Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tremplin Jeunes artistes de la scène musicale du 93
Le Triton  (Les Lilas)  13 novembre 2003

C 'est dans une jolie petite salle (presque élégante même, à la manière d'un club) des Lilas, le Triton, que se déroulait le 2ème tremplin rock du 93 qui se donne pour finalité de promouvoir des groupes ...du 93 qui ont vingt minutes pour convaincre.

La Gargotte inaugure la soirée devant un public clairsemé, composé des amis et proches des groupes présents.
Un nom sans équivoque pour un groupe 5 personnes (guitare, accordéons, contrebasse, instruments à vent et percussions en tout genre et même une scie musicale) bien installé dans un créneau chansons néo réalistes. Ambiance très cabaret montmartrois donc avec un chanteur à la voix de stentor qui écrase un peu les 2 voix du guitariste et de la clarinettiste (mais non elle chante pas en même temps qu'elle joue de la clarinette !). Les quelques interventions des membres du groupe entre les chansons sent malheureusement trop le préparé et tombent un peu à plat, le public il est vrai n'étant pas d'une grande réceptivité.
Un groupe à la croisée des chemins de la musique réaliste et bobo (entre Bruand et Tiersen) et parfois sur un morceau plus calme et plus dépouillé qui flirte avec la musique médiévale à la façon de Trees dance par exemple.

Le groupe suivant dont le nom, anoné par un chanteur-joggeur déja essouflé, inaudible restera donc anonyma nous sert un plat réchauffé à la hâte au micro onde à base de gros morceaux de Zebda et de Tonton David réunis. Une ragga festif accompagné de cuivres mais le chanteur principal n' a pas de voix et se sort mal de cet amas sonore.

Le pire était néanmoins à venir avec le groupe 160 (prononcer unsixzero). Un DJ à casquette et 2 rappers sur la scène mettent une ambiance du tonnerre parmi ... leurs 6 supporters personnels. Totalement inintéressant et caricatural.

Passons sur l'ersatz des Pizzicato five dans lequel se greffe une flûte traversière relativement inutile aux morceaux. Cela étant, la chanteuse japonaise, jeune personne censée symboliser la manguette, est rigolote et le genre encore relativement rare en France ; mais tant qu'à faire écoutez les Pizzicato five dans le style relecture de standards des années 70 (Michel Legrand en tête).

Finalement le seul groupe qui sort nettement du lot, c'est Station Joya (prononcez le j comme la jota espagnole), pour qui, il faut bien l'avouer, nous étions venus et que nous avions rencontrés, attendant d'ailleurs leur actualité pour poster leur interview.

Selon leur bio, le quator de Station Joya veut distiller "une sorte de mélancolie amicale" à travers un mélange de ballades pop/ténébreuses et des chansons nerveuses punkisantes.

John Martinez, pieds nus tout comme Sylvain Vaugeois, le bassiste (à la mode Sigur Ros ?), se lance illico dans une interprétation de "Feed me" accroché à son micro tentant de surmonter un mélange de trac et de désir de bien faire palpable dans sa voix comme dans ses gestes. Il entre assez vite dans sa musique et en oublie parfois de chanter dans le micro. Il oublie aussi qu'il est en concert et montre en temps réel son insatisfaction entre 2 couplets en plissant les yeux (les spots y étant aussi pour quelque chose) et en marmonnant lui seul sait quoi.

Quant aux autres membres, si le bassiste semble également un peu tendu au début il se relachera assez vite, tout comme le batteur, Julien Chastang, avec son petit air d'Elvis Costello, énergique à souhait, impeccablement calé derrière ses futs.

Steeve Bourlet, le guitariste semble carrément heureux de jouer là et sourit en direction de la table des "proches". Peut être trop appliqué, il gagnerait probablement à laisse un peu aller sa guitare (très jolie) qui reste un peu trop propre et donne parfois une coloration quasi radio-crochet.

Mais c'est sur "Foyer Vietnam" que John, qui révèle une belle énergie et de la présence sur scène, commence franchement à se lâcher et on devine derrière son attitude une envie de scène plus grande avec du public autour, mêlée à un inévitable mimétisme avec ses idoles ; quand il avance dans le public (enfin quand il sort de scène car de public il n'y en a guère) on pense bien sûr à un Morrissey débutant ou à Ian Curtis auquel il semble avoir emprunté certaines postures.

Le set, qui parait plus court que les autres, se terminera sur "Speed" sur lequel tout le monde se laisse enfin aller et John particulièrement qui impose enfin sa voix assez particulière (qui peut passer du grave à l'aigu, de chevrotante à beucoup plus sure d'elle) comme elle le mérite.

Un concert trop bref pour se rendre compte du potentiel de ce groupe en live mais qui vient confirmer que la pop brute de Station Joya mérite d'être connue.

 

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=