Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Luxembourg
Success is never enough  (Luxembourg)  octobre 2003

C'est sur "Success is never Enough" que démarre ce EP du même nom d'un nouveau groupe d'outre manche du nom de Luxembourg. Titre évocateur qui affiche directement les prétentions du groupe : le succès certes mais de toute façon on fera toujours mieux la prochaine fois (enfin c'est une lecture parmi d'autres, j'espère avoir la réponse dans une prochaine interview ...).

Ce nouveau groupe, pas encore distribué dans nos contrées hostiles, remet vite les pendules à l'heure avec ces quatre titres. A savoir que l'Angleterre c'est encore pour un bon moment le pays de la pop musique, et de la bonne qu'on se le dise.

Alors bien sûr je vous entend déjà me susurer à gorge déployée dans l'oreille que les Smiths, cela fait belle lurette qu'ils sont rangés dans notre boîte à souvenirs, que Suede vient de rendre les armes, que Strangelove n'est plus qu'un groupe culte à ranger au panthéon des superstars défuntes comme Gene et ses quelques chansons indispensables. Certes, factuellement vous avez raison mais LA pop est un phénix et c'est sans compter sur Luxembourg qui réussit sur quatre titres un parcours sans faute pour incarner un de ses nouveaux avatars.

Tout commence sur "Success is never enough", qui démarre sur une intro de tube disco/pop (si si ca existe maintenant) imparable, mélodie parfaite, rythme endiablé, guitares incisives et un duo basse/batterie percutant souligné par une ligne de synthé omniprésente sans être dévorante. Et puis une voix très prégnante, chaleureuse, ample et troublante de la famille de celle de Morrissey mais aussi, par sa grande amplitude, de celle de Jimmy Summerville (rien à voir avec le genre, juste les intonations dans les aigus).

"(I need) a little bit more (than you can give me)" nous emmène du côté de Love and Other Demons de Strangelove avec une plus belle tessiture de voix.

En revanche sur "Making Progress" David, le chanteur, "parle" dans un registrre stylistique proche de Divine Comedy et My life story et plus précisément de celui d'un groupe américain (presque) oublié The Blue aeroplane, avec cette musique très péchue et ce texte parlé d'une voix parfaitement ferme et assurée. Une réussite, que dis je un tube, voire même déjà un classique.

"Raised" termine ce disque dans un relatif apaisement. Titre sur lequel la part belle est faite une fois encore à la voix, superbe dans ses couleurs de Morrissey crooner.

On pourra bien entendu regretter un peu la production, le son est assez faible et un peu "étouffé" mais cette critique disparait dès qu'on pousse un peu le volume. Et puis si à la première écoute on regrette un peu l'omniprésence des synthétiseurs, il faut reconnaitre que cela participe grandement à l'ambiance générale sans les conséquences musiennes dommageables. Luxembourg possède un potentiel non négligeable, manifestement du talent et une voix charismatique qui devrait les mener loin.

De la passion, de la douceur, de la hargne et de la sensualité chez Luxembourg, voilà qui laisse décidément présager de bien beaux jours à la pop anglaise.

A part réécouter ce disque en boucle, il ne nous reste qu'àespérer une distribution rapide sur un vrai label et surtout un album qui, s'il est à la hauteur de ce 4 titres devrait compter dans les albums de l'année... 2004.

Luxembourg serait-il visionnaire quand il annonce au verso de la pochette, à la fin d'un court texte sur la ville qui devient un alien : "Meanwhile, noses pressed up against the glass, Luxembourg write and perform apocalytically good pop (Thank fuck)" ?

Suede is dead, viva Luxembourg !

 

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=