Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Furia Sound 2008
Mademoiselle K - The National - Mano Solo - Black Rebel Motocycle Club - BB Brunes - Why? - Today Is The Day - Stereophonics - Comets On Fire - Cali - Envy  (Cergy-Pontoise, Base de loisirs)  28 et 29 juin 2008

Get 27 : c’est l’enfer ! Voilà un slogan qui retranscrirait à la perfection l’impression laissée par le set de Mademoiselle K.

Trois petits morceaux suffirent à nous chasser de l’endroit, abasourdis par la médiocrité de l’orchestre en place. Mauvais à vous rendre durablement mal à l’aise.

Mauvais au point que, par pure sympathie, on souhaiterait voir la chanteuse arrêter ses enfantillages, ses minauderies d’adolescente. Mais avant tout, la voir cesser ses déclarations grotesques d’entre les morceaux. Pour conserver, ne serait-ce qu’un once de dignité… Et si encore la musique arrivait à palier à ces manquements. Mais voilà, l’immense majorité des titres s’avère d’une désespérante banalité,  inoffensifs au possible : le rock français dans toute sa monstruosité. Difficile d’envisager entame plus ratée.

Fort heureusement, les américains de The National tombent à point nommé pour lancer véritablement notre festival. Un set en parfaite adéquation avec l’ambiance "soleil déclinant en pleine nature". "Rock’n’roll bordel !" entend-on à l’arrière du public. Difficile, en effet, de compter sur les new-yorkais pour lancer un pogo. Bien qu’on les ait connus plus inspirés quelques années auparavant, leur set, majoritairement dédié à leurs opus récents, demeure des plus rafraîchissants.

Retour sur la grande scène pour Mano Solo. Quand bien même la musique du fils de Cabu ne nous transporte guère, l’ensemble demeure sympathique à regarder. Un petit moment.

Place maintenant au Black Rebel Motorcycle Club. Notre dernier rendez-vous avec les californiens remontait à près de cinq ans : un remplacement au pied levé des White Stripes à Reading au sommet de leur gloire avant un Elysée Montmartre à l’automne. Grandeur et décadence. Après deux albums incompris, Black Rebel Motorcycle Club ne surfe plus sur le haut de la vague. En effet, à l’heure du tout éphémère, leur néo psyché se voit rangé depuis des lustres parmi les antiquités de pépé à prendre la poussière. Qu’importe, avec un batteur remplaçant, Robert Turner et Pete Hayes perpétuent les traditions : gros son, lunettes noires, attitude poseuse… Néanmoins, cette mise à l’index apparaît ce soir encore injuste. En effet, les nouveaux titres ne sonnent même pas honteux. Les extraits de Howl s’agencent à merveille aux indémodables vieilleries que sont "Red Eyes & Tears" ou "Whatever Happened To My Rock & Roll". Sans surprise, le public surchauffé de Furia Sound leur fera un triomphe, au point d’en faire un des highlights du week-end.

C’est ensuite au son de "Initials B.B." que les BB Brunes font leur apparition sur la grande scène. Sous les hurlements des adolescentes disposées aux avant-postes, sous les quasi-huées des grands frères positionnés à l’arrière et dans l’indifférence des familles assises en amont. L’occasion d’enfin se faire une opinion sur le phénomène hexagonal de cette année. Atout principal du quatuor : son énergie à revendre. Enfin à vingt ans de moyenne d’âge, l’inverse aurait été inquiétant…

Musicalement, les parisiens n’inventent pas grand-chose mais le résultat s’avère convaincant, quoiqu’un peu épuisant sur la longueur. Passons maintenant aux désagréments. Le look façon Hedi Slimane, bien éculé, plus faux tu meurs. Tous les clichés du rock façon premier degré. Un mauvais goût caractérisé pour les reprises : "These Boots Are Made For Walking" ainsi que "I Beg You Look Good On The Dancefloor". Plus problématique maintenant : les paroles. Sorte de poésie adolescente assez bancale, voire carrément niaise par moment. Pas mauvaise dans l’absolu mais avant tout générationnelle. Objectivement, les BB Brunes peinent, à tous points de vue, à nous emballer. Force est néanmoins de leur reconnaître un réel pouvoir d’attraction sur une partie du public. Le genre de gang dont nous aurions pu être membre à leur âge.

Direction maintenant le chapiteau pour applaudir Why? qui n’en finit plus d’écumer les scènes françaises avant un copieux retour prévu à l’automne. Remarqués en 2006, les californiens ont cette année franchi un palier supplémentaire avec Alopecta, leur plus grande réussite discographique à ce jour. Imprévisible carambolage de styles allant du folk au hip hop, la musique de Why? apparaît plus posée, presque plus structurée sur scène. Bucolique sur fond de soleil couchant.

