Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce French Cowboy
Interview  (Bourges)  15 avril 2008

Interviewé à l'occasion du Festival du Printemps de Bourges 2008, Federico Pellegrini des French Cowboy répond à nos questions.

Vous avez créé le label Havalina. Quels sont les projets et les sorties prévues pour ce printemps avec ce label ?

Federico Pellegrini : On a sorti notre album en octobre. Ensuite, on a commencé à bosser avec Al Foul, un gars de Tucson qu’on aime bien, une espèce de truc un peu entre Johnny Cash et rockabilly, il a une tête d’Elvis Presley. Il a enregistré des morceaux que l’on n’a toujours pas sortis. Il ne sait pas encore lesquels il veut mettre. Au départ, l’idée était de sortir un "speed single" avec lui, je ne sais pas si l’idée va se poursuivre ou pas.

Il y a deux mois, on a enregistré un disque avec une chanteuse qui s’appelle Lisa Li-lund, la sœur des frères Herman Düne. On a fait une espèce de résidence à Clermont-Ferrand. J’avais ramené cinq chansons, elle cinq aussi. En quatre jours, on les a orchestrées tous les quatre avec elle. Et là, je vais le mixer demain à Tucson. Cela va sortir le 23 juin.

Le truc, c’est qu’on est notre propre banque, on ne roule pas sur l’or donc on a des ambitions de sortir des choses, mais il faut que l’on rentre dans nos frais… On est bien entouré, on a un distributeur qui s’appelle Differ’ant, des jeunes gens avec qui on a un super rapport. On a notre tourneur qui s’appelle Super, ils sont super ! On s’est vraiment acoquinés de petites structures avec qui on peut bien parler. Ce n'est pas de la branlette, si on peut faire un truc on le fait, si on ne peut pas, on laisse tomber.

Pourquoi cette connexion particulière à Tucson ?

Federico Pellegrini : Dans notre ancien groupe, Les Little Rabbits, on a enregistré trois albums là-bas. Et notre ami Jim Waters tient le studio. A chaque fois, j’ai envie d’aller mixer avec lui. On s’amuse bien, on prend du plaisir… Je trouve qu’en plus, par rapport aux enregistrements, dès qu’on se met à les mixer, cela leur donne tout d’un coup quelque chose, ça les emmène ailleurs, on s’amuse dedans, cela les redécouvre un peu aussi… Tant que les choses continuent ainsi, il n’y a pas de raison d’aller voir ailleurs.

Je suis assez dans l’idée du "self-made band", je trouve que le mieux est de découvrir la musique que l’on a nous-mêmes et après, de trouver quelqu’un qui aide à bien la mixer et non pas à la produire. Les meilleurs producteurs sont les groupes eux-mêmes, c’est la meilleure façon de fouiller ce que l’on fait. Je suis plutôt partie prenante de commencer d’abord par "se fouiller", puis après demander à Jim de tirer cela vers le haut mais sans ajouter de "sur-prod", en restant assez fidèle à notre écriture.

Cette collaboration avec Jim Waters, c’est quelque chose qui peut durer encore longtemps ? Le projet des French Cowboy, c’est de continuer ainsi avec les mêmes membres ?

Federico Pellegrini : Oui, oui, l'album que l’on va sortir en juin avec Lisa est un peu différent. Mais le prochain album que l’on fera sous le nom des French Cowboy, celui-là, il n’est pas certain qu’il sonne pareil que le premier, il n’y a pas de plan sur la comète. Faut que cela soit tout le temps du plaisir en fait.

Mais continuer de la même façon ?

Federico Pellegrini : Oui, je trouve que dans le premier album, il y a une espèce d’ébauche, il y a vraiment à faire dedans. Le premier album est parti sur des formats assez simples, on s’est dit que musicalement, on allait tout droit, pas de solo… et puisque tout le monde devait chanter sur l’album, cela a été un peu des prémices, tout le monde chante un peu. Depuis que l’on tourne, l’ensemble du groupe a pris de la poigne en termes de chant. Donc pour le deuxième album, je trouve qu’il y aura vraiment cela à explorer, plus sur les voix pour chaque personnalité, moins vaporeux… Pour ce qui est des morceaux, j’en ai des milliards, je ne sais pas encore parmi lesquels je taperais. Je ne sais même pas si on ne va pas aussi inventer les morceaux au dernier moment… ce n’est pas décidé encore.

Avec les Little Rabbits, il y avait des morceaux en français. Maintenant vous chantez pratiquement qu'en anglais.

Federico Pellegrini : Avec les Little Rabbits, il y a quand même plusieurs albums en anglais. Quand j’ai arrêté les Rabbits, je me suis remis chez moi, j’ai re-commencé a composer à la guitare ce que je ne faisais plus avec les Little Rabbits sur les derniers albums.

