Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrockuptibles 2003
The Warlocks, The Coral, Bellrays, My morning jacket, Kings of Leon, The Kills  (Paris)  8, 9 et 10 novembre 2003

Le rock'n roll est une musique à part, un truc de dingue, d'éternel adolescent où le look, l'attitude, la spontanéité prennent part à la même hauteur que la musique à la réussite d'une prestation live. La preuve par trois plus bas.
A part ça, comme chaque année à la même époque, le festival des Inrocks ressert le couvert pour quelques soirées de novembre de moins en moins mémorables. La preuve par trois ci-dessous.

8 novembre 2003, La Cigale, Paris

Lâchement abandonné par Orange au profit de Levi's - et son affiche sous influence Pantashop (Loopkin(tm)) - avec une très nette orientation rock, cette édition 2003 du festival des Inrocks débute véritablement ce 8 novembre à la Cigale. Salle logiquement comble (inutile de mentionner à ce stade l'intérêt de cette précision) pour un show où doivent se produire en tête d'affiche, les auteurs des deux disques pop-rock les plus excitants de l'hiver - ie Warlocks et Coral -.

Entrée en matière réussie avec Stellastarr, nouvelle formation fraîchement débarquée de New-York, aux oreilles incontestablement irradiées par les disques de Talking Heads et XTC quelques années auparavant. On pourra toujours déplorer certaines erreurs de jeunesse, mais comme le faisait judicieusement remarquer Froggy : "C'est toujours mieux que les Strokes d'aujourd'hui ...". A suivre donc.

Il n'est que 19h et l'affaire commence à se compliquer avec The Sleepy Jackson en provenance des antipodes comme l'indique le livret gentiment distribué à l'entrée. Un disque paraît-il intéressant, épisodiquement de très bonnes idées mais pourtant au final une prestation ratée. La raison ? Une question d'attitude.

Entre un jeu de scène complètement surfait, l'arrogance inappropriée du chanteur-guitariste, le tout sans parler du pot de fleur aphone et sa bouteille de vin à la main sur la gauche de la scène, tout juste bon à taper du pied par terre, nos australiens s'avèrent franchement insupportables et finissent par gonfler même les meilleures volontés.

Martina Topley-Bird tombe ensuite comme un cheveu sur la soupe en prévisible erreur de casting. Cependant très réussie, la pop jazzy de l'ex choriste de Tricky n'empêche pas son auditoire de sombrer inexorablement dans un doux sommeil que seul "Lucifer Sam" et quelques pépites 60's (Electric Prunes, Seeds ...) viendront interrompre.

Arrivé à se stade, les choses sérieuses peuvent enfin commencer avec tout d'abord des Warlocks attendus dans nos contrées depuis (presque) quelques années. Accédant enfin à une reconnaissance plus large via leur dernier opus Phoenix , le groupe de Bobby Hecksher a su reprendre le flambeau de la face sombre des Dandy Warhols ou Brian Jonestown Massacre, à mi-chemin entre délires psychédéliques et rock calibré.
Deux batteurs, trois guitares, une basse et un clavier, le groupe se met doucement en place sur "Hurricane Heart Attack" . Avec pareil déploiement de matériel, le son ne pouvait qu'être énorme, écrasant, envoûtant même s'il s'avère parfois mauvais (bouillie sonore d'où émerge avec peine la voix du leader).
Pourtant la touche magique (il faut en effet admettre que le niveau a été atteint) est en réalité apportée par l'extra-musical qui devient ici prépondérant : Bobby Hecksher, genoux cagneux, guitare haut portée, balancements à la Lennon des débuts focalisant irrémédiablement l'attention. Jeu de scène également tout en retenue des autres membres du groupe, éclairages d'ambiances à la BRMC (ou plutôt l'inverse en fait), chaque détail est soigné, y compris la classe avec laquelle un spectateur sera boxé du bout de la Gibson après deux traversées successives de la scène devant les musiciens. Encore une fois, tout est une question d'attitude.

Chapeau donc aux Inrocks, même si on peut déplorer cette trop courte demie heure contre près de cinquante interminables minutes octroyées aux faiblards Sleepy Jackson.

