Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1984, Big Brother vous regarde
Théâtre de Ménilmontant  (Paris)  novembre 2008

Comédie dramatique de Alan Lyddiard, mise en scène de Alan Lyddiard et François Bourcier, avec Cyril Anthony, Alexis Bouchacourt, Caroline Felices, Sébastien Jeannerot, Florence Nilsson, Lionel Pascal et Jean Terensier.

"1984", ce livre de science-fiction hors du commun qu’a écrit Georges Orwell après la seconde guerre mondiale, s’invite sur une scène sous forme de pièce de théâtre en version française. Un défi pas si facile à relever quand on connaît toute la puissance et le poids de ces écrits. Au Théâtre de Ménilmontant, c’est un pari tenu et admirablement tenu.

Dès les premières minutes, le parti pris d’une mise en scène alliant à la fois théâtre et cinéma donne le ton de ce monde totalitaire décrit par George Orwell avec la projection de vidéos sur de grands écrans style modules que les comédiens déplacent tout au long de la pièce. Dans "1984", George Orwell imagine le monde des années 80 plongé dans le totalitarisme. Trois Etats totalitaires concurrents constamment en guerre se partagent la planète : l'Océania dirigée par Big Brother, l'Eurasia et l'Estasia.

Winston Smith, alias Sébastien Jeannerot, travaille aux Archives du Ministère de la Vérité, en tant que membre du parti extérieur. Afin d’éviter les regards indiscrets, il se réfugie dans un coin de son appartement pour écrire des notes dans son journal dans lequel il condamne le Parti, Big Brother et la société totalitaire dans laquelle il vit. Sébastien Jeannerot par son jeu de comédien est complètement époustouflant. Il nous transporte littéralement dans cet univers déroutant.

Dans cet univers où l’on se sent en permanence épié, où tous nos faits et gestes sont minutieusement décortiqués. Quand il a mal, on a mal, quand il a peur, on a peur, il arrive à transmettre au public toutes ses émotions.

Jean Terensier, alias O’Brien, a non seulement une "gueule" et une prestance sans égal ; transparait une classe dans son rôle de tyran, on sent bien toute la sagesse d’un comédien qui a du métier… Sans oublier Florence Nilsson, Alexis Bouchacourt, Lionel Pascal, Caroline Felices, et Cyril Anthony qui donnent, pour chacun d’entre eux, une mesure d’excellence à cette adaptation théâtrale.

Ils ne négligent rien, tout est calé au millimètre prêt, ils connaissent leur personnage à la perfection et ne font qu’un avec eux. Il y a une véritable symbiose et une cohérence dans ce casting. Ils sont complémentaires et donnent tous ensemble un extrême puissance à "1984".

L’adaptation ainsi que la mise en scène de Alan Lyddiard sont somptueuses. Le climat d’inquiétude permanente est là grâce à ce mélange réussi de vidéos et de théâtre. Il y aussi cet aspect saccadé entre chaque tableau dans le but d’insister sur les passages d’un temps à un autre. Le travail esthétique, avec la scénographie de Neil Murray, est à l’image de l’oeuvre d’Orwell : les décors très sombres minutieusement conçus, les costumes et les accessoires qui remémorent tant les années d’après guerre que le futur glacial, terrifiant que propose "1984, Big Brother vous regarde".

D’autre part, l'objet contemporain, envahissant et omniprésent que sont les écrans géants de tailles diverses dispersés partout sur scène, projettent des films réalisés pour cette occasion donne également tout son sens à ce concept qu’est Big Brother. Le sentiment de traque est démultiplié grâce à ce rapport entre le réel du théâtre et le virtuel de l’écran. Un somptueux mélange qui donne aussi toute sa force à cette adaptation.

Pari donc bien tenu ! Adaptation très proche et très fidèle au roman d’Orwell. C’est une occasion formidable de rappeler que les intuitions, les pressentiments d’Orwell sont aussi ancrés sans conteste dans notre actualité, dans notre vie à tous !

De toute évidence on ne ressort pas indemne de cette expérience, l’heure de l’interrogation est arrivée, de la remise en cause de tout ce qui fait notre monde aujourd’hui… parce que quelque part on se sent tous un peu comme un "Winston".

 

TB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=