Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gorillaz
D-sides  (EMI)  novembre 2007

Gorillaz n'est plus un groupe à présenter. Formé de Damon Albarn, roi de la pop, et de Dan The Automator, non moins respecté dans le milieu du hiphop ainsi que de curieux petits personnages dessinés.

Cette curieuse réunion fut à l'origine de quelques tubes qui ont su passer au-delà de la barrière d'un public averti, pour aller toucher les tympans d'une audience beaucoup plus large et variée. La meilleure preuve demeurant, bon gré mal gré, l'utilisation multiple de quelques morceaux phares dans moultes publicités et autres émissions de télévision.

Les représentations du spectacle "Monkeys" au Théâtre de la Ville à Paris, constituant également en soit un petit évènement dans le monde de la pop musique.

Gorillaz est donc une valeur sûre et ce D side, arrivé judicieusement dans les bacs un mois avant Noël, est aussi un peu là pour faire le pont entre les albums passés et les projets futurs (notamment l'histoire de ces fameux personnages dessinés, image de marque (forte) du groupe qui devrait s'intituler Banana (on sait rigoler chez les Gorillaz).

Sur cette compilation, car comme son titre le laisse entendre, il s'agit bien de cela, point de tubes cependant. Car comme son nom l'indique aussi, il ne s'agit pas de faces B mais carrément de faces D. Autrement dit, des inédits qui trainent et quand même quelques faces B, le nom de ce disque étant surtout lié au fait que la période concernée tourne autour de l'album Digital Days. Je vous l'accorde, l'information n'est pas capitale.

Pas de tubes mais tout de même quelques petites choses dans le genre bricolo bien ficelées qui se laissent écouter malgré un début de disque un peu repoussant pour lequel un petit effort de réécoute peut s'avérer nécessaire.

On reste sur le premier disque, car oui il y a deux cds dans la boite pour le prix de presque un seul, dans un univers hiphop pop très proche de l'univers connu de Gorillaz avec des choses cependant moins mélodiques qu'à l'accoutumée. Comprendre qu'il n'est pas forcément facile de siffloter sous la douche sans convoquer un ou deux voisins pour retranscrire la "partition".

Autre différence, le chant se fait très rare et presque effacé derrière les boucles de guitares ("Spitting out the demons"). Parfois, un peu difficile sur la longueur, ce premier disque contient donc quelques bons moments que seront ravis de retrouver les fans de la première heure mais qui pourraient peut-être refroidir qui viendrait à tomber par hasard sur Gorillaz.

Quand au second disque, c'est tout à fait autre chose. Il regroupe en effet, certes des titres de Gorillaz mais bigrement remixés par quelques pointures du milieu électro.

L'énergie qu'il y a pas toujours sur le premier disque vient ici nous frapper de plein fouet avec, en ouverture, un remixe de "Dare" à faire trembler les dancefloor, selon l'expression consacrée, signé DFA et qui devrait sûrement rendre jaloux les Happy Mondays. Facile et efficace, reconnaissons-le. Le reste n'est pas forcément aussi réussi mais Soulwax, Hot Chip et DFA tirent leur épingle du jeu qui, du même coup, en devient un pour l'auditeur, de jeu.

Un double cd à prendre comme un bonus plutôt que comme un jalon mais qui permet de rester en contact avec les singes les plus rock'n roll du monde. Pour les non-fan, préférez quand même un album sauf si vous craquez pour les remixes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Plastic Beach de Gorillaz
La chronique de l'album Humanz de Gorillaz
Gorillaz en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Gorillaz en concert à Zénith (lundi 22 novembre 2010)
Gorillaz en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21

En savoir plus :

Le site officiel de Gorillaz


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=