Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Keziah Jones
Nigerian Wood  (Warner Music France)  septembre 2008

Seize ans après le tube "Rythm is Love" (dans Blufunk is a Fact) qui l’a fait connaître, Keziah Jones sort son cinquième album original, Nigerian Wood, dont le titre est un clin d’œil au "Norwegian Wood" des Beatles. Entièrement écrite et composée par l’artiste, cette œuvre est produite par le grand batteur de Jazz Karriem Riggins.

Avec Nigerian Wood, Keziah Jones reste fidèle au son qui l’a rendu célèbre, c’est-à-dire ce mélange de Funk, Blues et Soul, tout en abordant ses racines nigériennes ("Nigerian Wood", "African Android", "Lagos vs New York", "1973 (Joker Reparations)".

Le métissage des genres est omniprésent, mais comment pouvait-il en être autrement pour ce jeune Nigérien qui a grandi à Lagos, étudié à Londres, et vécu à Paris et New-York ? Les influences des trois continents se ressentent et Nigerian Wood n’en est que plus intense. Car il ne s’agit pas d’un album linéaire, tout simplement séduisant à l’instar du morceau "My kinda girl", qui nous dynamise dès les premières notes. On le comparerait plutôt à un bouquet garni, où chaque chanson apporte une saveur différente.

On y trouve des rythmes énergiquement funky comme "Nigerian Wood" ou le très bon "Lagos Vs New York", ou suavement soul ("Beautifulblackbutterfly", "Long Distance Love") et blues comme le fort sympathique "Blue is the Mind". On y passe de la guitare sèche aux percussions et cuivres. Et on s’y laisse même surprendre par des sonorités rappelant un automate "African Android" ou une farce théâtrale "1973 (Jokers Reparations)". La tonalité reste, elle, constamment empreinte d’une certaine légèreté, à l’exception du dernier morceau "My Brother" où la tristesse est accentuée par le violon et le violoncelle.

Keziah Jones signe là une œuvre aboutie, dont l’écoute se poursuit après le dernier morceau, avec un bonus caché d’environ quatre minutes qui, à l’instar de l’album, mérite grandement d’être découvert et, à lui seul, résume la pluralité de Nigerian Wood.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Keziah Jones en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Keziah Jones en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Keziah Jones en concert au Fil (29 janvier 2009)
Keziah Jones en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Keziah Jones en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Keziah Jones
Le Myspace de Keziah Jones


Ed         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=