Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce T - Sophie Hunger - Moriarty
Festival GéNéRiQ 2008  (Théâtre du Granit, Belfort)  6 mars 2008

Si la programmation du Festival GéNéRiQ invite au voyage et au mélange des genres, les lieux choisis par les organisateurs soutiennent amplement cette pluralité. Il était donc naturel que le Théâtre du Granit à Belfort ouvre ses portes au public pour accueillir un patchwork musical de qualité, en trois actes ce soir.

La première pièce de choix vient de Strasbourg, en repérage avant de poser ses amplis cet été sur la scène des Eurocks. Un avant goût de ce que propose T, trio aérien emmené par Thomas Walter dont le troisième album est en gestation chez le label Herzfeld.

T emprunte au blues et au songwriting folk toute son essence pour distiller un rock léger et progressif, comme une mise en oreille rarement incisive qui rappelle parfois les envolées d’un Chris Réa dans ses grandes heures. Avec classe et volupté, T a traversé son set comme un mirage doux mielleux et une certaine retenue dans les mots trahit surtout l’immense plaisir de ces trois alsaciens à jouer sur ce plateau emblématique. Une affaire à suivre, discrète mais efficace.

Vous connaissiez Sophie Hunger ? Non ! Nous non plus. Mais le sentiment qui domine à l’issue de sa prestation est sans équivoque : celui d’avoir découvert une perle rare, touchante, sensible et juste. La jeune Zurichoise de 23 ans excelle dans au moins trois domaines : Le chant, puissant et plein d’émotion, la guitare, dont elle laisse s’échapper des effluves folk et le piano, intense, charmeur, religieux.

Sophie Hunger est exceptionnelle. Simplement.

Son apparence fragile et figée se libère progressivement, laissant éclater sa force de caractère, sa grâce volatile se mue en détermination et en évidente pureté.

Celle qui a sorti son premier album autoproduit en refusant d’y poser son nom parce que "c’était juste comme ça", prend possession de l’espace scénique tout en douceur jusqu’à en devenir bouleversante. Portée par ses musiciens, ses amis, Christian et Mickael à la flûte traversière et au trombone, Evelinn Trouble au chant, la « môme » surfe sur des vagues au parfum jazz, aux accents blues ou folk, laisse planer un air de flamenco avant de discuter avec le public, simplement, tout simplement humaine.

Dans un ultime sursaut elle reprend "Ne me quitte pas" de Brel, une interprétation décomplexée, tendue, un grain de voix qui achève de convaincre un théâtre médusé par ce talent inconnu qui ne le restera pas.

Sophie Hunger n’a pas tout d’une grande. Elle est une Grande.
Elle joue les 17 et 18 mars 2008 au Centre Culturel Suisse de Paris dans le troisième. Annulez tout. Vendez tout. Invitez votre belle mère.

La cerise sur le gâteau déjà bien garni de cette soirée est franco-américain, débarque de sa roulotte un bric à brac de vide grenier et peaufine sa mise en scène avant de lever le rideau sur le troisième acte.

Moriarty est un groupe de cinq musiciens et une chanteuse. Mais pas seulement.

Moriarty pose un décor intemporel de cabaret et invite au voyage, comme la bande son d’un road movie poussiéreux dans lequel on retrouverait des personnages hauts en couleur et forts en gueule. Unis autour d’une diva bohémienne, Rosemary, la fratrie musicale affirme son caractère entre un harmonica de velours, des guitares Dobro et Gretch tantôt aériennes tantôt incisives, une contrebasse chaude et chaloupée, une tête de chamois nommé Gilbert, une valise à bout de souffle en guise de percussion, un xylophone minimaliste et une voix envoûtante qui transporte ce petit peuple sur une route musicale colorée.

Car chaque morceau de Moriarty raconte une histoire, celle d’une certaine Amérique, celle de Kerouac, celle de Springsteen, celle de voyageurs infinis qui puisent leur essence dans les rencontres et dans le partage, celle d’une balade où d’une cavalcade.

Avec beaucoup d’humour, les six dressent des tableaux musicaux qui prennent leur racine quelque part entre le blues des années 30, le folk, la country, le jazz, les dents acérés d’un cactus et la douceur d’un pantalon en velours côtelé.

Le public se délecte avec gourmandise de ces saynètes dans un théâtre qui prend la mesure de ce phénomène atypique et laisse opérer la magie.

Certains d’ailleurs regretteront le coté théâtral de cette formation mais ce coté délicieusement décalé fait de leur prestation un moment où l’image se mêle au son.
Moriarty est un groupe à écouter comme à voir.

Ces trois prestations confirment un festival GéNéRiQ désormais mis sur orbite, les programmateurs et les organisateurs de ce festival ayant tout misé sur la qualité, des lieux décalés aux artistes talentueux.

Ce satellite hivernal du grand Est est en passe de devenir un évènement incontournable car équilibré, multiple, fédérateur et découvreur. Un festival où chacun trouve son compte pour le meilleur et le plaisir.

Non, définitivement vous ne pourrez plus dire que les hivers sont froids dans l’Est.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gee whiz but this is a lonesome town de Moriarty
Moriarty parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Moriarty en concert à La Maroquinerie (15 octobre 2007)
Moriarty en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Moriarty en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Moriarty en concert au Festival International Benicàssim 2008
Moriarty en concert à l'Olympia (lundi 13 octobre 2008)
Moriarty en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 8 novembre 2010)
Moriarty en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Moriarty en concert au Fil (samedi 24 novembre 2011)
L'interview de Moriarty (16 octobre 2007)
La chronique de l'album Monday's Ghost de Sophie Hunger
La chronique de l'album 1983 de Sophie Hunger
La chronique de l'album The Danger of Light de Sophie Hunger
Sophie Hunger en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Sophie Hunger en concert au Grand Mix (samedi 17 otobre 2009)
Sophie Hunger en concert à L'Aéronef (1er juin 2010)
Sophie Hunger en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Moriarty
Le site officiel de Moriarty
Le Myspace de Sophie Hunger
Le label de T

Crédits Photos : Vincent Courtois (Plus de photos sur Taste of Indie)


Vincent Courtois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=