Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Shades
Le meurtre de Vénus  (Tricatel)  mars 2008

Prenez un ouragan, faites vrombir le tonnerre, laissez sécher les victimes et ramassez les corps. Regarder la scène rock parisienne quatre ans après son explosion et faire le bilan, à l’heure de la sortie des premiers albums. Les Shades, signés chez Tricatel pour leur premier album, ressemblent à des miraculés. L’orage (médiatique) est passé, et les cinq fringuants publient un meurtre bien honorable.

Mais autant le dire d’emblée, Le meurtre de Vénus ne satisfera pas toutes les bourses. Il y aura, comme au temps des mods, des punks, des hippies… il y aura des détracteurs, des fans et des groupies. Des dissidences. Car les Shades, d’une part, sont le premier album véritablement rock du label Tricatel. Et puis, comme je le soulignais plus haut, Vénus est attendue au tournant. Dernière sortie de la vague des « twenty something » parisiens. Et la musique alors hein ?

Au croisement de plusieurs sentiers. Chantiers même ! Pop, rock, variété (au sens où Tricatel l’a toujours entendu, avec noblesse et retenu) qui d’entrée affiche la carte : Guitares, synthés et voix sous filtre. Un regard moderne qui enterre bien profond la vision France con-con pratiqué par les déjà ancêtres du rock parisien (je ne les citerai même pas tiens). Une vision blanche, stoned immaculate aurait dit l’autre. "De Marbre ", troisième piste, et un mur de guitare soft entourent les claviers d’Hugo, les paroles de Benjamin Kerber marquent un grand pas dans, toujours à moitié mystique, à moitié réelle. Un bel effort.

Alors les Shades… Des enfants prodiges ? La chanson éponyme n’apporte pas la réponse, et la voix de Kerber, si elle peut se révéler agaçante à la longue pour le trentenaire habitué au chant monocorde, n’en reste pas moins passionnée.

Et c’est "Orage mécanique" qui enfonce le clou. Oui, c’est un premier album honnête. Qui retranscrira mal (forcément) la folie des concerts, l’apoplexie des premiers rangs. And so what ? Puisqu’il faut bien commencer quelque part, et qu’à choisir les Shades ont fait le bon choix : Jouer la longueur, refuser aux majors, et puis tant qu’à faire, autant se faire plaisir et se défaire des … machinations. L’un des meilleurs titres, loin devant "Le prix à payer". Trop entendue, déjà obsolète. "Machination", un regard kleenex bye bye à la jeunesse perdue.

C’est paradoxalement les titres les plus langoureux qui raviront l’auditeur novice. "La détente", justement, est l’un d’entre eux. Des odes aux relations sexuelles underage, lentes et chaudes, pour les kids qui ont encore des rêves. Et alors que tout le monde se réclame de Burgalat (Patron de Tricatel, NDR), les Shades parviennent à trouver leur autonomie face à papa. Car passé un certain âge, il faut bien prendre son envol. Il faudra plusieurs écoutes pour comprendre toutes les astuces de production, tout ce gai-savoir que Burgalat (producteur de l’album) a su ici dissimuler derrière les guitares, sans trop en faire sur les sonorités.

Le meurtre de Vénus… A la question "Ce premier album est-il génial ?", la réponse semble être non. L’exigence semble parfois pousser à des envies inatteignables dont tout le monde attend des miracles au premier riff . Mais les Shades, inévitablement, sont l’avenir du rock français. Une capacité de songwriting étonnante. Quelques compositions sévèrement burnées….

"J’ai vu la lumière" crie Benjamin sur le prix à payer… Effectivement. Cet album vaut quelque chose, et la monnaie est plus qu’honnête.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Une 2ème chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
Les Shades en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Les Shades en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
La chronique de l'album Portrait robot de Bertrand Burgalat
La chronique de l'album Les choses qu'on ne peut dire à personne de Bertrand Burgalat
Bertrand Burgalat en concert à l'Elysée Montmartre (Soirée Tricatel) (7 décembre 2005)
L'interview de Bertrand Burgalat (juin 2005)
La chronique de l'album Va chercher la police de AS Dragon
AS Dragon en concert au Festival Schmoul 2004
AS Dragon en concert au Festival RocknSolex 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Festa Dies 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
L'interview de AS Dragon ( mars 2004)
L'interview de AS Dragon (19 mai 2005)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Shades (3 mars 2008)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=