Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Crowes
Warpaint  (PIAS)  mars 2008

Un disque me brûle les doigts. Sept ans d’attente, de déceptions, d’espoirs transformés en renoncement depuis leur dernier album. Mais finalement le rock n’est pas encore tout à fait mort et les corbeaux noirs deviennent des phœnix. Les frères ennemis Robinson se reforment, les chamailleries en famille sont laissées de côté et les Black Crowes, musiciens contemporains dont l’esprit s’est égaré dans une autre époque, sortent enfin un nouvel opus Warpaint.

Les Black Crowes reviennent. Mélange de Stones, de Allman Brothers et autres groupes sudistes, la voix soul et rock de Chris Robinson et la guitare rageuse de Rich forment un ensemble ravageur. L’histoire de la musique rock est ponctuée de groupes composés de frères (au sens familial ou non) chanteur et guitariste, parfois ennemis mais en tout cas toujours en concurrence.

Tout commence en 1990 avec le Shake your Money Maker, direct, simple qui secoue et ouvre la voie au sublissime The Southern Harmony and Musical Companion qui reste, à mon avis, leur meilleur album.

Mais les chemins du rock'n’roll sont sinueux, souvent dangereux et des errements dans la poudreuse et finalement musicaux étaient sûrement inévitables. La discographie du groupe n’en demeure pas moins éloquente : sept albums studios et deux lives, dont un avec Jimmy Page constitué en partie de reprises de Led Zep.

Leur dernier effort studio, Lions datait de 2001 et signait la fin musicale des corbeaux. Album impossible à écouter et complètement dispensable, il ne laissait rien présager de bon et beaucoup les pensaient alors définitivement perdus.

Mais pour faire patienter au cas où, et remplir le tiroir caisse, on avait eu droit à un best of, un live, un Dvd, mais bien évidemment, rien qui ne satisfasse vraiment. En fait, musicalement la vie du groupe s’était sans doute arrêtée en 1994 avec Amorica, leur dernier bon disque, et même si By your side en 1999 constituait un sursaut, il ne s’agissait peut-être que d’un dernier spasme musical avant la mort cérébrale.

Cependant, on les avait peut-être un peu trop vite enterrés. Piqués dans leur fierté, les frères d’Atlanta bombent le torse et tentent de se réhabiliter. Grands habitués des changements de musiciens, les petits nouveaux du jour sont Adam Mac Dougall aux claviers et le guitariste Luther Dickinson venant des North Mississippi All stars. Ce dernier, par son jeu fluide et mélodique, ferait presque oublier Marc Ford qui avait ponctué les heures les plus lumineuses du groupe.

La fratrie Robinson, à peu près rabibochés, signe toutes les chansons à l’exception d’un titre. Comme dans leurs premiers albums, une reprise de derrière les fagots s’invite dans la liste. "God’s got you" du Révérend Charlie Jackson entraine dans un gospel qui vire au boogie endiablé. Le groupe est rompu à l’exercice que ce soit en revisitant Otis redding ("Hard to handle"), Marley ("Time will tell") ou bien en s’appropriant les chansons du dirigeable. Puis contrairement (et fort heureusement) au précédent opus, la production revient à un son plus direct. Paul Stacey qui avait officié quelques courts instants comme guitariste au sein du groupe prend les manettes et redonne de la vigueur au son.

Dès les premiers coups de caisse claire, on est rassuré. L’album s’ouvre sur "Goodbye Daughters Of the Revolution" au riff coupant comme une feuille de papier et à l’urgence assumée. Puis suit et suinte le blueseux "Walk Believer Walk" au tempo tellement ralenti qu’il tourne à l’incantation maléfique. Poursuivant dans cette veine, on est servi par "Movin’ on down the line" tout en montée, qui éclate enfin au bout d’une minute trente tendue, dans une folie mélangée de Rock-boogie délirante. Puis tandis que "Who see the deep" commence par un beat batterie auquel viennent se greffer riffs et guitare solo dans une parfaite symbiose pour un pur moment de Rock'n’Roll, "Evergreen" fait rugir des gimmicks fiévreux et "Wounded bird" envoie un déluge sonore de guitares saturées. Chemin faisant, on se retrouve aux portes de l’Amérique sudiste avec de la ballade bien grasse mais inspirée qui colle aux oreilles tel "Oh Josephine" ou plus délicatement avec "Locust street" alors que la superbe complainte, "There’s God in them hills", apporte la preuve que l’on peut avoir l’esprit rock même en acoustique. Enfin, l’album se clôt, après dix chansons sans faiblesses, sur "Whao Mule" qui pourrait sortir d’un champ de coton et fait grimper immédiatement le taux d’humidité ambiante.

Musique d’une autre époque ? Musique pour les nostalgiques ? Amateurs de niaiseries contemporaines, passez votre chemin. Et non, ce n’est pas Lenny Kravitz qui sauvera le rock et maintiendra la flamme allumée. Les frères Robinson font leur grand retour. Rien de révolutionnaire mais du putain de Rock'n’roll. Les Black Crowes reviennent, qu’on se le dise !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Before the frost... Until the freeze de The Black Crowes
La chronique de l'album Croweology de The Black Crowes

En savoir plus :
Le site officiel de Black Crowes
Le Myspace de Black Crowes


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=