Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Inrocks Motorola 2007
Bloc Party - I'm from Barcelona - Does it offend you, yeah ?  (Le Zénith )  12 novembre 2007

On est que lundi soir mais c’est déjà la course dès la sortie du bureau parce que, lorsque l’on a sa place pour le festival des Inrocks, mieux vaut se pointer à l’heure de début des concerts indiquée et ne pas compter sur l’indulgence des organisateurs via à vis d’un public peu pressé. J’ai déjà pu le constater lors de la soirée d’ouverture jeudi à la Cigale. C’est donc en fonction marche rapide que je me dirige vers la sortie du métro pour me rendre compte que 5 minutes plus tôt il était déjà 19h.

Bon mais ça va, je n’ai plus qu’à passer en mode sprint pour finir et ça devrait le faire. Mais c’est bien sûr sans compter sur la perte totale et subite de mon sens de l’orientation ! (comment ça je suis une fille ?) Je me prends donc à errer comme une âme en peine dans cet immense et beaucoup trop obscur parc de la Villette où je ne fais donc pas du tout la maligne. Bref, il est cette fois plutôt dans les 19h30 lorsque les tourniquets du Zénith tournent enfin pour moi.

En faisant des calculs compliqués, je m’autorise à penser que puisqu’il n’y a ce soir que quatre groupes, il est possiblement possible que la ponctualité militaire n’ait pour une fois pas été complètement respectée. Encore pleine d’espoir, j’agresse donc le premier venu pour lui demander entre deux reprises de mon souffle si les festivités n’ont bien pas encore commencé, comptant ainsi orienter sa réponse.

C’est donc avec une mine toute déconfite que j’accueille un : "Ah si, le premier groupe vient tout juste de terminer". Et m…… "et c’était quoi au moins ?". "Les New Puritans". Tant qu’à en être là, on peut poursuivre un peu la conversation, alors : "et tu as trouvé ça comment ?", "bof, vraiment pas génial, le chanteur semblait juste sorti d’une cour d’école".. Bon, je me console en me persuadant que je n’ai a priori pas loupé grand-chose.

Et puis du coup je peste un peu car apparemment les changements de plateau traînent en longueur et il faut attendre un bon moment avant que les Does it offend you, yeah ? (vous aurez noté comme moi la grande tendance des groupes en yeah) ne montent sur scène. J’avoue, je suis une totale néophyte alors je prends le temps d’appréhender la chose. Pas si facilement descriptible en fait, comme Daft Punk, comme Justice, il s’agit certes ici aussi d’un duo d’électroniciens. Jusque là tout va bien.

On les comparerait bien surtout aux premiers, mais ils semblent assumer cela plutôt bien car ils ne se gênent pas pour utiliser plusieurs samples de leurs morceaux. Néanmoins la ressemblance n’est pas non plus si flagrante, en fait le son des Does it offend you, yeah ? sonne plus dur, bien plus rock. ça me demande un peu de temps mais je finis par apprécier, malheureusement la clepsydre est déjà presqu’écoulée et craignant sans doute de rester enfermés dans ce Zénith un peu trop froid, le duo s’échappe sans espoir de retour. Je n’ai plus qu’à espérer les revoir bientôt !

Parce que oui, je ne l’ai pas encore mentionné, mais si je trouve que le Zénith ne brille de manière générale pas par sa convivialité, même lorsqu’il affiche complet, ce lundi soir où à peine 4 000 spectateurs y sont réunis (si ça vous semble déjà beaucoup, sachez qu’il en manque encore 2000 pour remplir la salle), il est d’autant plus triste.

Je suis donc heureuse de voir monter sur scène la joyeuse colonie d’I’m from Barcelona pour mettre un peu de baume dans les cœurs. Avec des animateurs comme eux on se croirait au Club Med et c’est kermesse party assurée !

Des ballons de baudruche en veux tu en voilà partout sur la scène, des lancers de confettis, on ne dira pas que les nordiques n’ont pas le sens des festivités et de la mise en scène ! On pourra certes ne pas accrocher réellement à cette ambiance chorale bon enfant, à une pop un peu gentille, à des mélodies un peu légères, mais il y a une chose qu’on ne pourra pas leur nier : ils respirent et communiquent une vraie joie de vivre semblant nous crier quelque chose du genre "aimez-vous les uns les autres" ou "faites l’amour pas la guerre".

Bref, j’ai bien envie d’y croire alors, comme la plupart des gens autour de moi, je me prends à danser avec un espèce de sourire niais sur le visage qui ne me quittera qu’à la fin du concert.

Toujours pas de rappel et après la reprise de leur tube "lalalalalalala … from Bar-ce-lo-na !" façon plus électro ils nous quittent mais laissent le public plutôt content et prêt à attendre de pied ferme la tête d’affiche de la soirée, les Bloc Party.

La prestation de ces derniers ne décevra pas, même si le groupe va surtout jouer les morceaux de son second album (pas de bol pour moi, je connais surtout le premier). Ce second opus n’a pas été très bien accueilli par la critique, pourtant je trouve que sur scène le groupe le défend bien, grâce notamment au charisme du chanteur, à la maîtrise du rythme et la puissance du son qui ont bâti leur réputation.

On ne peut pas dire pour autant que le groupe déchaîne la foule, puisque foule il n’y a pas vraiment, mais surtout parce que le public est un peu trop sage comme souvent dans ce genre d’événement un peu trop parisien branchouille.

Néanmoins, à l’exception de mon voisin qui recule, craignant sans doute que, dans mon enthousiasme qui va crescendo, je ne finisse par lui sauter sur les pieds, tout le monde se met au diapason de la danse quand s’élèvent les premières notes de l’archi-tubesque "Banquet". Habitués de la sorte depuis le début on aurait à peine osé le réclamer et pourtant, petits veinards que l’on est, les Bloc Party nous font l’honneur d’un rappel !

Incroyable, nous voilà gratifiés de quatre morceaux supplémentaires qui nous assurent enfin un dernier concert digne de ce nom ! Merci et bonne nuit les Inrocks !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bloc Party - Little Thoughts- Helicopter de Bloc Party
La chronique de l'album Silent alarm de Bloc Party
Bloc Party parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album A week end in the city de Bloc Party
La chronique de l'album Intimacy de Bloc Party
La chronique de l'album Four de Bloc Party
La chronique de l'album Hymns de Bloc Party
Bloc Party en concert à la Salle des fêtes de Ramonville (12 mai 2005)
Bloc Party en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Bloc Party en concert au 106 (28 juin 2007)
Bloc Party en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Bloc Party en concert au Nouveau Casino (14 octobre 2008)
Bloc Party en concert au Festival Art Rock 2009 (Dimanche)
Bloc Party en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Bloc Party en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
Bloc Party en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Bloc Party en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Bloc Party en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août
La chronique de l'album Who Killed Harry Houdini ? de I'm From Barcelona
La chronique de l'album Growing Up Is For Trees de I'm From Barcelona
I'm from Barcelona en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
I'm from Barcelona en concert au Festival Les Inrocks 2006
I'm from Barcelona en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
I'm from Barcelona en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
I'm from Barcelona en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
I'm from Barcelona en concert au Bataclan (31 octobre 2008)
I'm from Barcelona en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
##Does it offend you, yeah ?##

En savoir plus :

Le site officiel de Bloc Party
Le site officiel de I'm from Barcelona
Le site officiel de Does it offend you yeah ?


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=