Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce John Cale
Elysée Montmartre  (Paris)  10 décembre 2003

On peut décomposer un concert de John Cale en sept phases dinstinctes :

Première phase : A peine arrivé dans la salle quelque chose cloche. On note facilement qu’on n’est pas aux Transmusicales de Rennes vue la raréfaction des têtes d’iroquois teints en bleu au profit des casques d’argent et autres tignasses grisonnantes. La moyenne d’âge de l’Elysée Montmartre en prend en effet pour son grade. L’attente du début du concert se fait donc sans première partie mais avec la sérénité de celui qui ne craint pas d’être trop chahuté dans le pogo. Ceci dit on a souvenir d’une concert de New Order où les trentenaires restaient des gros bras mais cette fois-ci on peut dire sans jeunisme déplacé qu’on reste assez rassurré de ce côté.

Deuxième phase : John Cale s’installe sur la scène. Au delà de sa présence un peu irréelle, dandy comme jamais, c’est sa voix qui sidère, sa tessiture et son aura donne corps et incarne les premières chansons sans même besoin de guitare (le gallois a en effet réussi à casser une corde dès le premier accord). Celui ci a l’air assez mal à l’aise et apparemment victime de difficultés techniques, ce qui constraste avec l’assurance de sa voix qui contrôle le concert tout en le troublant.

Troisième phase : John Cale prend en main son violon et entame les arrangements malsains et lancinants de "Venus in Furs". Il n’est pas question de comparer la perversité des intonations de Lou Reed au stoicisme de Cale, évidemment que la reprise est à des années lumières de l’original mais on est hypnotisé par ce mouvement de poignet de Cale qui donne vie à cette bizarrerie sonore traumatique qui rythme la chanson et qui prend sous nos yeux une réalité matérielle.

Quatrième phase : Par déclic le masque tombe comme on voit le spectre du Velvet s’évanouir autour du pantalon en cuir de Cale, on est en train de se demander si on a bien fait d’être là : il est vrai qu’on croit peu à ces vieux de la vieille qui continuent des années après leur pinacle à essayer de rester sur scène et faire le boulot : Love, Macca, Dylan, New Order, les Pixies… heu non les Pixies c’est pas pareil ça ne compte pas... Quoiqu’il en soit les raisons de se passionner pour John Cale en 2003 parraissent à ce moment là assez douteuses. La machine tourne un peu à vide et en pilotage automatique, les morceaux et les arrangements ennuient un peu à vrai dire, on en vient à se demander si ce n’est pas David Byrne qui est devant nous.

Cinquième phase : Quelque chose est en train de se passer, on essayait de se persuader de la misère musicale que déjà des fissures apparaissent, de bizarreries sonores et des emportements de Cale surgissent : un cri, un étranglement, des structures de chanson foutues de travers ou sérieusement atypiques! Les penchants avant-gardistes de Cale retrouvent leurs réflexes (à la base il est arrivé à NY pour jouer de la musique expérimentale avant de rencontrer Lou), maltraitent le format en naviguant dans un mélange de genre intriguant, on est surpris et happé par ses propositions. Par moment même si le chapeau du Captain Beefheart n’est pas visible, l’esprit qui l’habite se promène et rompt le train-train que l’on croyait nous emmener à la fin de ce concert. Cale a encore quelque chose à proposer et n’est pas ici que pour le cachet, on se remet à y croire et à sourire.

Sixième phase : On entre alors dans le rythme de croisière du concert : mêmes les titres un peu classiques trouvent grâce à nos yeux, on ne s’ennuie pas, on est bien, sans complexe et sans fantôme. C’est ici que prendrait place une chronique de concert digne de ce nom.

Septième phase : Fin de concert après un énième rappel avec notamment "Hallelujah" de Cohen qui nous confirme que cette chanson glace le sang même deux octaves en dessous de l’interprétation de Jeff. On s’étonnera, de Paris à Milan, de ne pas avoir entendu le "Pablo Picasso" de Richman, Cale étant sans doute encore vexé que Lenoir ait glorifié deux jours plus tôt la version de Bowie.

Mais au final en restant dans des références de ce siècle, on n'est pas déçu par les compositions de John Cale et ces interprétations sur scènes valent largement le détour.

C’est trop bête vous auriez dû venir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bataclan 72 de Lou Reed, John Cale & Nico
La chronique de l'album Music for a New Society / M:FANS de John Cale
John Cale en concert au Café de la Danse (6 octobre 2005)
John Cale en concert au Festival Les Volcaniques de Mars 2007
John Cale en concert au Splendid (lundi 24 octobre 2011)
John Cale en concert à Fondation Cartier (jeudi 23 octobre 2014)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=