A peine moins excitante était sur le papier la suite avec The Coral, dont le Magic & Medicine s'avère un peu plus à chaque écoute comme un bijou de pop psychédélique. Le millier de spectateurs retient sa respiration pour ce qui doit enfin être la consécration du groupe dans la capitale française après une annulation l'an passé.
Pourtant rien de cela n'arrivera, l'avènement étant une nouvelle fois repoussé. Une prestation complètement incompréhensible, limite inintéressante. En effet, nos sept (décidément le chiffre de la soirée) lascars se contentent de passer leur répertoire à la moulinette, peu problématique pour les extraits du premier album mais beaucoup plus pour ceux du dernier opus, leur faisant au passage perdre toute grâce.
Pour couronner le tout, la présence scénique de nos gentils garçons, fringués comme des ploucs est tout bonnement inexistante, se transformant du même coup en un vulgaire pop à l'anglaise juste un peu meilleur que la moyenne. Une revanche est attendue de pied ferme.

9 novembre 2003, La Cigale, Paris

Décevant taux de remplissage pour l'affiche furieusement rock'n roll de cette dernière soirée de la semaine, qui plus est mal amorcée avec l'annulation de la première apparition française des Black Keys, duo guitare-batterie des plus prometteurs.

Le premier groupe à prendre la Cigale d'assaut s'appelle My Morning Jacket et déjà les mauvais souvenirs de la veille reviennent à l'esprit. Les prestations semblent se suivrent et se ressemblent car une fois encore l'échec vient de l'attitude et non du répertoire joué (quoique ...).
Arborant un look digne des heures glorieuses du métal FM années 80 (headbanguage de crinière et tout ...), nos natifs du Kentucky s'adonnent à un rock assez infâme ne retenant des années 70 que ce que 1977 avait tenté de balayer (riffs grassouillets, guitare chantilly et tout ...). Nos cinq américains ne reculent devant rien, allant même jusqu'à resservir un infâme solo de batterie vers la fin du show, tous projecteurs braqués sur elle.

Heureusement tout rentre dans l'ordre avec l'arrivée des Bellrays, en pleine tournée française, la deuxième après celle du début de l'année. Rien à redire sur la prestation des californiens, toujours d'une incroyable efficacité, Lisa Kekaula en tête, mêlant habillement riffs à la MC5 et puissance de feu vocale à la Tina Turner.
Pour la sortie prochaine de leur nouvelle livraison "The Red, White And Black" , le groupe laisse quelque peu de côté le répertoire immortalisé sur la compilation "Meet The Bellrays" sortie voilà quelques mois.

Déjà entraperçu l'été dernier à Benicassim, c'est au tour des Raveonettes, en provenance du Danemark de prendre possession de la Cigale. Sur scène le duo composé de Sharin Foo et Sune Rose Wagner double de taille avec un autre guitariste ainsi que d'un batteur.
Visuellement très classe, musicalement sous influence Jesus & Mary Chain, les Raveonettes répandent leur ambiance sublimement malsaine sur la Cigale. Concert sympathique, quoique tous les morceaux se ressemblent étrangement, néanmoins plombé par la traditionnelle (mais toujours inutile) simulation de destruction de matériel : on se couche par terre, on frotte les cordes, on fait du bruit, tout cela reste bien inoffensif - "Smash your guitar Pete !!", au moins certains avaient les couilles de le faire -, puis miné par l'ennui, on quitte la scène comme un prince, un brin pathétique quand tout n'est que façade.

Après quelques minutes d'attente, c'est au tour de la grande inconnue de la soirée, Hot Hot Heat, de débuter son set, laissant apparaître après l'ouverture du rideau, un clavier au beau milieu de la scène. Même si assez contestable musicalement, la mayonnaise prend immédiatement, en grande partie d'un frontman survolté, rappelant s'il était nécessaire ce week-end, la simple évidence du rock'n roll. Une meilleure organisation de la setlist aurait pu éviter le traditionnel creux de milieu de prestation mais le chanteur en provenance de Vancouver ne s'épuise pas, descendant dans la fosse pour y perdre son micro tel Iggy en son temps avant de clôturer sur le tubuesque "Bandages" .
Au final, les gosses de Hot Hot Heat n'ont pas donné le meilleur concert mais leur rafraîchissante prestation fera incontestablement d'eux les rois de cette soirée.

