Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joan as Police Woman
Interview  (par téléphone)  15 avril 2008

Bien que son premier album Real Life ait été distingué unanimement par les critiques du monde entier, Joan Wasser, plus connue sous le nom de Joan as Policewoman montre une certaine sérénité, à la veille de la sortie d’un second album on ne peut plus attendu, To Survive, qui sort en juin des deux côtés de l’Atlantique.

Diplômée du conservatoire, elle officia tout d’abord dans des groupes punks, et c’est ce genre d’émotion brute qui vient irriguer ses textes, émotion qui s’associe à une sensibilité exacerbée et resplendissante dans les mélodies. Le second album de Joan s’inscrit dans la continuité du premier, qui irradiait d’intelligence et de mélancolie. Il se distingue lui-même de façon notable par l’émotion brute qui s’en dégage.

La majeure partie de To Survive a été écrite alors que sa mère était en train de se battre contre le cancer qui l’emporta l’année dernière. Canalisant la douleur de la perte, l’album se resserre sur Joan, son jeu pianistique et sa voix. Les guitares sont reléguées à l’arrière plan et les accroches pop s’incorporent sans accroc à la ligne mélodique particulière. "C’était devenu une obsession de soustraire un maximum de choses pour ne laisser que les éléments absolument nécessaires", s’explique Wasser. "J’ai gagné en cohérence, en sincérité et en subtilité. Il était question d’être assez courageuse pour ressentir et exprimer autant que possible tout ce qui me submergeait. En toute honnêteté".

Nous avons recueilli les impressions de cette artiste extrêmement talentueuse qu’est Joan Wasser ou Joan as Policewoman, lors d’un court entretien. Nous lui avons demandé comment elle avait vécu les années qui ont suivi son premier album.

En quoi votre nouvel album fait la preuve d’une nouvelle étape dans votre travail ?

Joan Wasser : Mon album s’inscrit dans la continuité de Real Life, j’ai cherché à aller encore plus profond dans les émotions, je veux accéder au maximum d’honnêteté dont je suis capable, m’en servir pour la transformer en une matière qui fasse sens musicalement.

Est-ce que vous avez changé de méthode pour écrire votre second album ?

Joan Wasser : Et bien, l’album a été écrit principalement sur la route pendant la tournée du premier album. Ma mère était en train de mourir, sa mort a certainement pesé sur son évolution.

Est-ce que vous avez changé votre rapport à la musique au cours de ces années ?

Joan Wasser : La musique est toujours dans le fond une bête instinctive et ces pulsions, je ne cherche pas à les juger trop durement parce que je veux qu’elles continuent à s’exprimer à travers moi, sans le moindre obstacle, c’est-à-dire que j’apprends à ne pas les censurer, ni à leur porter de jugement.

Avez-vous été surprise par le formidable accueil de la presse envers votre premier album ou avez-vous toujours été sûre de vous ?

Joan Wasser : Ce dont j’étais sûre, c’était d’être contente de l’album. Après sa sortie, c’est comme s’il ne m’appartenait plus, je me rappelais seulement que, quelles que soient les réactions qu’il suscitait, ça restait un travail dont je pouvais être fière. Le fait que d’autres personnes l’apprécient me fait croire que je ne suis pas si marginale, je suppose, si à part, de façon générale, ce qui par le passé m’aurait sans doute terrifiée, mais qui, aujourd’hui, me donne plutôt de l’espoir.

Est-ce que vous pensez que vous êtes inspirée par l’endroit où vous vivez ?

Joan Wasser : Je suis inspirée par le fait de vivre à New York où chacun peut trouver tout ce dont il a envie, et même ce qu’il ne cherche pas ! Je vis à Brooklyn et si tu circules autour, en voiture, pendant une heure, tu traverses une centaine de communautés, de nationalités, de cultures différentes ainsi que leurs festivals, leurs particularités alimentaires, leurs habitudes. C’est l’endroit le plus stimulant du monde.

Si on vous offre la possibilité d’emmener avec vous, trois albums sur une île déserte, lesquels prendriez-vous ?

Joan Wasser : Parade - Prince, Sibelius - Symphony No 5 and 6 et Entertainment - Gang of four

Quelles sont vos chansons préférées sur votre album To Survive et pouvez-vous l’expliquer?

Joan Wasser : "To be lonely" et "To survive". ("To survive" s’inspire d’une berceuse que sa mère lui chantait quand elle était enfant pour chasser la peur persistante qu’elle avait d’être brûlée vive à un poteau). C’est toujours ce que je ressens parfois et je ne cherche pas à l’évacuer, à verser de l’eau sur cette impression. Pourquoi le ferais-je ? Tout ce que je fais vient du cœur.

Vous faites un duo avec Rufus Wainwright sur le dernier morceau "To America", pensiez-vous déjà à lui lorsque vous l’avez composé, et comment vous est venue l’idée d’écrire pour une voix si unique et charismatique ?

Joan Wasser : Oui, je pensais à lui quand j’écrivais la chanson. J’ai fait partie de sa formation pendant quelques années et il m’a poussé à utiliser ma voix de façon très différente. Travailler avec Rufus était comme deux heures et demi d’exercices physiques. Vraiment intensif. Alors quand j’ai écrit "To America", je l’ai écrite dans une tonalité plus haute pour le pousser à atteindre le son que je voulais.

Comment vivez-vous la scène? Est-ce que ça vous rend nerveuse ?

Joan Wasser : J’essaie d’être aussi calme que possible. Ceci dit, s’il y a un ami cher dans la public, je serai probablement un petit plus nerveuse. J’essaie de ne pas penser à ça. Penser est un bien grand mot !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Deep Field de Joan as Police Woman
La chronique de l'album The Classic de Joan As Police Woman
La chronique de l'album Let it be you de Joan As Police Woman & Benjamin Lazar Davis
Joan as Police Woman en concert au Festival Les Inrocks 2006
Joan as Police Woman en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Joan as Police Woman en concert à L'Aéronef (mardi 12 juin 2012)
Joan as Police Woman en concert au Café de la Danse (vendredi 21 mars 2014)
L'interview en VO de Joan as Police Woman(15 avril 2008)
L'interview en VO de Joan As Police Woman(vendredi 24 janvier 2014)
L'interview de Joan As Police Woman (vendredi 24 janvier 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Joan As Police Woman
Le Myspace de Joan As Police Woman
Le Facebook de Joan As Police Woman

Traduction : Sandrine Gaillard

Oliver Baker         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joan As Police Woman (27 janvier 2014)
Joan as Police Woman (6 décembre 2010)


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=