Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hancock
Peter Berg  juillet 2008

Réalisé par Peter Berg. USA. 2008. Avec : Will Smith, Charlize Theron, Jason Bateman.

A Hollywood, le temps est venu le temps de retourner sa veste concernant les super héros. Après les avoir hautement considérés, jusqu’à leur donner un genre cinématographique quasiment dédié, le super héros est à présent parodié ("Super héro movie") et caricaturé : Hancock.

Hancock est un homme (un être humanoïde) doté de pouvoirs, lui-même ne sachant pas d’où il les tient. Il vit mal sa solitude, et fait le bien sans s’appliquer comme on l’attend d’un héros "propre".

Prenant conscience qu’il veut faire quelque chose de sa vie, il accepte l’aide d’un conseiller en image, qui va le ré-éduquer dans ses actions publiques et son comportement.

Sur ce postulat de base, on pouvait espérer un film intelligent, une légère critique de la société au sein d’un film avec de l’action, des idées… un blockbuster intelligent.

D’autant plus que la presse arguait des phrases du style "enfin Hollywood ose le cynisme". On attendait donc un film du niveau de I Robot dans la qualité du genre, du discours et du rendu.

Peine perdue. Hancock est un pur produit superficiel et déjà surestimé. Ce pourrait être l’adaptation de la série Heroes sur grand écran. Si la première moitié du film tient la route sans réellement passionner, la suite abracadadadabrantesque fait tomber le film au niveau d’un Transporteur 2. Faire un film de super héros auquel le public croit est difficile. Celui-ci rate son atterrissage.

L’intérêt du film (et son sujet principal au passage) est à peine effleuré alors qu’il aurait été possible de faire quelque chose de vraiment irrévérencieux sur les médias, le comportement versatile des gens, et le travail de "l’image" du héros, de l’homme dans la société moderne.

Dans la bande dessinée Spider Man, l’homme araignée en arrive un jour à un point où il est détesté par la population. Il ne peut plus apparaître en tant que Spider Man. Les auteurs de Marvel avaient développé cette idée brillamment, avec sensibilité et profondeur, développant en un seul épisode toutes les idées qui auraient pu nourrir le scénario de Hancock.

Rien de tout cela. Hancock est une superproduction fainéante, sans épaisseur, et pourtant prétentieuse. Le personnage est finalement le même que celui de Bruce Willis dans Die Hard : un antihéros. Mais cela a déjà été fait, donc.

Finalement, ce qui va redonner le souffle aux films de super héros, ce sont leurs créateurs : les studios Marvel, et DC Comics.

 

Durée 1h32


Mathieu Beurois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=