Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gravenhurst
The western lands  (Warp)  septembre 2007

Rarement formation n’aura fait preuve d’une telle créativité, d’un tel talent, d’une telle volonté de remise en cause pour ne susciter qu’un entrain mesuré de la part du public.

Y compris au sein de l’underground où Nick Talbot - frontman de son état - s’affranchi difficilement du statut de sympathique trublion. Et pourtant, du folk aux délicieux accents Nick Drake de "Flashing Seasons", en passant par les déluges soniques de "Black Holes In The Sand" ou "Fire In The Distant Buildings", le garçon n’a cessé de nous épater.

Les disques s’enchaînent sans se ressembler, à peine à détecte-t-on un invisible fil conducteur entre eux. A en croire le principal intéressé, cette quête perpétuelle de nouveauté serait totalement délibérée et non subie. Une sorte de principe constitutif et inhérent au projet.

Après des débuts stakhanovistes - deux albums et un copieux EP en moins de deux ans -, Gravenhurst a pris le temps nécessaire à l’élaboration de The Western Land. Comme en témoignent les photos de studio de la pochette. "Pierrot Le Fou" de Godard relevait plus d’une juxtaposition des grandes réussites de ses films précédents que d’une nouvelle création en tant que telle.

L’impression dégagée par ce nouvel opus de Gravenhurst s’avère rigoureusement identique. Après s’être livré à l’exploration de territoires divers et variés, Nick Talbot revient avec un disque hybride, synthèse avantageuse de ses expériences antérieures. Un sentiment d’apaisement émane de The Western Land, parfaitement illustré par un classicisme évident dans la construction des titres.

Même si idées noires, ambiances sombres et graves constituent toujours le socle du son Gravenhurst. "Saints" ou encore "Song Among The Pine" satisferont les indie boys amateurs d’arpèges de guitare acoustique. Les aficionados de pop noisy se rueront en priorité sur "Trust" ou la chanson éponyme. Mais tous se retrouveront sur ces pépites aux échafaudages imprévisibles que sont "Hollow Men" ou "She Dance". Tant sur le fond que sur la forme, The Western Land sonne incontestablement comme le disque le plus abouti à ce jour de l’écurie Gravenhurst.

Pourtant, seule la scène arrive à offrir un terrain de jeu à la mesure du talent du groupe de Bristol. Où celui-ci peut véritablement s’exprimer, sans la moindre retenue. Insuccès relatif disions nous, malheureusement confirmé lors de sa dernière venue parisienne dans un Point Ephémère largement incomplet.

Première tournée mise à part, Gravenhurst se présente sous la forme d’un quatuor classique sans fioritures : deux guitares, basse et batterie. Inutile de patienter des lustres pour comprendre que Gravenhurst emportera encore tout sur son passage; la majorité des titres se voyant en effet fondus dans une sauce noisy ravageuse.

Parfois une balade vient temporairement interrompre le chaos ambiant ; l’apocalyptique relecture du "See my Friends" des Kinks restera d’ailleurs au placard, remplacée par une reprise convenue de "Fairport Convention", soulignant une fois encore l’influence de la musique folk. A bien y réfléchir, la force scénique de Gravenhurst réside dans l’alternance. Alternance entre morceaux à l’architecture classique et fulgurances instrumentales inattendues.

Alternance entre balades cotonneuses et déflagrations sonores de pur shoegazing. Alternances entre éclairages sombres, voire discrets et aveuglement général de la salle. L’assurance au moins de ne jamais savoir sur quel pied danser. On adore.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Fires In The Distant Buildings de Gravenhurst
Gravenhurst en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Gravenhurst en concert au village des automates (4 juin 2006)
L'interview de Gravenhurst - Nick Talbot (septembre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Gravenhurst


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=