Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim 2008
South San Gabriel - Babyshambles - El Guincho - Fujiya & Miyagi - New York Dolls - Hot Chip - My Bloody Valentine - Róisín Murphy - Erol Alkan - Mika  (Benicàssim, province de Castellón)  vendredi 18 juillet 2008

Vendredi 18 juillet, attention, il va falloir suivre les changements de scènes !

Ce soir, il me faut tenir jusqu'à 4h du mat, alors grosse sieste en préparation, n'est pas festivalier qui veut.

Et c'est reparti pour un tour. 19H40, arrivée sur les lieux, direction la Fiberfib qui, hier, était fermée. Et là, surprise, le site est nickel chrome ! Disparue la tonne de cartons, bouteilles et autres déchets qui s'amassaient partout hier encore. Belle organisation pour une grande efficacité !

South San Gabriel débute son show. La foule est calme (faut se remettre d'hier !), et tous sont assis devant la scène. Grattes et clavier occupent le devant de la scène. Son style rock est simple, efficace, sirupeux à souhait.

L'ambiance est feutrée, le timbre de voix joli. Et pourtant, les fans semblent attendre la reprise sur les autres scènes. Fin de la première chanson, les applaudissements sont nourris. Le concert continue, le claviériste change de casquette pour se mettre au violon. Des airs de folk, tout droit sortis du Texas natal du groupe viennent emplir le chapiteau de la Fiberfib.

J'en profite d’ailleurs pour saluer tout spécialement le travail de son et lumière effectué par les ingés, même s'il faut bien l'avouer, les boules Quiès n'étaient pas de trop. Le but était apparemment de faire sauter le maximum de tympans.

L'effervescence se fait sentir, on voit les gens se mettre à courir, c'est la cohue.

Normal, 21h, Babysambles a pris place sur la scène principale. A mon arrivée, je ne vois qu'une marée de mains levées.

Tout comme hier, le nombre de spectateurs m'étonne… Il n'est pas très élevé (à mon sens) même s'il l'est plus qu'hier. Et pourtant, sur ces 4 jours de festivités, on dénombrera 148 000 personnes présentes selon l'organisation du FIB. Bref, il y aurait bien assez de places pour l'intégralité des personnes se rinçant l'œil depuis la montagne qui encercle le site.

Mais Peter Doherty, le chanteur anglais n'en a cure, il déborde d'énergie et gesticule comme un beau diable. Il nous livre un concert simple et efficace. Les notes d'harmonica parachèvent le tout. Personnellement, je n’ai pas d'accroche. Mais bon, c'est de la bonne musique, y'a pas de risque… De quoi convaincre un maximum de gens.

D'ailleurs, avant même la fin, retour à la scène Fiberfib à 21h30 pour assister à la prestation de l'américain El Guincho. C'est la fureur sur scène, le percussionniste "sans âge" (c'est son tee-shirt qui le dit) sait mettre le feu à son public avec ses sons electro ethniques / tropicale très particuliers et ses pas de danse rythmés !

C'est vraiment dommage que le volume sonore soit si élevé. L'acouphène n'est pas le top pour profiter au mieux du festival, mais l'alcool doit vite faire oublier ce "point de détail de l'Histoire".

De part et d'autre de la scène, des écrans géants font défiler les images psychédéliques qui se marient bien avec le style de zik.

On se croirait dans la jungle… Mais écoutez une chanson, vous connaîtrez l'intégralité du répertoire.

Pas d'accroche, je décide de faire mouvement vers la scène Vodafone pour découvrir Fujiya & Miyagi. Le nom ne casse pas des briques et je m'attends bêtement à un groupe nippon, mais que nenni ! Originaires de Brighton, au Royaume-Uni, une foule d'initiés occupe déjà les lieux. On les reconnaît vite, à la première note, des cris de satisfaction s'élèvent.

David Best, le chanteur a une belle voix grave. Mariée au clavier, basse, gratte et batterie, le mélange est détonnant ! Même pas le temps de se demander si l'on apprécie, on a déjà le pied qui tape en rythme et le croupion qui suit vite le même mouvement. Adhésion complète, et madame est pourtant dure en affaire ! J'adore, et c'est le déchirement de devoir partir pour l’Escenario Verde, mais bon, c'est la scène principale, on se doit de la couvrir.

Il est 22h20 et New York Dolls qui, Ô surprise, nous vient tout droit de la Grosse Pomme, n'est pas en retard.

Johnny Thunders entame son show, malheureusement pour lui, soit la balance est mal faite, soit l'amas que forme voix et instru est fait exprès et alors l'idée est très mauvaise.

L'heure va être longue. Je fais donc abstraction et me concentre sur le visuel.

On dirait Mick Jaggers sur le retour : même coupe, même vieille trogne aux traits bien marqués, même maigreur.

La troisième chanson arrive enfin et le son s'arrange, la voix perce enfin ! Pardonnez la comparaison, mais on dirait… Garou.

Même si ces dinosaures du rock ont de beaux restes, cela n'a pas empêché les festivaliers de déserter les lieux.

On les retrouve alors à la Fiberfib où depuis 23h, Hot Chip a pris possession des lieux. Que vous dire ? Le style est un peu "indéfini"… Electro ? Pop ? Plusieurs étiquettes leur sont données. On annonce un style "minimaliste", celtique ou encore Chinese Pop.

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas trop mal bien que le chanteur ne paie pas de mine. La musique est variée, les spots sont flashy… Hot Chip nous tient éveillés et annonce une belle soirée. Leur musique ravit le public et les oreilles. Des sons bizarres, des trognes dignes des 70’s, des rythmes chaloupés, une belle réussite et une vraie découverte à conseiller à tout curieux. Ils seront d’ailleurs à Rock en Seine le 28 août si vous êtes dans le coin.