J’avais ce besoin de ne pas arrêter… J’ai fait une espèce d’introspection, voir pourquoi j’avais fait de la musique, qu’est-ce que j’aimais, qu’est-ce qui m’avait donné le goût et l’envie de faire de la musique… Je me suis un peu re-penché sur les groupes que j’écoutais quand j’avais 17-18 ans, des groupes anglais ou américains. J’avais aussi beaucoup envie de chanter, je me laissais guider par ce que je trouvais comme chansons… Pour moi, chanter c’est presque tout le temps plutôt en anglais qu’en français, c’est plus ma culture d’adolescent. Ce n’est pas vraiment un choix, c’est presque d’être plus motivé, d’être "plus mélodique"… C’est cela qui a motivé le "choix" de l’anglais. Je n’ai même pas vraiment choisi, cela est venu un peu comme ça.

L’anglais vient plus naturellement…

Federico Pellegrini : Oui, sauf qu’après il faut savoir parler anglais (rires). En tout cas, pour trouver des mélodies… A mon avis, je crois que l’on a un rapport particulier en tant qu’étranger à l’anglais, on est plus dans un fantasme.

Comme source d’inspiration, la presse cite souvent Gainsbourg, cela vous énerve t-il ? Ce n’est pas trop souvent mis en avant ?

Federico Pellegrini : Non, à la rigueur quand on a sorti l’album "Rose" des Rabbits, cela pouvait s’expliquer. Après dans l’album des French Cowboy, il y a 3 morceaux en français. Il y a cette espèce de clin d’œil, je l’ai mis parce que cela me faisait rire de remplacer "Melody" par "Baby Face", je trouvais ça crétin… La chanson, elle, parle d’une espèce de vieux fantasme sur cette chanson de Gainsbourg. Au-delà de la boutade, je ne revendique pas Gainsbourg, il ne m’aide pas à écrire en français. Pour moi, c’était plutôt une anecdote.

Justement, à propos de chanteurs français, avez-vous des références, des gens qui vous aident à puiser quelque chose ?

Federico Pellegrini : Non, je n’en écoute pas tellement, je ne suis pas très curieux dans ce domaine. J’ai été un peu dégoûté depuis dix ans par les "quotas" obligatoires, des 40% de musique française qui ont fait à mon goût émerger des tas de trucs que je déteste, que je croyais enterrés, des styles musicaux qui sont vraiment issus de la tradition française, que je n’aime pas. Cela m’a un peu vacciné d’écouter de la musique en français. Et puis bon, on ne peut pas dire non plus que je sois un super gros découvreur, souvent les choses que j’écoute proviennent du bouche à oreille, de mon entourage. Ce n’est pas forcement du français.

Comment est accueillie la tournée ? Comment se passent les concerts ?

Federico Pellegrini : On a eu un premier tourneur qui s’appelle Yapucca. Depuis janvier, on a changé, le tourneur s’appelle Super, c’est une plus petite structure, on est dans une tournée très éclatée, 4-5 concerts par mois. Cela se passe bien, je trouve juste regrettable que l’on ne soit pas plus sur la route pour une période plus courte. Par moment, cela devient un peu complexe de faire 400 bornes pour faire un concert et de rentrer. Dans ce cas-là, on cherche parfois même un club ou un bar pour jouer sur la route… pour faire au moins deux concerts d’affilés. Les concerts sont bien accueillis, on est soudé en fait sur ce groupe, ce projet… On prend du plaisir, c’est peut-être aussi pour cela que c’est bien accueilli.

Les Little Rabbits, c’est vraiment fini ?

Federico Pellegrini : Oui, oui, absolument.

Les trois autres membres des French Cowboy participent également aux projets de Philippe Katerine et Les Vedettes. Ces projets arrivent-ils à cohabiter ? Les dates de concerts se confrontent-elles ?

Federico Pellegrini : On verra, depuis la fin des Rabbits, j’ai appris à m’habituer et à m’adapter. Donc s’il faut s’adapter, je m’adapterai, en fait cela ne me fait pas peur. Je sais quand Stéphane, Gaétan et Eric sont disponibles, ils sont vraiment là. C’est quand même leur projet principal, les Cowboy. S’il faut jongler par moment, sur de courtes périodes, on pourra toujours jongler, il y a toujours moyen.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
French Cowboy en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Jeudi)
French Cowboy en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
French Cowboy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
French Cowboy en concert au Festival La Route du Rock 2008
French Cowboy en concert au Triomphe (16 octobre 2008)
French Cowboy en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Little Rabbits en concert à Mains d'Oeuvres (22 octobre 2004)

En savoir plus :
Le site officiel de French Cowboy
Le Myspace de French Cowboy


Céline et Rickeu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=