Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mogwai
Elysée Montmartre  (Paris)  5 juin 2003

En première partie on peine à entendre le jeune homme qui répond au nom de James Orr complex du label Rock Action de Mogwai (un seul EP sorti à ce jour), d'une part en raison du son catastrophique (impossible de discerner sa voix! qu'il chante ou qu'il parle) et d'un penchant très marqué pour une partie du public (apparemment pas uniquement autour de moi) à faire salon près de vos oreilles. C'est bien dommage car quelques titres instrumentaux joués étaient vraiment fabuleux, une densité et une virtuosité mélodique rare dans un solo. A suivre mais dans d'autres conditions.

Cette petite frustration passée (les occasions de voir des groupes intéressants en première partie ne sont pas si courants), on patiente calmement pour voir l'arrivée des terroristes soniques pour certains ou des demi-dieux du post rock pour d'autres (aucune des deux nominations ne devant faire plaisir au groupe), au final c'est tout simplement cinq écossais qui déboulent sans un mot sur scène.

Tout démarre comme un apaisement sur les notes égrenées du nouveau "Kids will be skeletons", titre assez mélodique proche de la version live de "Yes! I am a long way from home" en moins enflammé, entrée en matière lumineuse avec un son de volume tout à fait raisonnable et bon contrairement à la première partie.

Sur scène trois gaillards en guitare/basse debout dont Stuart au centre qui ne cache pas son arrogance innée, derrière Barry aux claviers et le batteur caché bien au fond. A vrai dire cela faisait longtemps que l'on attendait de les revoir (novembre 2001!), les retrouvailles se font donc sur ce titre tout sourire qui est enchaîné sans transition avec... "Mogwai fear Satan!" Un des titres les plus merveilleux du groupe, les guitares sortent vraiment de leurs réserves : Barry repasse à la guitare, offrant ainsi un mur impressionnant sur la scène de l'Elysée Montmartre, tous concentrés sur les vagues irrésistibles du début du morceau qui s'emporte dans un rythme effréné de rouleau compresseur.

Contrairement à leur dernière tournée, la mélodie à la flûte traversière de l'accalmie du milieu de morceau est remplacé par un riff de guitare ce qui a le bénéfice d'offrir une continuité inédite au morceau qui rebondit alors de plus belle à l'assaut de l'enfer dans un dernier baroud d'honneur pour clore sous les coups de marteau de la batterie cette grande fresque épique des débuts de Mogwai (Young Team). En somme dès le deuxième morceau toute la salle est conquise et surtout abrutie par cette démonstration fascinante.

Le groupe en profite alors pour placer le très pop "Hunted by a freak", les notes de guitares se superposent avec les couches de vocoder chantés par Barry Burns, il suffirait que l'on puisse discerner des paroles dans ses chants maquillés pour pouvoir prétendre être une pop-song, mais bon pour être un groupe de rock crédible il faudrait aussi que Mogwai adopte un jeu de scène plus conventionnel ouvert vers le public ce qui n'est largement pas le cas... pas du tout rock'n'roll attitude les Glaswegian. Une ambiance assez psychédélique en fait sur ce morceau avec un gros son ample et généreux. Mais le fait qu'il suive "Mogwai fear Satan" contribue à lui donner une aura malsaine qu'il n'a pas sur disque. Au final on découvre que ces nouveaux titres fonctionnent très bien en live et qu'ils s'insèrent parfaitement dans le répertoire du groupe.

On a juste le temps de reprendre son souffle pour se voir infliger un des morceaux les plus efficaces, violents et viscéraux du groupe : "Xmas Steps" ! Titre phare du disque Come on Die Young, en concert il prend une ampleur jouissive hallucinante : les quatre notes très distinctement authentifiables sont enchaînées très lentement et remplissent tout l'espace de la salle, les riffs se croisent alors de plus en intimement, hypnotiques au possible, la sortie de cet état second se fait dans un traumatisme sur un choc de basse (choc véritable au sens physique "Je suis emporté par leur vacarme... ils crèvent on dirait cent enclumes à tour de bras... c'est le tambour de dieu, du tonnerre de dieu" - Guignol's band II), encore chancelant la guitare part toujours de l'avant dans une violence communicative qui fait perdre toue contenance intérieure.

Même en connaissant le titre sur disque, il est dur d'imaginer les sommets de fulgurance qu'atteint alors ce mouvement en concert. A cela se rajoute la présence du groupe sur scène, le regard dur et méprisant contemplant du haut de la scène la mesure de leur déchaînement. Puis Stuart va s'assoir au fond de la salle près de la batterie pour servir la petite transition de "New path to Helicon - part 2", là encore sans flûte, petit morceau très calme qui permet de reprendre ses esprits et de se rattacher à des airs contemplatifs presque sereins. On est encore, comme depuis le début du concert, dans le grand écart permanent dans l'enchaînement cyclothymique des titres et pourtant tout parait naturel.

Puis là encore un nouveau morceau du dernier album (qui sort quelques jours plus tard, mais une bonne partie de la salle connaît déjà ces titres, à déplorer ou pas en tous cas c'est le cas) "Stop coming to my house", un très gros son avec une orchestration assez complexe qui rappelle beaucoup les prestations de Sigur Ròs, avant d'être écrasé sans ménagement par un nouveau mouvement crescendo auquel on ne peut pas résister (on a de toute façon déjà perdu tout esprit critique vu la qualité du concert jusqu'alors), un morceau plus électronique mais toujours aussi chaotique, peut être un peu plus lourd et moins jouissif mais complètement inédit dans les prestations scéniques du groupe.

