Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Port O Brien – The Bewitched Hands On The Top Of Your Heads
Point Ephémère  (Paris)  20 octobre 2008

.Lundi 20 Octobre, dernière soirée de douceur à Paris. Au bord du canal Saint Martin, légèrement vêtu, on fume et on sirote son rosé d’été.
Dans peu de temps sur la scène du Point Ephémère, Port O’Brien. Une bonne nouvelle folk qui était déjà venue début juin se produire à la Flèche d’Or aux côtés des d’ores et déjà fameux Fleet Foxes. La prestation d’alors avait été ponctuée de problèmes techniques et avait par conséquent tourné court. "Revanche"  sera donc le mot d’ordre ce soir, aussi bien pour Port O’Brien que pour les fans.

Public clairsemé dans la salle obscure. Les imprononçables The Bewitched Hands On The Top Of Our Heads font déjà le show. Une petite dizaine de musiciens se partagent la scène. Guitares, basse, clavier, batterie, tambourin, trompette… c’est un peu I’m From Barcelona mais From Reims. Effectivement, la formation à géométrie variable qui assure la 1ère partie est bien de chez nous. Surprenant. Le groupe a plutôt très bien digéré ses influences anglophones car, à moins de le savoir, il est difficile de deviner leur AOC.

Les Bewitched Hands connaissent actuellement leur heure de gloire grâce à leur géniale cover "Tonight" , originellement titre électro de Yuksek. Formidable et originale initiative, quand on sait que c’est habituellement l’électro qui s’attaque à la pop (ou à tout le reste). Malheureusement, ils n’interpréteront pas le morceau ce soir… peut-être à cause d’une orchestration trop lourde à mettre en place. On se console malgré tout avec un set enthousiaste et bourré de petites pépites "Birds n’ Drums", "I’m Slim" . Au fur et à mesure des morceaux, les influences se font plus parlantes et plus larges. La pop symphonique à la Polyphonic Spree laisse place au rock psyché à la Brian Jonestown Massacre… Détail amusant, les Bewitched Hands possèdent eux aussi leur Joël, un brin moins lunaire, qui tambourin à la main, harangue la foule. L’atmosphère est joyeuse, les Bewitched Heads s’amusent et le public ressort ravi.

Public un peu plus dense pour Port O’Brien, même si ce n’est pas la foule des grands soirs. C’est leur grand retour, l’heure de la revanche donc. Van, au chant, ne manque d’ailleurs pas de faire allusion à cette précédente mauvaise soirée et compte bien nous en donner pour notre pognon. Preuve de cette bonne volonté, leur bassiste Ryan, malgré une cheville dans le plâtre, ne défaillira pas.

Port O’Brien démarre son set tout en douceur acoustique avec quelques uns de leurs titres les plus folks. Van à la guitare sèche, Cambria discrète à la droite de la scène lovant son banjo. Au bout de quelques morceaux seulement, Van s’empare de l’électricité et la guitare qui va avec, en clamant qu’il est désormais temps de passer à l’électrique ! Réjouissance dans le public qui se laisse balader avec bonheur dans ces changements de rythme.

"Stuck On A Boat", "Close A Lid", "Tree Bones"…

Mais le titre qui fait office de bouquet final, c’est bien sûr l’euphorisant "I Woke Up". D’ailleurs le groupe a tout prévu pour faire de cette chanson une grande fête pour tous. A l’avant de la scène est disposé un grand carton. Van encourage le public à venir se servir des instruments cachés à l’intérieur. En fait, en guise d’instruments, ce sont des ustensiles de cuisine… Idéal pour faire un maximum de bruit ! Et c’est parti ! La scène désormais envahie de marmitons tapageurs, les "wo, wo, wo, wo, wo, wooooooooooooooooooo" se font entendre tout comme les boums boums des poêles et des casseroles. Euphorie générale.

Port O’Brien nous gratifie même d’un rappel et souligne que c’est désormais de cette manière qu’il faudra toujours jouer à Paris !
Difficile de ne pas acquiescer.

 

En savoir plus :
Le Myspace de The Bewitched Hands on the top of your head
Le Myspace de Port O Brien


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=