Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Iron and Wine
Le Divan du Monde   (Paris)  19 janvier 2008

Suite à la sortie de son excellent album The Shepherd’s dog, Sam Beam, la tête pensante de Iron and Wine s’arrête au divan du monde pour une date unique. Depuis l’écoute de ce disque foisonnant, on attendait forcément avec impatience ce concert...

Huit heures précises, Eleni Mandell ouvre la soirée. La californienne, munie uniquement d’une guitare acoustique égrène ses chansons aux accompagnements folks ou minimalistes. Malgré les apparences trompeuses, le jeune femme n’est pas une novice et a déjà quelques albums à son actif. De la douceur mais aussi quelques envolées énergiques, somme toute une sympathique entrée en matière.

Dès la fin de la première partie, les conversations reprennent bon train dans la salle et je me rends compte que le public s’exprime avec aisance dans la langue de Shakespeare. La France serait-elle devenue soudain polyglotte ? Je penche finalement pour une seconde explication et en conclue que tous les américains de Paris, dans la confidence du concert de ce soir, se sont donné rendez-vous. Mais neuf heures déjà, les lumières déclinent.

Bien qu’aux quatre coins de la scène soient disposés de nombreux instruments, Sam Beam trompe son monde et arrive simplement accompagné d’une jeune femme (qui se trouve être sa sœur). Le premier titre se fera donc a minima, guitare acoustique et choriste en renfort.

Et c’est avec "Trapeze swinger" que Iron and Wine ouvre le bal. Tiré de la BO de "In good compagny", le morceau met doucement dans l’ambiance et la voix sucrée de Sam Beam berce les oreilles. La jeune femme cache très bien sa joie d’être là. Sollicitée uniquement pour le dernier quart du morceau, elle reste inévitablement à attendre enfin son tour, plantée sur scène ne sachant que trop quoi faire des ses mimines (on découvrira un peu plus tard dans la soirée qu’elle s’en sert aussi pour jouer du violon).

Rejoint par le reste du groupe sitôt ce premier morceau achevé, la scène ne compte finalement pas moins de 8 musiciens (Sam Beam compris). Chacun jouant au moins de deux instruments, je vous laisse faire le total. Et il n’en fallait pas moins pour restituer l’essence et la densité de l’album. Au quizz des instruments présents on répond clavier, basse, contrebasse, guitare, batterie, percussion, vibraphone, accordéon, violon et bien sûr pedal steel. Ce dernier présent sur pratiquement tous les morceaux donne la touche americana aux chansons.

La finesse de l’arrangement qui figurait sur l’album est retranscrite au-delà des espérances. Pourtant, pas de démonstration, un travail efficace et sobre avec des musiciens qui injectent même une couleur jazzy dans l’affaire. Evidemment propices à des jams, les morceaux sont ponctués de longs instrumentaux, laissant le public ébaubi.

De The Shepherd’s dog, on retrouve notamment les magnifiques "Carousel", "Peace beneath the city" et le très attendu "Boy with a coin" que le public accompagne allégrement en frappant des mains, à l’instar de la version studio.

Les deux précédents albums ne sont pas pour autant oubliés. Le folk "Upward over the mountain" tiré de The creek drank and the waddle, devenu pop léger pour l’occasion ou "Sodom,south Geogia" tiré de Our endless Numbered days démontrent que le savoir-faire de Sam Beam ne date pas d’hier. Les morceaux coulent les uns après les autres, n’étant parfois même plus différenciés. On se laisse alors porter.

Le barbu n’est pas un grand fan de la communication, simplement un "bonsoir" et quelques mots en début de concert puis des "merci" distribués avec parcimonie. Mais la musique est là, et c’est bien cela le plus important.

Une heure et quart après le début du concert "Flightless bird,american mouth" la jolie valse doucereuse vient fermer la boutique. Mais sous les appels du public Sam Beam revient avec sa troupe prolonger l’enivrement avec un dernier morceau, "Resurrection fern" tout en subtilité.

On a retrouvé ce soir la richesse de l’album, enrichi de luxuriants instrumentaux et porté par la voix sucrée de Sam Beam. Le moment lumineux d’une soirée d’hiver.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Iron and Wine parmi une sélection de singles (octobre 2007)
La chronique de l'album The Shepherd’s dog de Iron and Wine
La chronique de l'album Around The Well de Iron and Wine
Iron and Wine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Iron and Wine


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=