Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim 2008
Vincent Vincent and The Villains - The Rumble Strips - South San Gabriel - Babyshambles - Metronomy - Fujiya & Miyagi - New York Dolls - Hot Chip - My Bloody Valentine - Róisín Murphy - Danton Eeprom - Erol Alkan - Chromatics - Mika - The Glimmers - Jos  (Benicàssim, province de Castellón)  vendredi 18 juillet 2008

Retrouvons-nous pour le deuxième journée du FIB 2008.

17h30 : Les Anglais de Vincent Vincent and The Villains donnent le depart de cette journée avec leurs compos très 50’s rappelant Eddie Cochran, suivis par The Rumble Strips, dans un style plus 80’s et pop agrémenté par des cuivres.

20h00 : Les Texans de South San Gabriel abreuvent l’audience d’une folk sobre et mélancolique, voire intimiste.

Le FIB a toujours le bon goût de placer au bon moment quelques groupes du genre dans sa prog généralement péchue.

Enfin, d’après la rumeur, c’était très beau. Dommage d’arriver juste après suite à un endormissement fortuit sur la plage…

21h00 : Les Babyshambles jouent peut-être un peu tôt ; la grande scène n’est pas blindée et le public anglais ne semble pas à fond ; le groupe de Pete Doherty s’en sort bien mais est lui aussi un peu plus mou que lors d’autres récentes prestations.

En tous cas, désormais, Pete chante et joue de la guitare comme quelqu’un qui est au régime salade de carottes et eau minérale.

Ce n’est peut-être pas aussi rock’n roll que la légende qui le poursuit mais cela donne des concerts maintenant audibles.

Cela commence par une reprise d’Elvis, "Heartbreak Hotel", puis l’intro de "Delivery" résonne et l’ambiance s’échauffe ; et sur la fin, un bon "Fuck Forever" et tous les Anglais retrouvent la patate pour le reste de la nuit.

Pendant ce temps, les Anglais de Metronomy commencent à faire sautiller l’audience de la scène FIB club avec leur électro-pop basique pour Anglais fluokidés. Mais bon, ça va tout de même très bien dans l’ambiance de Benicassim…

22h00 : Dans le même genre, Fujiya & Miyagi (Anglais, bien sûr) prennent le relais et font groover de plus belle les petites anglaises, malgré quelques problèmes avec un synthé qui sort des sons apparemment non désirés. Leur tube lancinant "Ankle injuries" joué en intro est fournisseur officielle de patate pour le reste de la soirée.

22h30 : "Ils sont venus, ils sont tous là !" ne pourrait pas dire Thierry Roland.

Les New York Dolls "reformés" à la demande de monseigneur Morissey il y a 4 ans ne sont représentés que par deux des musiciens d’origine : le chanteur David Johansen et le guitariste Sylvain Sylvain.

Mais bonne surprise, leur set est tout de même assez rock’n roll, le nombreux public de la Escenario Verde se prend au jeu et n’hésite pas à reprendre en chœur (par exemple, sur "We’re all in love").

Hommage est forcément rendu à Johnny Thunders, leur mythique guitariste, qui aurait eu 56 ans il y a 3 jours s’il n’était pas malencontreusement mort d’une overdose en 1991. C’est balo.

23h00 : Sur la scène Fiberfib, les Londoniens de Hot Chip font danser près de 15000 personnes les bras en l’air dans une ambiance de nightclub.

C’est fou tout ce qu’on peut faire avec de l’électro-dance simplette avec deux accords et un chant insipide.

Bon, ok, le titre "Ready for the floor" nous fait machinalement faire la danse du robot et son succès ne s’est d’ailleurs pas démenti au FIB.

23h50 : Un des gros morceaux de ce FIB, My Bloody Valentine, prend place sur la grande scène. Les mauvaises langues disent que ces 4 vieux potes londoniens ne se parlent plus, mais le show est tout de même envoûtant.

Les voix sont plongées au fond du mix (plus que sur les albums, dommage), confondues avec les guitares planantes multi-effetisées, le tout sur une scène assez sombre derrière laquelle sont diffusées des videos psychés : bref, tout est là.

Les frissons peuvent commencer à arriver.

Le mythique album Loveless est passé en revue, à commencer par "Only Shallow", puis vinrent "I only said", "Come in alone", "Soon"… provocant l’hystérie du public, a priori surtout composé des fans de la première heure, vu la moyenne d’âge.

Ah, je tenais à remercier chaleureusement les bouchons d’oreille de marque Acoufun, sans qui j’aurais certainement perdu une bonne partie de mon capital auditif durant le mur du son de 10 minutes à la fin du set. Ok, c’est une habitude chez eux, mais ça sert toujours autant à rien (Mogwaï, si tu m’entends)…

01h30 : Je tire un trait sur l’électro-pop de Róisín Murphy sur la grande scène, même si j’adore sa voix (en tout cas dans Moloko).

