Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nous nous cacherons sous des pluies de feuilles sèches (et nous attendrons encore, le sifflement de la correspondance)
Arènes de Nanterre  (Paris)  novembre 2007

Spectacle conçu et mis en scène par Cédric David avec Florence Balazuc, Tanguy Belbeoc'h, Leslie Corbery, Xavier Depoix, Luc Ducros et Natalia Dufraisse.

J'ai assisté hier à un moment de théâtre marquant comme ont pu l'être, dans leur temps, les premiers spectacles du Théâtre du Soleil. Certes, le résultat n'est pas parfait (mais sur 5 heures de spectacle on a forcément un peu de déchet). Néanmoins, on a affaire à un grand spectacle qui fera date. Un voyage extraordinaire et hors du temps.

C'est l'histoire d'un maire qui, pour des prétextes douteux d'épidémie, déclare l'état d'urgence dans son village et en ferme les portes aux entrées comme aux sorties. Un convoi qui transportait des porcs venant s'accidenter là fournira l'essentiel de l'alimentation locale. C'est l'histoire d'un tyran mais aussi de toutes les tyrannies passées et à venir.

Il y a d'abord le texte (mélangeant les improvisations des comédiens et l'écriture de Cédric David). La langue y est belle, ciselée et parvient même à faire passer une redondance assumée.

Il y a encore et surtout une troupe solide, étonnante, endurante, ébouriffante, douée qui dégage une envie et une abnégation qui mérite le plus grand respect.

Il y a enfin un metteur en scène Cédric David, qui n'en est pas à son coup d'essai et qui, fort de ses expèriences précédentes et de ses modèles (Ariane Mnouchkine ou le Théâtre de l'Est) ose une oeuvre audacieuse, puissante et incisive.

Toiles ocres arrimées à des mâts de bambou, la scénographie permet des ambiances multiples en utilisant les éclairages, les ombres et offre des images magnifiques comme celle d'un panier d'osier dansant sur des flots mordorés.

Quelque part entre Ubu roi, Shakespeare et Kusturica, l'histoire de ce maire, emporté par son despotisme et les dommages collatéraux crées par sa folie, est une grande épopée lyrique et flamboyante qui nous fait croiser des personnages inoubliables et alterne séquences chocs et moments de vie pour dessiner une fresque forte et corrosive sur une musique magique de Laurent Andrieu qui accompagne cette pièce en lui donnant un souffle romanesque et l'emporte vers la réussite.

Clowns, marionettes, film muet, grand-guignol, théâtre inter-actif : tous les genres sont mélangés pour produire une oeuvre truculente et poétique qui pose des vraies questions et nous interpelle au plus profond de nos consciences endormies par trop de "télévision paillettes".

Avec ce spectacle, le Théâtre des Egrégores (qui signifie : fées naines qui engendrent des géants) frappe un grand coup et, sans faire mouche à chaque fois, propose un spectacle enthousiasmant à l'intérieur duquel se cachent des scènes d'une perfection absolue.

Ce spectacle fleuve, même avec de la couenne dont on aurait pu se passer mais qui lui donne aussi son authenticité, est une oeuvre nécessaire. On a affaire à une création dense qui restitue au théâtre sa vocation première : être en résonance avec le monde et défendre des idées (tout en divertissant). Et ça, cette jeune compagnie le réussit fort bien.

Difficile de tenir concentré tout le long de cette épopée qui peut certainement gagner encore en percussion en resserrant les boulons par ci-par là, mais au delà, pour voir au moment du salut toute la troupe, exsangue et vidée, on comprend que le mot "engagement" prend ici tout son sens et on est heureux et fier d'avoir partagé avec eux cette expèrience là.

Un spectacle unique et les débuts d'une grande compagnie qu'il faut absolument aller applaudir.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=