Retour sous le chapiteau le deuxième jour pour Today Is The Day, orchestre de troubadours métalliques issus du Tennessee. Pas inintéressant dans l’absolu mais le concept du bruit pour le bruit trouve quand même assez rapidement ses limites – comme ses adeptes d’ailleurs.

Même à leur apogée au début des années 2000, les Stereophonics s’apparentaient déjà à un groupe de foire. Qu’attendre donc d’une énième tournée estivale des gallois ? Plus encore qu’à l’époque, il apparaît clairement que les Stereophonics n’étaient pas de la même race que les Oasis, Blur, Pulp, Suede et consorts... Dix ans après la bataille, ne reste que les mauvais côtés : les lunettes noires pour masquer le vide, des compos tournant désespérément à vide, une apparente décontraction histoire de masquer l’ennui. A peine si quelques simples préhistoriques réussiront à sauver leur prestation du marasme intégral.

Comme de bien entendu, les Comets On Fire donnèrent dans la foulée la prestation du week-end. Malheureusement, le public s’y est fortement trompé laissant les californiens perdus face à quelques dizaines de spectateurs... Consternant. D’autant que leur réputation n’est plus à faire : aucun groupe actuel ne pouvant mieux qu’eux revendiquer le titre de gardien du temple rock seventies. Ouragan de riffs, hurlements : une orgie sonique sans limite que les vénérables Allman Brothers n’auraient pas dénigré.

Après des débuts vaguement prometteurs en 2003, Cali n’a toujours pas réussi à résoudre son insolvable dilemme : comment faire de la variété française à succès tout en conservant une crédibilité rock ?

Deuxième éclaircie dans cette journée avec Envy, passés maîtres dans l’art du post-rock métallique. Fortement influencés par Mogwai, les japonais fascinent littéralement leur audience. A deux doigts de l’hypnose collective.

Au final, quoi retenir de cette douzième édition du Furia Sound Festival 2008 ? Un cadre définitivement exceptionnel, une programmation particulièrement diversifiée et souvent de qualité, mais dont les avantages demeurent les inconvénients : à vouloir ratisser une audience trop large, la courbe d’appréciation  du spectateur risque de ressembler à une succession de montagnes russes. Comme les découvertes inexistantes…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ca me vexe de Mademoiselle K
Une 2ème chronique de l'album Ca me vexe de Mademoiselle K
La chronique de l'album Jamais la paix de Mademoiselle K
Mademoiselle K en concert à La Maroquinerie (28 septembre 2006)
Mademoiselle K en concert au Festival du Schmoul 2007
Mademoiselle K en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Mademoiselle K en concert à l'Elysée Montmartre (12 juin 2007)
Mademoiselle K en concert au Festival Le Rock dans tous ses Etats 2007 (samedi)
Mademoiselle K en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Mademoiselle K en concert au Fil (7 novembre 2008)
Mademoiselle K en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
Articles : Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)
La chronique de l'album In the garden de Mano Solo
La chronique de l'album Rentrer au port de Mano Solo
La chronique de l'album Live à l'Olympia de Mano Solo
Mano Solo en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)
Mano Solo en concert à l'Olympia (18 septembre 2006)
Mano Solo en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mercredi)
Mano Solo en concert au Festival Les mille et Une 2007
Expos : Exposition Mano Solo et Concert des Enfants d'Solo - Atelier Layral
BB Brunes en concert au Festival des Terre-Neuvas Bobital 2007 (vendredi)
BB Brunes en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
BB Brunes en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
BB Brunes en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
BB Brunes en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
##Why?## La chronique de l'album You gotta go there to come back de Stereophonics
La chronique de l'album Language. sex. violence. other? de Stereophonics
La chronique de l'album Pull the pill de Stereophonics
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Keep The Village Alive de Stereophonics
Stereophonics en concert à L'Olympia (jeudi 4 février 2010)
Stereophonics en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
La chronique de l'album Blue cathedral de Comets on fire
La chronique de l'album Avatar de Comets on fire
Comets On Fire en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
La chronique de l'album L'amour parfait de Cali
La chronique de l'album La vie ne suffit pas de Cali
La chronique de l'album L'Espoir de Cali
Cali en concert au Café de la Danse (1er juillet 2003)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Cali en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Cali en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)
Cali en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Cali en concert à l'Olympia (21 novembre 2005)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Cali en concert à Théâtre antique (28 juillet 2006)
Cali en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Cali en concert au bordel magnifique - Live (octobre 2006)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Cali en concert à Zénith (14 et 15 avril 2008)
Cali en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Cali en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cali en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
L'interview de Cali (juillet 2003)
La conférence de presse de Cali (10 juillet 2004)
La chronique de l'album The Fallen Crimson de Envy
Envy en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le Myspace du festival


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=