Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Syd Matters
Ghost days   (Because)  janvier 2008

Syd Matters #3. Les plus anglosaxons des groupes parisiens pur jus, Jonathan Morali et sa bande, sont de retour. Sans tambour ni trompettes, ça n’a jamais été dans leurs habitudes, mais leur réapparition discrète sur le marché du disque était pourtant attendue de pied ferme par un petit cercle d’inconditionnels et de critiques.

Ces derniers semblent d’ailleurs en avoir pour leurs frais, ce troisième album ne tarit déjà pas d’éloges dans la presse spécialisée.

Avant toute chose, rapide retour sur l’histoire du groupe : si aujourd’hui encore Syd Matters continue à faire figure de groupe plutôt "underground", il commença par être pourtant un pur produit Inrocks.

Et bien que Jonathan Morali n’en n’ait jamais fait grand cas, être nommé révélation CQFD à 22 ans aide, il faut quand même l’admettre, à acquérir une certaine notoriété lorsque jusqu’alors on ne bénéficiait que d’une promo bricolée maison, c'est-à-dire limitée à de pauvres flyers placardés dans les toilettes de clubs parisiens. Donc le chanceux lecteur des Inrocks découvre Syd Matters en 2002 avant de se risquer à acheter leur premier album un an plus tard.

Un premier bébé particulièrement bien accueilli par la critique, avec notamment l’imparable "Black and white eyes" qui reste encore à ce jour LE tube du groupe. On découvrait alors sur ce A Whisper and a Sigh l’univers terriblement nostalgique de la pop aérienne et ciselée de Jonathan Morali et déjà on avait envie d’aller planer avec lui dans des sphères lointaines. Il n’en fallait pas plus pour que la presse lui assigne quelques références et pas des moindres : Radiohead, Nick Drake, Pink Floyd, influences que le groupe a par ailleurs toujours assumées.

Deux années passent, le temps pour Jonathan Morali de s’accoler la participation de quatre musiciens (Olivier, Jean-Yves, Clément, Remi) pour partager son succès naissant, avant la naissance d’un second bébé. Aussi unanimement accueilli par le microcosme musical indépendant que le précédent, Someday we will foresee obstacles confirme alors l’existence d’une véritable et atypique patte "Syd Matters" dans le paysage pop/folk français.

Que pouvait-on alors espérer de plus ? Un virage en douceur en ne s’éloignant pas trop dangereusement de la voie de départ ? Ca semble chose faite avec Ghost days dont les premières galettes encore chaudes ornent les rayons des disquaires depuis le 14 janvier.

Ce troisième album conserve tout ce qui fait qu’on a aimé dès la première rencontre les deux précédents : les mélodies arachnéennes, la voix céleste et languissante de Jonathan, l’orchestration planante et soignée, l’absence de réelle structure des morceaux (oh délice, un groupe qui ne s’évertue pas à fonctionner selon le trop arrêté "couplet/refrain"!).

Si la révolution n’est donc pas en marche pour le groupe, ce Ghost days résonne malgré tout différemment. Passé le premier et magnifique "Everything else" déjà en passe de devenir un incontournable, on oserait aller jusqu’à le trouver gai ce nouvel opus, beaucoup moins mélancolique que ses prédécesseurs. Allez, ce petit dernier, on se risquerait presque à l’offrir à un ami dépressif !

Un sentiment que même les névrosés que sont Jonathan Morali et ses acolytes se laissent aller à partager : "c’est vrai que les compositions sont moins tristes, les arrangements presque joyeux, tout cela est venu naturellement en cherchant à changer un peu notre son". En privilégiant par exemple aux synthés, des cordes bien pincées, des claviers bien appuyés, qui concourent à offrir un son plus brut.

Mais ce qui fait l’essence première de Ghost days, c’est sa justesse, le fait qu’il soit profondément en accord avec ce que son géniteur a le sentiment d’être aujourd’hui. Et pour cause, cet album, Jonathan Morali l’aura lentement laissé mûrir dans la solitude de jours passés dans son appartement, des jours fantômes où il ne se passe pas grand chose, mais, explique-t-il "Avoir l’impression qu’il ne se passe rien, c’est déjà sentir quelque chose et ça vaut alors le coup d’en parler. Dans la création, j’ai compris cela : à partir du moment où je respire, où je vis, j’ai des choses à exprimer."

C’est ce dépouillement qui compose toute vie et cette sérénité atteinte en en prenant pleinement conscience que Jonathan Morali a souhaité exprimer aujourd’hui. Alors, les diplômés ès références pourront toujours s’échiner à trouver tout au long des 14 titres qui défilent un "Louise" en réponse à un "Suzanne" de Leonard Cohen, un "Big moon" en hommage au "Pink moon" de Nick Drake, etc.

Certes, certes, on ne les contredira pas, mais on préfèrera se contenter de ressentir, sans rien chercher de plus, des émotions célestes qui ne nous obligent plus à aller chercher outre-manche ce que l’on a aussi en France.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Trianon (1er février 2006)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )

En savoir plus :

Le site officiel de Syd Matters


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=