Le résumé officiel du FIB dira que ses fringues étaient complètement barges (type Retour vers le futur 2) et que le concert, oscillant entre le meilleur des 80’s et du funk blanc, était plein d’humour.

Sûrement un peu trop dithyrambique, ce résumé…

02h00 : Après un premier dj teckhouse, Danton Eeprom, arrive Erol Alkan, une des stars des Dj-producteurs anglais, habitué de Benicassim. Le son est très électro alors qu’Erol avait pour habitude de mixer dans ses sets quelques standards du rock ou de la pop. Grosse ambiance tout de même sous la tente de la scène Fiberfib.

Pendant ce temps, sur la scène Fibclub, l’électro-pop des Chromatics recrée un univers italo-disco langoureux propice à sonoriser des productions érotiques haut de gamme. En plus, la chanteuse est fort agréable à regarder.

03h00 : Dans un décor de cirque, Mika déboule à grandes enjambées sur la Escenaria Verde. Oui, vous avez bien entendu, Mika, l’homme aux 4 octaves, est à Bénicassim. A chaque édition du FIB, on peut trouver un groupe pop/variété disque de diamants, mais là c’est sans doute le summum depuis 15 ans.

Le décor chiadé est là, et le public enthousiaste aussi. Son show n’est qu’un enchaînement de scénettes pré-paramétrées, avec choristes et danseuses.

Ces dernières sont souvent obèses, notamment sur "Big girls are beautiful" avec en plus la venue sur scène d’une espèce d’énorme poupée gonflable type big mama. Hmm.. n’y aurait-il pas copiage sur la Whole Lotta Rosie d’AC/DC ?

Mika court, danse et chante en même temps en gardant sa voix limpide et non essoufflée ; apparemment sans trucage, bravo pour ça.

Tout le show est parfaitement rythmé sans aucun temps mort, avec la participation active de la batteuse et du minuscule et excellent bassiste.

Une chanson se passe sous une neige artificielle (whaaa, c’est beau !) et le final est forcément en apothéose sur le tube planétaire "Grace Kelly" avec mitraillage de cotillons et ballons.

Bref, si vous en êtes à 3 litres de bière avec une grosse bande de potes, il y a moyen de bien se marrer. Ma petite cousine de 12 ans aurait sûrement adoré également.

De toute façon, il ne fallait pas s’attendre à un autre type de show avec, par exemple, un Mika seul au piano…

04h00 : Revenons sur la scène Fiberfib où les belges de The Glimmers prennent la suite d’Erol Alkan pour un set un peu plus teckhouse et pumping. Ils seront suivis à 6h00 par un des plus grands Dj-producteurs de tous les temps en house/techno : Josh Wink, from Philadelphia. Mais après 5h du mat’, les aléas du direct m’entraînent tout droit vers mon lit ; mon corps ne suit plus et je dis non à la drogue. Aaaargh, la guigne ! D’autant que des titres tels que "Higher states of consciousness" ou "Are you there" ont sûrement retourné le dancefloor…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Jeudi 17 juillet au Festival International de Benicàssim
Samedi 19 juillet au Festival International de Benicàssim
Dimanche 20 juillet au Festival International de Benicàssim

Jeudi 17 juillet du FIB vu par Mathilde
Vendredi 18 juillet du FIB vu par Mathilde
Samedi 19 juillet du FIB vu par Mathilde
Dimanche 20 juillet du FIB vu par Mathilde

La chronique de l'album Gospel Bombs de Vincent Vincent And The Villains
Vincent Vincent and The Villains en concert à EMI ( 6 mai 2008)
La chronique de l'album Welcome Convalescence de South San Gabriel
South San Gabriel en concert au Festival International Benicàssim 2008
La chronique de l'album Down by Albion de Babyshambles
Babyshambles parmi une sélection de singles (février 2007)
Babyshambles en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Babyshambles en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
Metronomy parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Metronomy parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Nights out de Metronomy
La chronique de l'album The English Riviera de Metronomy
Metronomy parmi une sélection de singles (avril 2012)
Metronomy en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Metronomy en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Metronomy en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Metronomy en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17
L'interview de Metronomy (29 mai 2008)
La chronique de l'album One Day it will please us to remember even this de New York Dolls
New York Dolls en concert à l'Olympia (25 juin 2006)
La chronique de l'album The warning de Hot Chip
La chronique de l'album One life stand de Hot Chip
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Hot Chip en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
Hot Chip en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Hot Chip en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Vendredi 16
La chronique de l'album Défense raisonnée de My Bloody Valentine de My Bloody Valentine
My Bloody Valentine en concert au Zenith (9 juillet 2008)
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
Danton Eeprom en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 14 août 2010)
Erol Alkan parmi une sélection de singles (janvier 2012)
La chronique de l'album Chromatics de Diagrams
Chromatics en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)
Chromatics en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Chromatics en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre
La chronique de l'album When morning comes EP de Mika Hary

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : ManuD (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Spud         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Metronomy (29 mai 2008)


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=