Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeffrey Lewis
12 Crass Songs   (Rough Trade / PIAS)  octobre 2007

Pascal me confiait l’autre jour que lors du premier showcase de Jeffrey Lewis à Ground Zero, celui-ci avait dégoté dans les bacs une obscure galette de punk-rock. Le nom inscrit sur la pochette : Crass.

A défaut d’avoir côtoyé de près le mouvement punk underground du début des années 80, ce groupe n’évoquera certainement rien chez vous. Et pourtant, cette formation anarchique hyper politisée méritait bien une petite réhabilitation.

Ce à quoi Jeff l’hyperactif s’est attaché durant l’année 2007. Ainsi, sur quelques planches disponibles à l’intérieur du livret, il détaille ses premiers contacts avec la musique du quintet et explique la genèse de son projet.

Petit retour en arrière maintenant. Véritable tremplin vers une reconnaissance plus large, son précédent effort - Eastern And Western Songs réalisé avec son frère Jack - a quelque peu déçu avec le recul. A l’instar d’Adam le vert, Jeff et Jack avaient néanmoins eu recours aux grands moyens : enregistrement studio, arrangements travaillés, production confiée au mythique Kramer …

Difficile de savoir où le bât a blessé : la production trop lisse en décalage avec la scène et le matériel antérieur, la faiblesse de certains titres, la quasi-absence de morceaux lo-fi … Pourtant, au rythme de trois tournées européennes par an, le groupe continue à drainer un public d’habitués mais peine indéniablement à percer davantage. Toujours est-il que Jeffrey semble une fois encore avoir - intentionnellement ? - laissé passer sa chance …

L’occasion idéale pour s’offrir une récréation en forme de parenthèse discographique ! D’où sans doute la concrétisation de cet hommage aux anglais de Crass. Sans aucune pression. Premier fait notable : contrairement à son prédécesseur, 12 Crass Songs s’affirme comme l’œuvre du seul Jeffrey Lewis.

Aux omniprésentes interventions de sa petite amie - Helen Schreiner - près. En effet, Dave Beauchamp, le batteur attitré n’intervient que sur une poignée de chansons. Et son frère Jack est tout bonnement absent du projet ; son récent déménagement à Seattle n’ayant a priori guère arrangé les choses. Voilà pour le personnel. Sur le contenu maintenant.

Histoire de rendre les textes plus percutants, Jeff n’a pas hésité à réécrire certains passages pour les ancrer plus profondément dans notre époque. Musicalement, une bonne dose de pommade a été nécessaire pour remodeler les compos bruitistes foutraques à la sauce Jeffrey Lewis. Mais le résultat s’avère particulièrement convaincant. A rapprocher de ses collaborations folk lo-fi avec Rachel Lipson, Diane Cluck ou Kimya Dawson …

On ne peut que déplorer l’absence de comptines écrites par de Jeff mais force est de constater que ce 12 Crass Songs assure sans s’essouffler ; du tube interplanétaire "Do They Owe Us A Living ?" à l’hilarant "Systematic Death", en passant les géniales "End Result" ou "Securicor", peu de baisses de régime sont à déplorer.

A la vue des prestations automnales, l’arrivée d’Helen Schreiner risque fort de sonner le glas du Jeffrey Lewis Band première mouture tant celle-ci cherche à s’imposer au sein du groupe. Au-delà d’une excellente parenthèse dans la discographie de Jeffrey Lewis, 12 Crass Songs constitue vraisemblablement le premier tournant majeur de sa carrière.

A se procurer sans délais pour débuter l’année 2008 sous les meilleurs auspices, le packaging soigné de l’objet et la redistribution de la moitié des profits à des associations caritatives constituant des raisons plus que valables.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It's The Ones Who've Cracked That The Light Shines Through de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Hallso Box de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Manhattan de Jeffrey Lewis & Los Bolts
Articles : Jeffrey Lewis est un paradoxe -
Articles : Jeffrey Lewis - biographie
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Jeffrey Lewis en concert au Festival Antifolk 2003
Jeffrey Lewis en concert à La Guinguette pirate (10 octobre 2003)
Jeffrey Lewis en concert au Restaurant Pain et Vin (6 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert à Paris (8 octobre 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Point Ephémère (29 janvier 2005)
Jeffrey Lewis en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Jeffrey Lewis en concert au Triptyque (30 juin 2007)
L'interview de Jeffrey Lewis (septembre 2003)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)
L'interview de Interview de Jeffrey Lewis (22 octobre 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Jeffrey Lewis


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 juillet 2021 : Voilà l'été

L'été se poursuit tranquillement, moins de chroniques de notre côté mais nous sommes toujours là pour vous proposer nos découvertes estivales. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Fa-tality" de E-Riser
"Garden party" de Gurl
"Peace of love" de Kings Of Convenience
"L'auvergnat chante Brassens à la Coopérative de mai" par divers artistes
"Giants" de Pierre Mottron
"II" de Servo
"Enraciné" de Yvard
et toujours :
"Si la rivière coule" de Belfour
Un petit point sur le Hellfest #15 (édition 2022)
"Primeiro disco" de José
"Sister" de Mina Tindle
"Sur l'écran noir" de Thierry Eliez
"Symphony N°2 / Highlander" de Tomasz Sroczynski

Au théâtre :

des suggestions avec les spectacles de l'été
les spectacles au Festival Off d'Avignon
et les festivals dans son salon avec des captations :
au Festival d'Avignon "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov par Tiago Rodrigues
au Festival d'Aix-en-Provence :
"Les Noces de Figaro" de Mozart
"Tristan et Isolde" de Richard Wagner
"Carmen" de Georges Bizet
et un opéra moderne "Innocence" de Kaija Saariaho

Expositions :
en visite virtuelle commentée :
"Les origines du monde. - L'invention de la nature au XIXe siècle" au Musée d'Orsay
"Le Corps et l'Ame. De Donatello à Michel-Ange. Sculptures italiennes de la Renaissance" au Musée du Louvre
"Dans la poussière de Séville... sur les traces du Saint Thomas de Velázquez" au Musée des Beaux-Arts d’Orléans
"De Chantilly à Azay-le-Rideau. Le retour des portraits de la Renaissance" au Château d’Azay-le-Rideau
et les expos de l'été parisien

Cinéma :

en salle :
"True Mothers" de Naomi Kawaze
"Spirale" de Darren Lynn Bousman
at home en streaming gratuit :
"Companeros" de Alvaro Brechner
"Volare" de Gabriele Salvatores
"The Last family" de Jan P. Matuszynski
"Demain, la liberté !" de Hossein Pourseifi

Lecture avec :

"Live !" de Jeff Jackson
"Ne m'oublie pas" de Alix Garin

"Oeuvres complètes IV" de Roberto Botano
"Le divin scénario" de Jacky Beneteaud & Fabrizio Dori
"Parasites" de Ben'H Winters

"Mémoires" de Albert Kesselring
"Maitresses et femmes d'influence" de Robert Schneider

Du côté des jeux vidéos :

"Chivalry 2" sur PS4, PS5, Xbox Series et Windows
"Ghosts'n Goblins Resurrection" sur Switch, PS4, Xbox One et Windows
Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=