Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Gore Gore Girls - The Bellrays  (Belfort, La Poudrière)  23 avril 2008

Autant le préciser tout de suite, je ne connaissais pas les groupes de cette soirée rock’n’roll. A peine avais-je écouté quelques morceaux des Bellrays auparavant. Et les Gore Gore Girls, qui ouvraient la soirée ? Pas vues pas connues, ma petite personne se sentant plus concernée par la scène punk/hardcore sénégalaise.

Affluence relativement importante à la Poudrière, c’est à noter, pour un soir de semaine (mercredi). Et c’est un peu rassurant de la part de notre France poussive. Alors on salue quelques connaissances, on sculpte le morceau de gras et…

A peine le temps de réaliser que j’allais vivre mon premier concert sobre depuis des siècles, que les quatre Gore Gore Girls entrent en scène, look pin-up oldschool à outrance, toutes Gretsh dehors. Deux-trois titres garage histoire de se chauffer, elles prennent la pose sans vraiment tomber dans l’artifice scénique nauséabond et c’est parti pour 45 minutes de revival rock’n’roll. Elles baisseront vite la cadence pour taper dans l’esprit bubble-gum fin 50 début 60 : du swing, du twang, la bassiste se déhanche nonchalante et bizarrement, c’est là que la température commence à monter.

Allez, deux morceaux plus tard, on repart dans un esprit plus garage sixties sans vraiment aller jusqu’au punk. Ca y est, c’est lancé, même si le public rechigne à se bouger, les Girls, en tous cas, ne lâchent rien, la chanteuse-guitariste sorcière descend à plusieurs reprises fendre le public, guitare phallique, grimace crispante et mini-jupe blanche à l’appui.

Le groupe joue carré, la basse ondule comme il faut, la batterie est monolithique et puissante, la lead guitariste tournoie sur elle-même, se démène, fouette l’air de ses cheveux et alterne leads furieux, bottleneck et même un coup d’harmonica désuet. Les voix sont parfois bien grinçantes, voulu, pas voulu, en tous cas ce n’est pas leur point fort.

Dans la fosse, on commence enfin à voir quelques personnes danser (pas moi, je suis gothique) et le dernier quart du concert sera particulièrement marquant grâce à des mid-tempos lourds et répétitifs très efficaces.

Le concert se finira sans que l’on trouve le temps long. Peut-être pouvait-on attendre un peu plus de folie ? Cela dit, il y avait une super énergie, une certaine diversité finalement, absolument rien d’original, c’est sûr, c’est revival (et pourtant, ça rime), ça fait du bien et ça fait oublier le côté irritant de ce genre de délire rétro. En effet, la coolitude rock semble aujourd’hui complètement centrée sur le vintage, le revival, voire le relic, alors que quelques années plus tôt, les Gore Gore Girls avaient dû se faire traiter de has-been. Ce sont elles qui doivent bien se marrer.

Sortie clope et chasse à l’angine, puis les Bellrays attaquent par surprise, on quitte la fraîcheur maladive pour l’étuve de la salle noire de Belfort.

La première impression est assez baffante, le groupe frappe fort, ça joue vite et la chanteuse nous scotche direct par sa présence et sa voix. Une voix à l’appel sexuel, puissante, qui se déchire pour sortir les griffes du velours. Clairement, on pense à Joplin, Turner, Franklin, rallongez la liste, SVP.

Derrière elle, un power trio masculin guitare-basse-batterie somme toute très classique, pas si punk, mais plutôt rock et hard-rock 70’s version primale, à la MC5 et Stooges pour les moments les plus fous.

Et là, paf ! Je commence à décrocher légèrement, je me dis que la réputation des Bellrays repose sur la voix de leur chanteuse : "d’ailleurs, là, elle en fait trop". En effet, mais elle chauffe tellement la salle, la tenant dans sa main et la faisant réagir à son bon vouloir qu’on en oublie ses phrasés improvisés parfois envahissants. Soudain, on entend des choses étranges, que se passe-t-il ? En fait, c’est le début de ses ennuis avec son câble XLR qui lui coupera occasionnellement la chique en vilaines tranches artificielles. Tout finira par rentrer dans l’ordre sans que jamais ce petit problème ne paraisse la ralentir.

Déboulent ensuite deux morceaux soul superbes, où l’on sent que la chanteuse est vraiment, vraiment à son aise, déclenchant des frissons à foison. C’est le grand moment de ce concert qui, ensuite, bifurque à nouveau en des terres hard-rock parfois confuses, le son brouillon sur la guitare n’aidant pas à s’y retrouver.

Je me souviens d’un grand bloc sympathique de titres bouillonnants plus ou moins rapides, au milieu duquel ne ressort finalement qu’une seule nouvelle pépite : un autre changement brusque de style, un slow blues des familles là aussi très émotionnel, où LA voix entrelacée de solis de guitare fait encore des merveilles. Et nous rappelle que nous l’avions aimé(e).

Cela posé, plusieurs passages hymniques ou secs comme des coups de triques ont confirmé que le groupe sait aussi déménager. Mentions spéciales au bassiste souriant qui ne faiblira pas de tout le set, assurant comme une bête, dans le rock comme dans le groove suave, ainsi qu’au batteur puissant et furieux.

Ce fut donc un bon concert mais quelque chose m’est apparu assez simplement : les Bellrays semblent aujourd’hui plus à l’aise dans leurs penchants groovy et bluesy que dans leur débauche rock dur. Du moins, sur cette date.

Les lumières se rallument, je regarde les bières que je ne peux boire et les sourires ravis, niais ou surexcités sur les faces de mes proches congénères. Je me dis que pour une fois, je pourrais faire la fine bouche, puisque je l’ai grande, en affirmant que tout cela manquait quand même d’un peu d’audace.

Mais on nous avait promis du rock, du revival, de la sueur et des filles, on ne nous avait pas menti. Merci.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Bellrays en concert au Festival Musiques en Stock 2008
The Bellrays en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
The Bellrays en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
The Bellrays en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le Myspace du festival

Crédits photos : Vincent Courtois (retrouvez toute la série sur Taste of indie)


El Gep         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=