Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Françoiz Breut
A l'aveuglette  (T Rec)  novembre 2008

Nous avons toujours eu du mal avec la notion de "muse" ou d’"égérie" : ces interprètes qui se contentent d’être de pauvres petites choses sans volonté, créatures malléables aux mains d’un Pygmalion plus ou moins inspiré. Parmi les figures "historiques", Jane Birkin ne nous a intéressé que pour ce qu’on y retrouvait de Gainsbourg ou Doillon. Plus récemment (exemples pris parmi nos dernières chroniques), une Coralie Clément nous permet surtout d’avoir des nouvelles de son frère Benjamin Biolay ; ou Les Vedettes, un instantané (ré)créatif de Katerine entre deux albums personnels.

De fait, si nous avons toujours aimé ses disques, nous n’avions jusque-là jamais vraiment pris Françoiz Breut très au sérieux, et visitions surtout son "œuvre" pour y retrouver un air familier : celui de Dominique A, qui non content de "lancer" la belle en lui faisant enregistrer quelques voix sur ses chansons des années 90, lui avait écrit quasi-intégralement ses deux premiers albums (Françoiz Breut et 20 à 30.000 Jours), et signé les deux plus beaux titres du troisième ("Une Saison Volée").

Toutes ces années durant, la discographie de la jeune femme ressemblait donc à une extension de celle de son mentor, un projet parallèle arpentant à peu près les mêmes territoires musicaux ; y compris (et c’est là le plus étrange) après que leurs routes aient divergé et que la chanteuse se soit ouverte à d’autres collaborations.

Ces derniers temps, son statut de simple interprète (à de rares exceptions près : quelques co-signatures de musiques ici ou là) semblait devenu intenable, dans un créneau où sévissent des artistes autrement plus complets : Bertrand Betsch, Mansfield-Tya, Superflu, ou (la regrettée) Natacha Tertone… Un sentiment d’injustice à voir ces gens, plus créatifs et oeuvrant peu ou prou dans la même "niche" musicale (la chanson rock neurasthénique, pour faire vite), bénéficier d’un écho autrement moins important que les disques de Françoiz Breut écrits par des collaborateurs de luxe…

Dieu merci, il semble que la cherbourgeoise ait entendu nos admonestations : avec ce quatrième album, elle ose ENFIN s’émanciper et propose un opus dont elle signe TOUS les textes (!) et co-signe TOUTES les musiques (!!), en compagnie de ses fidèles Luc Rambo et Boris Gronemberger, qui officiaient déjà aux instrumentations d'"Une Saison Volée" et en concerts.

Mis en sons par la même fine équipe, la transition s’effectue donc en douceur : les ambiances n’ont guère évolué, toujours au croisement sonique entre Dominique A, Yann Tiersen et Calexico, spleen électrique et grands paysages sonores désolés. Textuellement, on retrouve le bel onirisme urbain et ce sentimentalisme glacial qui, malgré la voix plutôt accueillante, a toujours fait de Françoiz Breut une chanteuse hivernale.

Globalement réussies, les chansons ne se livrent pas aisément (guère de refrains à se mettre sous la dent), mais distillent assez d’images fortes pour marquer durablement l’esprit. Parmi les plus réussies, citons "Terre d’Ombre", évocation rêveuse d’un paysage vu du ciel (par une femme qui perd pied ?) ; "Mouchoir de poche", qui paraît ironiser sur l’étroitesse du pré-carré artistique de la chanteuse. "Mots Croisés", traitant de l’incommunicabilité et des mots durs à rattraper. "L’Etincelle", avec la participation de la chanteuse du groupe Mansfield Tya, qui permet de varier le registre vocal et d’éviter la monotonie inhérente au (trop ?) bel organe breutien.

Sur un mode plus revêche, "Dunkerque", qui fait suite aux "Tarifa", "Portsmouth" ou "Une Ville Allongée Sur Le Dos" des disques précédents, propose la description d’une ville ou d’un paysage (en perdition, cette fois), qui semble métaphoriser l’évolution d’une relation amoureuse. [Note : il y a quelques années, la chanteuse évoquait l’idée d’un album-concept entièrement constitué de ce genre de "chansons-villes"… Un genre en soi, dont le modèle idéal pourrait bien être "Je suis Une Ville", de Dominique A].

Inévitablement, le temps qui passe et la quarantaine à venir (tout ce que cela suppose en termes de renoncements, ventres mous et seins qui tombent), suscitent aussi leur lot de titres mélancoliques : "2013", ou le programmatique "Automne Avant l’Heure".
Enfin, dans un registre plus castagneur, "Nébuleux Bonhomme" et "Les Jeunes Pousses" assènent un coup de fouet bienvenu à cet univers qui, sans eux, risquerait parfois de s’étioler dans l’excès de joliesse brumeuse.

Au final, il s’agit (encore une fois) d’un très beau disque… mais notre bémol principal vient de ce que la révolution annoncée (l’écriture personnelle, ENFIN !) ne se soit pas entièrement produite. L’auteur naissante demeure fidèle à un idiome précédemment développé par d’autres, et ne propose pas encore de réelle singularité.

Le fan pépère sera donc flatté de se lover à nouveau dans le même univers familier, encore approfondi. Mais l’auditeur exigeant (ou un peu aigri) pourra regretter l’absence de rupture réelle, déplorer le fait que l’écriture longuement attendue de Françoiz Breut n’ose encore se démarquer de son encombrant Pygmalion.

C’est donc une révolution à demi réussie : selon que l’on préfère voir le verre à demi plein ou à moitié vide… on sera donc assez satisfait ou un peu déçu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Francoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Francoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Francoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Francoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Myspace de Françoiz Breut


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=