les frères White semblent ce soir heureux de goûter à des retrouvailles avec leur public, quitte à mettre - temporairement - de côté, certaines ambitions artistique. Au point d’inviter au chant un mystérieux ami, sorte de baba-glam androgyne pour un résultat … mitigé.

Les extraits de leur nouvel opus, No Need To Be Downhearted, ne dépareillent aucunement au milieu des titres plus anciens ; le show se déroulant sans le moindre remous. Le quatuor de Brighton nous avait habitué à des prestations moins lisses, mais ne soyons pas trop impatients, Electric Soft Parade vient à peine de faire son retour. Suite au prochain épisode.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The American Adventure de Electric Soft Parade
The Love Bandits en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (jeudi)
La chronique de l'album Forward March ! de The Strange Death of Liberal England
Strange Death Of Liberal England en concert au Festival Primavera Sound 2008

En savoir plus :

Le site officiel de Electric Soft Parade
The Love Bandits sur MySpace
Tim Keegan sur MySpace
Le site officiel de Strange Death Of Liberal England


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=