Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim 2008
The Brian Jonestown Massacre - My Morning Jacket - Tricky - Lori Meyers - The Kills - The Raconteurs  (Benicàssim, province de Castellón)  samedi 19 juillet 2008

Samedi 19 juillet, troisième jour de festivité.

Après check du programme du jour, on se décide pour The Brian Jonestown Massacre sur la grande scène.

Ca commence à 21h et c'est impeccable parce qu'on est à l'heure ! Pas facile d'ouvrir le bal et la foule est très clairsemée. Petit discours d'Anton Newcombe le chanteur pour son public en guise d’ouverture. Les premières notes retentissent. Les guitares sont cinglantes et la voix d’Anton est parfaitement posée.

Pour ce coup, la balance est impec. Le son est vraiment énorme et les morceaux comme "When Jokers Attack" prennent toute leur dimension. On connait les morceaux et pourtant, l’improvisation semble parfois prendre le pas sur les structures studio.

Danil Allaire, le batteur, comme à son habitude ne cesse de regarder Anton en quête du moindre changement inopiné du Maître. Gros concert des BJM sur cette grande scène. Le chanteur aime à faire causette… Bon, il confond un peu l'Espagne et la France dans son discours mais personne ne lui en veut. En fin de concert, un feu d'artifice viendra même s'inviter, provenant du camping juste à coté et malgré ça, l'attention du public restera scotchée sur le concert !

Newcombe est bien trop propre pour les fans du groupe. Il est gentil, poli, remercie tout le monde et est parfaitement net. On l’a vu plus véhément, le père Anton.

Joel Gion assure toujours autant avec son instrument de prédilection, le 12 feuilles… pardon, le tambourin. Excellent concert des américains qui n’avait pas joué en Espagne depuis un bout de temps. D’ailleurs, si vous ne le saviez pas déjà, un documentaire sur le groupe est sorti il y a deux ans, DIG !, un petit bijou pour les connaisseurs.

On se permet une petite pause casse-croute pendant les 30 minutes de changement de plateaux. Manu s'essaie au Hot Dog sauce maison et p'tits oignons frits, on dirait de la noisette. Une petite binouze pour accompagner le tout (Heineken, forcément) et hop, on repart en chasse de bonne zik.

My Morning Jacket se prépare sur la grande scène, je ne connais pas du tout, alors je suis toute ouïe. 22h30, les premières notes s'envolent, la voie est aiguë, les membres du groupe sautent sur scène comme de beaux diables. Le tempo est bien accrocheur ! Du coup, la foule se rassemble, enfle.

La musique est vraiment posée. Il y a des petites touches de reggae ça et là. J'adhère. Cependant, Manu trouve que le tout est un peu trop propre, trop lisse. En effet, le groupe de rock enchaine les morceaux sans vraiment de relief. Tout est fluide, les morceaux mid-tempo s’accumulent sans grain de folie. L’ennuie s’installe bien vite. Les goûts et les couleurs…

Mais pas le temps de voir la fin (ça devient une habitude), il y a Tricky qui démarre sur la Fiberfib.

Décidément, Tricky est bien brouillon. Dans une pénombre presque parfaite, dos au public, les yeux explosés par le THC, il enchaîne des titres décousus.

Pas de fil conducteur, il mélange rock, jungle sans aucune liaison. Il nous fait un espèce de medley des styles qui lui plaisent.

Je crois que je ne me ferai jamais à ce qu’il fait. C'est lymphatique comme pas permis et la voix de sa splendide chanteuse ne sauvera pas l’ensemble bien moyen.

Heureusement pour moi, à 23h30, Lori Meyers s'élance sur la Vodafone.

La petite aire de réception est pleine à craquer et le public ne s'y est pas trompé.

Le son est excellent ! C'est bien rythmé et très entraînant. Ça sonne très anglais et pourtant au moment du refrain, la foule se met à chanter d'une seule et même voix.

J'enregistre enfin que c'est de l'espagnol que j'entends là. Les musiciens ont de vrais airs de latines lovers.

Malgré tout on ne s'attarde pas, la scène principale nous offre The Kills à minuit pétante !  Premier groupe que je connais. J'ai eu l'occasion de les voir jouer à Toulouse… Et je n'en gardais vraiment pas un souvenir mémorable. Ils font pourtant ici une prestation bien meilleure ! (Si si, faut admettre.)

Première réaction : tiens, ils ont dû arrêter la poudre (Manu me dira qu'ils l'ont plutôt reprise ah ha !).

The Kills est une petite formation puisqu'ils ne sont que deux, un gratteux et la chanteuse. Ils ont fait le choix de la boite à rythmes qui assure le côté mécanique des compos.

Le guitariste, comme dans mon souvenir est toujours aussi impressionnant, de par sa technique et son charisme. Il dégage réellement quelque chose sur scène et son déhanché est original et tonique même s'il est bien plus calme en ce jour.

Ô miracle, je découvre pour la première fois le visage de la chanteuse qui a la sale manie de se cacher derrière sa crinière (mais vu son état lors du premier concert, on ne peut que la comprendre).

C’est aussi étonnant de voir comment sa tenue vestimentaire a évolué avec la célébrité. En effet, du côté grunge et rebelle de ses débuts, elle  ne garde plus grand-chose. Elle arrive aujourd’hui sur scène avec un keffieh de grand couturier et des sapes plutôt proprettes. Bon, le noir est toujours de mise mais j’y trouve un côté "bourgeois" loin de ses débuts. Il y a pas mal de monde pour les voir mais ce n'est toujours pas l'affluence. Nous sommes vraiment étonnés de l’influence plutôt moyenne sur la grande scène.

J'en suis là de ma réflexion lorsqu'à 01h30 The Raconteurs monte sur le ring. Quel timing mes enfants ! Trois jours de fête et toujours aucun retard dans les changements de plateaux, moi j'dis : c'est beau ! Et là, c'est enfin le carton plein, la foule s'anime, les corps commencent enfin à se coller pour se trouver une petite place au soleil (façon de parler).

02h30 du mat', il est l'heure pour les rats de quitter le rafiot, direction mon lit douillet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Jeudi 17 juillet au Festival International de Benicàssim
Vendredi 18 juillet au Festival International de Benicàssim
Dimanche 20 juillet au Festival International de Benicàssim

Jeudi 17 juillet du FIB vu par Outini
Vendredi 18 juillet du FIB vu par Outini
Samedi 19 juillet du FIB vu par Outini
Dimanche 20 juillet du FIB vu par Outini

The Brian Jonestown Massacre en concert à La Coopérative de Mai (7 juin 2006)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
The Brian Jonestown Massacre en concert à l'Elysée Montmartre (28 octobre 2006)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
The Brian Jonestown Massacre en concert à Aéronef (mercredi 28 avril 2010)
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
The Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août
La chronique de l'album Evil urges de My Morning Jacket
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
La chronique de l'album Knowle West Boy de Tricky
La chronique de l'album Mixed Race de Tricky
La chronique de l'album Ununiform de Tricky
Tricky en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Tricky en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 13 août 2010)
Tricky en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Tricky en concert au Splendid (samedi 14 décembre 2013)
Tricky en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)
Lori Meyers en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)
La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival Les Inrockuptibles 2003
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La conférence de presse de The Kills (août 2004)
La chronique de l'album Broken Boy Soldiers de The Raconteurs

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : ManuD (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Mathilde         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le morceau caché, Angels with dirty faces de Tricky (21 décembre 2008)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=