Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bjorn Berge - H-Burns
L'Européen  (Paris)  31 mars 2008

Depuis cette interview mémorable et la private session qui s’ensuivit, on l’attendait de pied ferme ce fleuron norvégien, le gars capable de sortir d’une guitare 12 cordes les choses les plus invraisemblables, à commencer par l’idée saugrenue dans la tête de chaque auditeur qu’un groupe de 25 guitaristes et percussionnistes divers est planqué derrière le rideau de fond de scène pour justifier le barouf incroyable qu’il déploie à chaque chanson… alors qu’il est seul sur scène…

Bref, Bjorn Berge, l’ex ouvrier de plates-formes pétrolières en Mer du Nord, Bjorn Berge le facétieux, (si, si, il l’est) était à Paris pour la sortie d’un nouvel album live (CD+DVD), compilation de ses tournées en Europe, astucieusement nommé Live in Europe.

La salle est comble - enfin quasi - de looks les plus divers, endossés par un panel d’âges qui couvre la sortie de collège, jusqu’à la retraite bien méritée - ou pas d’ailleurs, mais là n’est pas mon propos.

Et d’ailleurs, autre comble, s’il en fût (digression quand tu nous tiens) : nous sommes tous autant et divers que nous sommes, assis. C’est quand même dingue quand on sait ce qui nous attend (envies diverses et variées de sauter dans tous les coins en prétendant notamment être les fans ultimes de Lemi Motörhead) – j’en appelle donc aux plus sortants d’entre vous : me fourvoie-je en imaginant ladite salle libérée de ses sièges sagement disposés en amphi ?

Bref, admettons qu’il faille y voir une attention toute bienveillante de l’organisateur à l’attention de la partie du panel la plus éloignée du collège…. Nous sommes donc tous sagement – et fébrilement- assis.

H Burns, l’ardéchois folk, ouvre vaillamment le concert, en version seul-avec-sa-guitare et propose en 30 minutes un aperçu plus qu’honorable de son album How strange it is to be anything at all qui avait impressionné Froggy's Delight. L’ambiance se pose doucement avec les mélodies successivement mélancoliques ou rageuses des titres qu’H Burns chante en anglais.

Puis Bjorn Berge arrive rieur, décontracté, lunettes sur le nez, cheveux blonds mi-longs, accueilli par un tonnerre d’applaudissements (si, si, c’est ce à quoi ça ressemblait le plus, je vous assure !). Le Norvégien s’installe sur une chaise en milieu de scène, entre deux 12 cordes, on distingue à peine la pédale qu’il utilisera pour accentuer le rythme de certaines chansons.

Il démarre à 100 à l’heure avec un titre perso "Blues Hit Me" et…c’est peu dire ! Nous sommes tous collés à nos dossiers (finalement, c’est peut être pour nous protéger contre ces accélérations que le gentil organisateur n’a pas viré les sièges). Il profite de la fin du premier morceau pour se présenter, mi-rigolard, mi-incertain ("ils me connaissent vraiment tous ????"). Nous nous faisons un plaisir de le rassurer.

C’est parti pour 2 heures d’une intensité incroyable : quelques titres perso et surtout des reprises. En effet, depuis son dernier opus I’m the anti-pop, Berge déclare vouloir rendre la politesse à tous ceux et celles qu’il admire et qui l’ont inspiré depuis des lustres.

Des reprises, donc, que peu se risqueraient à jouer et que le bonhomme revisite systématiquement de la cave au grenier pour en livrer une version "blues" ou, pour être plus proche de la réalité, BjornBergo-bluesèque, jamais entendues, parmi lesquelles l’immense "Ace of Spades" (du susmentionné Lemi Motorhead - saluée, en intro par des hurlements de plaisir et à la fin par le même tonerre-machin- qui n’est même pas lassant), "13 question method" (Chuck Berry - la liste des questions magiques qui vous assureront de ne pas finir la soirée seul(e) est émaillée de rires, solos, de commentaires et de clins d’œil du meilleur effet cabotin), "Give it Away" (Red Hot Chili Peppers - le public se tient à peine et ne se le fait pas demander 2 fois quand Berge lui demande de chanter de conserve), "Buena" (Morphine - la transe….) ou encore "Black Jesus" (Everlast - envoûtant).

Et à chaque fois une (re)découverte :cet homme est non seulement capable de sortir des sons et des rythmes par cascade de sa guitare, toutes les méthodes y passant (picking, arpèges, bottle neck, à plat sur les genoux, derrière les oreilles… euh, non, là j’abuse) en un show constant, mais également de proposer une version extrêmement enthousiasmante du blues, personnelle, nettoyée, dépoussiérée, pfff le bonheur, quoi !

Une espèce de transe bienheureuse, qui vire à la franche hystérie en fin de concert quand, après deux rappels et autant de standing ovations, Berge le facétieux (je vous avais prévenus) termine par une chanson folklorique dite "chanson de la montagne" (je vous épargne la version norvégienne) qui, bien que présentée comme la-chanson-qui-rend-fou, ne menace finalement que les phalanges et autres métacarpes du pauvre homme (qui ne semble pas s’en soucier le moins du monde), et porte à son comble notre plaisir à tous.

Vous n’y étiez pas ?
Dommaaaaaaaaaaaage !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au New Morning (mercredi 2 décembre2009)
H-Burns en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)

Crédits photos : David Didier (plus de photos sur Taste of Indie)


Unbroken         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=