Allez, on s'bouge, pas le temps de voir la fin, scène principale, le groupe londonien My Bloody Valentine se prépare.

Petite intro musicale pour se mettre en jambe… Déception ! Mais c'est pas vrai, qu'est-ce qu'ils font à la régie ?! Le son est complètement noyé.

Cela finit par s'arranger et on a alors plus d'yeux que pour la gratteuse à la petite jupe sage.

C'est très minimaliste, pas de chant, les lumières sont au minimum, MBV (pour les intimes) assoit cette ambiance qu’eux seuls savent imposer.

Les approximations du batteur sont anecdotiques tant les sons s’entremêlent et font place aux voix légères, noyées dans un magma de son.

La fin du concert s'apparente à un décollage d'avions de chasse. Même ceux qui n'étaient pas attentifs s'arrêtent de parler pour "écouter" l'onde qui gronde.

Les derniers tympans rendent l'âme et le torrent ininterrompu de guitares saturées pendant un quart d'heure, sur une seule note, au beau milieu de leur chanson "You Made Me Realize" achève les derniers sceptiques.

Les fans sont ravis d’avoir eu l’occasion de voir ce groupe noisy pop mythique.

La soirée s'achève finalement ici pour moi, Manu vous raconte ce que j'ai manqué. Snif.

Rósín Murphy ? Je ne la connais pas en solo et la seule chose que j’ai pu suivre d’elle est l’excellent Moloko.

Je ne m’attends donc à rien de spécial et je n’ai aucun a priori sur ce qu’elle va nous offrir.

Le concert débute et les deux choristes qui l’accompagnent prennent place sur scène. Après une intro de deux minutes, la superbe blonde arrive sur scène sapée d’une combinaison argent.

Sa plastique irréprochable n’est malheureusement pas suffisante pour sauver son concert d’une mauvaise critique.

En effet, quitte à écouter de la soupe, autant aller voir Kylie Minogue. Le style disco-électro-pop est bien pauvre. Sa voix ne rattrape pas grand-chose et je m’ennuie ferme !

Tant mieux car Erol Alkan va commencer son concert sur la Fiberfib. Je quitte le plein air pour me diriger vers le chapiteau qui, un quart d’heure avant le début de concert, est déjà complètement plein.

Le concert commence gentiment mais les connaisseurs sont déjà conquis. Le remixeur londonien à la mode du milieu très fermé des DJ fait monter la sauce lentement mais sûrement. La première partie du set est plutôt posée. Le son est crade et bien fourni comme il sait le faire. Les montées sont efficaces et emporte le public qui saute dans tous les sens. Je conseille à tout lecteur et amateur d’aller faire un tour sur son site ou encore Myspace pour écouter les remix monstrueux de Hot Chip ou encore du groupe Justice.

Je ne peux hélas suivre le concert en entier et c’est bien dommage. La grande scène reste la priorité car Mika va faire son entrée pour un show d’une heure.

C’est toujours marrant de passer de scène en scène en navigant entre les styles. Il n’y a qu’à voir ce soir par exemple : la pop sirupeuse de Babyshambles, le rock old school des New York Dolls, la pop noisy des My Bloody Valentine, l’electro de Rósín Murphy, les remix cossus de Erol Alkan pour finir la pop enjouée de Mika.

Honnêtement, je suis loin d’être fan de Mika, j’avoue. Son album me saoule vite et ses tubes serinés à la radio commencent sérieusement à me fatiguer. Et pourtant… pourtant j’ai passé un excellent moment durant son heure de concert.

Le décor nous met tout de suite dans l’ambiance. C’est coloré, fleuri et naïf. Les couleurs acidulées nous transportent dans un monde féérique. Mika déboule sur scène en courant et haranguant la foule.  Il enchaîne les tubes bien connus de tout le monde et fait un véritable carton.

Son secret ? Des musiciens fabuleux (il n’y a qu’à voir le beat solide et efficace de la batteuse), des reprises parfaitement choisies et arrangées, un jeu de scène programmé au millimètre, des personnages sortis tout droit de l’univers de Walt Disney.

C’est joyeux, agréable, dynamique et optimiste. A défaut de combler les mélomanes, il enchante le public et ça, c’est essentiel. Un conseil ? N’hésitez pas à aller le voir en concert, vous ne serez pas déçu !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Jeudi 17 juillet au Festival International de Benicàssim
Samedi 19 juillet au Festival International de Benicàssim
Dimanche 20 juillet au Festival International de Benicàssim

Jeudi 17 juillet du FIB vu par Outini
Vendredi 18 juillet du FIB vu par Outini
Samedi 19 juillet du FIB vu par Outini
Dimanche 20 juillet du FIB vu par Outini

La chronique de l'album Welcome Convalescence de South San Gabriel
South San Gabriel en concert au Festival International Benicàssim 2008
La chronique de l'album Down by Albion de Babyshambles
Babyshambles parmi une sélection de singles (février 2007)
Babyshambles en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Babyshambles en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008 (jeudi)
La chronique de l'album One Day it will please us to remember even this de New York Dolls
New York Dolls en concert à l'Olympia (25 juin 2006)
La chronique de l'album The warning de Hot Chip
La chronique de l'album One life stand de Hot Chip
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Hot Chip en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Hot Chip en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
Hot Chip en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Hot Chip en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Vendredi 16
La chronique de l'album Défense raisonnée de My Bloody Valentine de My Bloody Valentine
My Bloody Valentine en concert au Zenith (9 juillet 2008)
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
Erol Alkan parmi une sélection de singles (janvier 2012)
La chronique de l'album When morning comes EP de Mika Hary

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : ManuD (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Mathilde         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=