Pas le temps de redescendre, la grosse artillerie repart avec rien de moins que la ligne de basse d'"Ex-cowboy", long morceau hypnotique (certain diront répétitif) et éthéré qui, là encore, prend en concert une ampleur majestueuse, c'est immense et cela ne cesse de grandir, oppressant et fascinant. Stuart se concentre principalement sur ses pédales d'effet, on n'avait jamais été si proche depuis le début du concert du bruit, du bruit pur détaché des soucis de la ligne mélodique et qui efface tout sur son passage avant de disparaître et de relaisser la mélodie s'exprimer : la lenteur du passage et son contraste calme par rapport au vacarme précédent ne l'empêche de prendre tout l'espace. Morceau fabuleux avec des usages appuyés de délais (pédales d'effet) qui crée des murs de son élémentaux, on pense aux passages les plus passionnels de Piano Magic en concert.

Vient ensuite "Killing all the flies", réalisé assez différemment de la version album, le coup de force sur disque était de relancer sans cesse le morceau sur des subtilités mélodiques ou de syncopes dissimulées, ici la progression est plus basique et les guitares se contentent d'envoyer la sauce par dessus un crescendo de vocodeur. Cela reste réussi mais en deçà du reste du choix de titres. Le niveau remonte tout de suite avec le petit joyau du dernier album Rock Action, à savoir "Two rights make one wrong", parfaite synthèse multi-instrumentale entre guitares, électroniques et nappe. Mais la prestation live reste dans la lignée de disque, au lieu de s'allonger comme auparavant dans un vacarme irrésistible et apocalyptique de fin de concert. La composition reste là : c'est un titre très beau, serein et volontariste qui va de l'avant jusqu'à s'y perdre.

Le dernier titre avant le rappel n'est autre que "New path to Helicon - part 1", grand morceau de bravoure du groupe (sans rapport avec la part 2), Mogwai y assume alors totalement son ambition bruitiste et sonique dans un déluge confondant. Personnellement la version de ce soir là n'était pas du niveau habituel, et c'est bien dommage car c'est un des morceaux les plus réussis et osés du groupe. Je dis cela uniquement pour faire la fine bouche (et puis pour donner le change), et il est évident que quand le groupe fait mine de quitter la salle, le public exulte et ne cache pas son ardeur.

Ils reviennent donc pour un premier rappel qui commence sur un assez moyen "I know who you are but what am I ?" du dernier album aux clusters de piano affectés qui ne mérite pas plus que cela d'être interprété en live, mais le groupe se rattrape alors avec le seul titre long du dernier album sur lequel ils peuvent développer une composition qui prenne de l'ampleur : "Ratts of the Capital".

La progression du morceau est assez proche du disque (avec un gros son tout de même et cela y fait indéniablement) mais le combat industriel qui précède l'apparition progressive du dernier riff martial qui écrase toute vanité et très réussie (et très forte, les protections auditives se montrant ici d'un intérêt salutaire!). Le groupe n'a donc pas perdu la main pour cultiver sa marque de fabrique de terrorisme sonique, un nouveau classique sans aucun doute.

Reprise du petit manège convenu pour quitter la scène, le public les rappelle de bon cœur pour finir sur une prestation totalement hallucinante de "You don't know Jesus", extrêmement malsaine et violente avec un son vraiment fabuleux de précision, de dureté et d'ampleur étoffée par un habillage bruitiste saisissant! Par deux fois cette vague irrésistible nous surprend et nous submerge, on n’attendait pas une telle fausse surprise de leur part. A la différence des morceaux de Gy!be, Mogwai préfère aller droit à l'essentiel voire à l'efficacité et ne nous épargne rien, on est véritablement chahuté, envoyé à dame d'une émotion à une autre dans un élan dynamique et féroce.

La clôture du concert sur ce titre laisse groggy, en sortant de l'environnement du morceau on a l'impression d'avoir vécu quelque chose d'extra-ordinaire (comme disait un officier des colonies). Une très grande claque! Et une expérience rare.

Une setlist assez parfaite concentrée autour des grandes fresques dans lesquels le groupe excelle, on note qu'ils jouent la carte des titres assurés de fonctionner au lieu d'essayer des compositions plus osées comme "Ithica", ou des titres chantés (le groupe exècre assez cela apparemment) ou encore la majesté dégénérée de l'hymne "My Father, My King" sur lequel ils finissaient toujours leurs concerts précédents (à ce sujet voir l'interview dans laquelle Barry revient sur ce point).

Le nouveau disque est bien défendu sans être trop privilégié (environ deux cinquièmes des titres mais beaucoup moins en durée). Donc oui c'était génial, Mogwai fait partie de ces quelques groupes pour lesquels on se damnerait pour les (re)croiser en concert.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happy songs for happy people de Mogwai
La chronique de l'album Mr Beast de Mogwai
Mogwai parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Zidane : A 21st Century Portrait de Mogwai
La chronique de l'album The Hawk is Howling de Mogwai
La chronique de l'album Special Moves de Mogwai
La chronique de l'album Hardcore will never die but you will de Mogwai
La chronique de l'album Les Revenants OST de Mogwai
La chronique de l'album A wrenched virile lore de Mogwai
La chronique de l'album Rave Tapes de Mogwai
La chronique de l'album Central Belters de Mogwai
La chronique de l'album Every Country's Sun de Mogwai
Mogwai en concert à La Laiterie (9 avril 2006)
Mogwai en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Mogwai en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Mogwai en concert à l'Olympia (30 septembre 2006)
Mogwai en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Mogwai en concert à L'Aéronef (vendredi 18 mars 2011)
Mogwai en concert au Trianon (jeudi 17 mars 2011)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
Mogwai en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet
L'interview de Mogwai (Avril 2004)
L'interview de Mogwai (5 juin 2003)
L'interview de Mogwai (décembre 2005)
L'interview de Mogwai (8 juillet 2008)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=