Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Lonely Drifter Karen - Miss Li - Phoebe Killdeer and the Short Straws  (Paris, La Maroquinerie)  24 avril 2008

Il pleut ce 24 avril, je monte la rue Boyer où se trouve la Maroquinerie contre le vent plus hostile que fripon.

La soirée des Femmes s’en mêlent annonce trois artistes qui suscitent la curiosité : Lonely Drifter Karen de l’autrichienne Tanja Frinta, Miss Li ou la suédoise Linda Carlsson et the last but not least l’australienne Phoebe Killdeer.

Tanja Frinta est un mélange de Gwyneth Paltrow et de Joni Mitchell en plus discrète. C’est leur premier concert à Paris, ce qui explique peut-être la réserve du groupe, appliqué à ressusciter un univers gentiment suranné : un petit côté bal populaire, ou des mélodies saccadées qui rappelle parfois Kurt Weill.

Nous écoutons les chansons d’une comédie musicale imaginaire qui ne manquerait pas de classe. Vous vous souvenez lorsque Audrey Hepburn est surprise en train de chanter à son balcon dans Breakfast at Tiffany’s

Mais le récital manque d’épaisseur : des charmes de cabaret qui ont laissé leurs pointes de perversité au vestiaire.

Linda Carlsson est arrivée, déterminée et volontaire : il faut que ça explose ! Le groupe est habillé avec humour en costume des années cinquante, la chanteuse aux cheveux de jais réveille l’assistance. Elle va du piano au micro, bousculant les musiciens.

Tout est surprise et fête. S’amuser de tout. Les paroles sont simplissimes mais la théâtralisation de l’interprétation et les mélodies jazz lancées à toute allure font naître des scènes. Je donne un exemple : "Leave my man alone, you ! Bitch ! I’m not prepared to share my man". Et oui, Miss Li est de celles qui sortent les griffes. Elle traverse le set, avec une voix qui menace de rompre mais elle a su transformer l’ambiance : maintenant on s’amuse.

Nous n’étions pas à la fin des expériences. Quand Phoebe Killdeer rentre sur scène, c’est pour se dissimuler dans le noir, ou s’éclairer d’une seule lampe rouge, ou de quelques allumettes : l’ambiance est expressionniste.

Parce que Phoebe Killdeer n’est pas moins qu’un envoûteuse, une sorcière jeteuse de sorts… menaçante, caressante jouant de sa longue chevelure châtain, comme d’un rideau cachant des incantations magiques.

Servie par des musiciens de haute volée, elle est polymorphe : puissante comme fragile et abandonnée. Aucun registre ne la désarme, sa voix se fait lyrique ou jazzy sans effort apparent.

Et loin de rester dans les limites du disque enregistré, la prestation scénique est une exploration, à l’affût d’un son étrange, d’une composition hétéroclite, tel l’invité saxophoniste qui accompagne un titre de sons stridents. L’esprit de Frank Zappa serait-il là ? Phoebe Killdeer est étonnante sur scène : de l’angoisse, du suspens, de l’amour …. Excitation et plaisir garantis.

Et il ne pleut plus, la nuit est douce.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Poles de Lonely Drifter Karen
Lonely Drifter Karen en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Lonely Drifter Karen en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
La chronique de l'album Weather's coming de Phoebe Killdeer and the Short Straws
Phoebe Killdeer en concert au Nouveau Casino (26 mars 2008)
Phoebe Killdeer en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Phoebe Killdeer en concert au Fil (vendredi 10 février 2012)
Phoebe Killdeer en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Phoebe Killdeer (13 mars 2008)

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le Myspace du festival

Crédits photos : Fabrice Delanoue (retrouvez toute la série sur Taste of indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Phoebe Killdeer and the Short Straws (13 mars 2008)


# 25 juillet 2021 : Voilà l'été

L'été se poursuit tranquillement, moins de chroniques de notre côté mais nous sommes toujours là pour vous proposer nos découvertes estivales. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Fa-tality" de E-Riser
"Garden party" de Gurl
"Peace of love" de Kings Of Convenience
"L'auvergnat chante Brassens à la Coopérative de mai" par divers artistes
"Giants" de Pierre Mottron
"II" de Servo
"Enraciné" de Yvard
et toujours :
"Si la rivière coule" de Belfour
Un petit point sur le Hellfest #15 (édition 2022)
"Primeiro disco" de José
"Sister" de Mina Tindle
"Sur l'écran noir" de Thierry Eliez
"Symphony N°2 / Highlander" de Tomasz Sroczynski

Au théâtre :

des suggestions avec les spectacles de l'été
les spectacles au Festival Off d'Avignon
et les festivals dans son salon avec des captations :
au Festival d'Avignon "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov par Tiago Rodrigues
au Festival d'Aix-en-Provence :
"Les Noces de Figaro" de Mozart
"Tristan et Isolde" de Richard Wagner
"Carmen" de Georges Bizet
et un opéra moderne "Innocence" de Kaija Saariaho

Expositions :
en visite virtuelle commentée :
"Les origines du monde. - L'invention de la nature au XIXe siècle" au Musée d'Orsay
"Le Corps et l'Ame. De Donatello à Michel-Ange. Sculptures italiennes de la Renaissance" au Musée du Louvre
"Dans la poussière de Séville... sur les traces du Saint Thomas de Velázquez" au Musée des Beaux-Arts d’Orléans
"De Chantilly à Azay-le-Rideau. Le retour des portraits de la Renaissance" au Château d’Azay-le-Rideau
et les expos de l'été parisien

Cinéma :

en salle :
"True Mothers" de Naomi Kawaze
"Spirale" de Darren Lynn Bousman
at home en streaming gratuit :
"Companeros" de Alvaro Brechner
"Volare" de Gabriele Salvatores
"The Last family" de Jan P. Matuszynski
"Demain, la liberté !" de Hossein Pourseifi

Lecture avec :

"Live !" de Jeff Jackson
"Ne m'oublie pas" de Alix Garin

"Oeuvres complètes IV" de Roberto Botano
"Le divin scénario" de Jacky Beneteaud & Fabrizio Dori
"Parasites" de Ben'H Winters

"Mémoires" de Albert Kesselring
"Maitresses et femmes d'influence" de Robert Schneider

Du côté des jeux vidéos :

"Chivalry 2" sur PS4, PS5, Xbox Series et Windows
"Ghosts'n Goblins Resurrection" sur Switch, PS4, Xbox One et Windows
Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=