Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bjorn Berge - Yodelice
New Morning  (Paris)  15 octobre 2008

Encore une fois, participer à Froggy Delight me permet de faire dans la nouveauté, découvrir le New Morning, salle connue pour sa programmation jazz pointue, qui se révèle être intimiste, bien disposée, à la sonorité irréprochable. Et de découvrir sur scène Bjørn Berge, présenté comme un prodige.

En entrant, le groupe d'ouverture, Yodelice, un trio Blues-Rock, et bien plus encore, a déjà entamé son set.

Composé d'un violoncelliste et d'un guitariste accompagnant un chanteur-guitariste, le dos tourné à une grosse caisse, qui lui permet de battre la mesure et d'ajouter de la profondeur aux interprétations. Ce denier est habillé d'un costume et d'un chapeau melon, surmonté d'une plume. Une larme dessinée sur la joue lui donne l'air d'un hybride sorti d'Orange Mécanique et de Dead Man. Sa guitare acoustique en forme de tête de mort rajoute à cette impression. Autre élément qui ajoute à l'ambiance est un "arbre à guitare" posé sur la scène.

Les chansons entrainantes et à l'écriture efficace ravissent le public qui n'hésite à participer allègrement, en tapant dans ses mains. Le public participera même à un refrain.

Cet accueil chaleureux ravit les membres du groupe qui sortent de scène sous un tonnerre d'applaudissements. A n'en pas douter, Yodelice est un groupe à suivre, cette trop courte première partie laisse augurer d'un avenir prometteur.

Après un court changement de plateau, le géant Norvégien entre sur une scène habillée uniquement de deux guitares (dont une douze cordes) et d'une chaise.

Pour moi, Bjørn Berge est une découverte, la réputation du personnage est arrivée jusqu'à moi mais, à part une vidéo vue sur internet, il reste un inconnu. Je n'ai donc pas cherché à en savoir plus avant cette soirée, préférant conserver la surprise. Dès les premières notes, la virtuosité, la dextérité et le talent de ce phénomène sautent aux yeux. Ce type est un mutant, il a au moins dix-huit doigts à la main gauche pour jouer à cette vitesse. Et quelle précision !

Généralement, ce genre d'exercice de style finit par me lasser, la démonstration technique la plus affutée, retirant charme et émotion par la froideur de l'exécution et la surenchère. Et c'est, entre autre, là que réside tout le talent de ce musicien nordique, sa capacité à enjoliver sa prestation d'une foultitude de détails, embellissant ses phrasés de guitare.

Sa capacité à insérer des touches humoristiques dans son doigté, à vous tirer des sourires de satisfaction en cascade, est bien évidemment indescriptible dans ces lignes. Pour situer le jeu de Bjørn Berge, je dirais qu'il se rapproche de celui de la guitare classique, mais profondément ancré dans le blues.

Outre son répertoire fourni, nous aurons droit à une reprise des White Stripes, "Death Letter" (heureusement qu'il l'a précisé, je n'aurais pas reconnu l'original), "Ace of Spades" de Motörhead, qui dérivera allègrement sur le thème musical du film Délivrance, et une chanson traditionnelle de montagnes norvégiennes. Ajouter à cela sa voix de stentor, parfaitement éraillée, apportant un surcroit de chaleur, font de ce guitariste venu du froid, un phénomène.

L'ensemble, irréprochable, de la prestation est augmenté par le personnage qui, entre les titres, s'exprime avec un humour ravageur, alors qu'il continue de grattouiller sa guitare nonchalamment.

Il nous apprendra notamment, le secret pour jouer de la guitare comme lui (non, n'insistez pas, il fallait venir). Une soirée riche, pour un homme aux qualités artistiques immenses. On pourrait passer en revue tous les qualificatifs les plus élogieux pour décrire cet homme, mais un seul le résumé : simplicité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album Tree of life de Yodelice
Yodelice en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - dimanche
Yodelice en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Yodelice
Le site officiel de Bjørn Berge

Crédits photos : Laurent Hini (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=