10 novembre 2003, L'Olympia, Paris

Suite à quelques aléas de programmation - annulation des Kings Of Leon et déplacement des Bellrays la veille -, on se retrouve presque par inadvertance avec un billet pour une dernière soirée a priori peu passionnante, si ce n'est pour la quatrième venue de l'année à Paris des Kills. Le public ne s'y est évidemment pas trompé ce dont témoigne le nombre de fauteuils rouges restés inoccupés ainsi que le large espace vital entre les spectateurs en bas.

Début de soirée très difficile avec Buck 65, qui fatiguera, agacera pendant trop longtemps son monde autant avec ses infâmes vocalises qu'avec ses anecdotes dont tout le monde se tamponne le coquillard "j'étais ici l'an dernier pour le concert de David Lynch".

Assez incompréhensible fut ensuite la présence de La Rumeur, intéressante deux minutes avant de finir par lasser. On se console en pensant que l'on aurait pu subir Svinkels durant la même durée.

En pleine phase d'imploration des dieux du rock, le duo anglo-américain Hotel et VV fait son apparition. Mis en lumière grâce à deux projecteurs braqués sur eux, matériel réduit au minimum très en avant de la scène, les Kills, complètement survoltés, vont sauver la soirée en donnant une prestation de très haute volée.
Malgré une playlist quasi-identique à celle de la Cigale en juin, le spectacle des londoniens fonctionne à plein régime mêlant extraits classieux de leur album - "Superstition" et "Cat Claw" en tête -, affrontement sexuel et tension omniprésente. Le clou revenant sans conteste au final époustouflant voyant Hotel, triturer sa guitare, la frapper à terre pendant que VV arpente la scène de long en large comme une possédée (comme quoi la mise en miette du matériel (ou pas d'ailleurs) n'est pas obligatoire pour bien réussir sa sortie).

Originaire du Canada, nation ayant mine de rien apportée Neil Young, Lenoard Cohen, Joni Mitchell ou encore The Band, Hawsley Workman est il faut bien l'avouer tout sauf dans la lignée de ses glorieux héritiers. S'il fallait le raccrocher à quelqu'un, le choix se porterait incontestablement sur Jeff Buckley tant la voix et l'aisance à la 6-cordes rappellent le fils de Tim. Même avec des bases techniques similaires (pourtant gage d'une certaine qualité), Hawsley Workman s'avère insupportable entre hurlements, démonstrations pathétiques sur le manche et surtout, surtout compositions d'une faiblesse rarement atteinte.
Pire encore ce concert ne s'apparente même pas à un vrai concert, Hawsley Workman s'essayant au piano, à la batterie avant de retraverser la scène à grande enjambées en jouant le titre suivant.
On imagine Bruno Coquatrix se retournant dans sa tombe voyant la scène de son théâtre envahi par ces sombres hurluberlus à peine plus recommandables que Linda Lemay et affiliés.

Pourri à l'extrême, won't get fooled again !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Phoenix de The Warlocks
The Warlocks en concert au Grand Mix (mercredi 10 novembre 2010)
La chronique de l'album The invisible invasion de The Coral
La chronique de l'album Butterfly House de The Coral
La chronique de l'album Distance Inbetween de The Coral
La chronique de l'album Move Through The Dawn de The Coral
The Coral en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Bellrays en concert à Coopérative de mai (8 février 2003)
Bellrays en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mardi)
Bellrays en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Bellrays en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Bellrays en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Bellrays en concert au Fil (22 novembre 2008)
Bellrays en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
Bellrays en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011
La chronique de l'album Evil urges de My Morning Jacket
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
My morning jacket en concert au Festival International Benicàssim 2008
My morning jacket en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
La chronique de l'album Aha shake Heartbreak de Kings of Leon
Kings of Leon en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
Kings of Leon en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Kings of Leon en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Kings of Leon en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La conférence de presse de The Kills (août 2004)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=