Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arthur H - Buridane
Le Fil  (Saint Etienne)  11 décembre 2008

J'avais une superbe idée "originale et espiègle" pour commencer. Mais je l'ai oubliée ! Je m'explique. Hier soir, avant de me coucher, je réfléchis à mille et une choses avant de me laisser couler dans les méandres d'un sommeil d'hiver réconfortant... Et donc, un flash, et je me dis : "Tiens ! En voilà une idée qu'elle est bonne pour débuter la chronique de Froggy's Delight ! Il faudrait que je note ça quelque part !".

La situation est critique (alors que moi, je suis seulement chroniqueur). Je suis dans mon lit, recouvert par une épaisse couette Fullgrunum pouvant résister à des températures allant jusqu'à -10°C, dont les quatres bords sont retroussés sous mon corps musclé... (Ah ah ! C'est trop bien ! J'peux dire c'que j'veux ! M'en fous, vous m'voyez pas, d'toutes façons !) Dehors, il fait froid, c'est l'hiver, le carrelage est hostile à mes petits petons frigorifiés. J'en déduis rapidement que le fait d'atteindre un stylo dans ces conditions relève de la folie pure, et me résouds donc à retenir l'idée dans ma tête, tout simplement, évidemment !... Je l'ai oubliée !

Alors, plutôt que de vouloir à tout prix la retrouver, cette satanée idée, je vais succomber à une mode redondante (sic) de façon cyclique (re-sic) (environ tous les douzes mois), et vous faire un résumé de concert avec un vocabulaire tournant autour de Noël. Ca tombe bien, non ?

Le gentil "petit papa Noël" était donc en avance ce soir là au Fil de Saint-Etienne. Il nous a déposé à tous dans nos petits souliers deux beaux concerts. (Ne me demandez pas comment il a fait. Un peu d'imagination, mince. C'est Noël, après tout ! C'est la féerie, c'est la magie, c'est un enfant aux yeux mouillés et scintillants à la vue d'une mandarine et de trois papillottes et demie... C'est la naissance de Jésus, "Nom de dieu").

En apéritif, comme elle le dit si délicieusement elle-même, nous avions Buridane. Chanteuse seule avec sa guitare. Elle semble très légère, très voluptueuse, comme cela, sur scène. Très peu de lumière, une silhouette menue cachée en partie derrière ce morceau d'arbre, une tenue blanche, une tête blonde... Elle a très bien vieilli Marylin Monroe, en définitive ! Pardon, mais je ne me moque pas du tout. Je ressens en effet, comme une sensation d'angélisme à l'observer. Mais qu'on ne s'y trompe pas (ou pas !), c'est marqué sur son disque : Pas fragile ! Ses chansons racontent des émotions, des instants, des souvenirs, sans néanmoins trop jouer avec une nostalgie bien tendance en ces temps. La voix de Buridane est limpide et douce, les morceaux s'enchainent avec beaucoup de légèreté et de simplicité. Elle nous fait même chantonner dans la joie et l'allégresse douceureuse qu'elle a su installer, dans son ambiance : "J'suis Badaboum - boum, j'suis Badaboum - boum - M'balam'bala..." (Voilà, pour ceux qui n'étaient pas au concert, on se débrouille comme on peu pour vous faire partager tout ça). J'avoue que parfois, au lieu de chanter "Badaboum", moi je disais "Poupoupidou". Et je tenais à m'en excuser auprès d'elle, j'crois qu'ça l'a un petit peu déconcentrée. Buridane, je te demande pardon (mais non, c'est pas vrai, je blague, là ! Je suis parfaitement incapable de faire de telles choses. Je prends mon rôle de "public" trop à coeur, voyons).

Il y environ trois ans, je découvrais Arthur H. Je sais, pour un chroniqueur de Froggy, ça fait un peu léger de ne pas connaître un tel artiste depuis plus longtemps. Mais je vous rappellerai que je n'ai que huit ans ! (Ah ! C'est dingue, la "magie" des mots sans images, tout de même). Et bien figurez-vous, que j'ai bien failli le rencontrer. Oui, failli... Il était prévu que je fasse une interview pour le compte de votre webzine préféré avec ce grands monsieur. (Oui, je mets un "s" à grand, parce qu'il est grand et grand !) Et patatra ! V'là t'y pas qu'au dernier moment, on nous annonce que la personne responsable des responsabilités avec des gens responsables n'aurait pas compris le mail d'une autre personne responsable (mais dans un autre secteur de responsabilités), qui l'aurait par conséquent mal retranscris à mon responsable. Vous me suivez ? Moi pas. Bref, on a fini par conclure que c'était la faute de Lee H. Oswald, l'assassin de Kennedy, lui il s'en fout d'avoir ça en plus sur la conscience. (En plus il est décédé, alors...) Et donc, il n'y a pas eu d'interview...

Alors du coup, comme je suis déçu et fâché, je vais me la jouer "vexé", na ! J'ai décidé de ne pas chroniquer le concert d'Arthur H.

Je ne dirai rien à propos de ce monstre de scène. Je boude sa performance scénique qui dura plus de deux heures. J'irai jusqu'à ne pas dire que j'ai été complètement pris par son groove, par cette voix si particulière, si chaude, si... cosmique. Ne comptez pas sur moi pour vous expliquer que son bassiste Jérôme Goldet est encore plus "énormissime" que jamais, et qu'il m'éclate toujours autant avec ses mimiques lorsqu'il joue ! En plus, j'aurai pu expliquer que ce show tombait le soir de l'anniversaire de son guitariste Nicolas Repac... Ca aurait été sympa de lui souhaiter un joyeux anniversaire de la part de toute l'équipe de Froggy's Delight. Et ben non. Pas d'interview, pas de chronique.

Et pis, si vous voulez savoir ce qu'est le "Fluck", vous pouvez toujours vous gratter les parties génitales au papier de verre à gros grains pour que je vous explique qu'Arthur H rêve secrètement de poser son oreille sur le plexus solaire d'Obama, tandis que Madonna viendrait délicatement effleuré son épaule de son sein en sillicone, le tout afin que leurs énergies communiquent. Non ! Je ne dirai rien... Appellez-moi Jean Moulin ! (Mais non, pas sur son portable).

Halala! Quand j'y pense. Moi qui me faisait une réelle joie de le rencontrer, moi qui avait si conscienscieusement écouté, et ré-écouté ses disques. J'avais même préparé un truc pour présenter le reste du groupe, du genre : ... Avec le tourbillonnant batteur Patrick Goraguer partant volontiers en "bouquet final de feu d'artfices" au moindre prétexte, et la féline cowgirl clairevoyante aux claviers : Bettina Kee... Vraiment, vous voyez, je suis dégoûté. Même pas envie de raconter que les lumières et décors de scène sont impressionnants et hyper bien réussis. J'ai même envie de pleurer lorsque je repense aux rires déclenchés par Arthur H dans la salle et dans ma tête lorsqu'il était, comme à son habitude, peu avare de facéties.

Je vous laisse tout de même avec une citation d'Arthur, se confiant à nous, et en faisant référence au concert qu'il donnerait le lendemain : "J'ai hâte d'être encore plus à la masse, à Annemasse!"

Sans déconner, moi je suis vraiment client. Merci Monsieur !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Adieu tristesse de Arthur H
La chronique de l'album Baba Love de Arthur H
Arthur H en concert au Festival Furia Sound 2009
Arthur H en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Arthur H en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)

Buridane dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album Pas fragile de Buridane
La chronique de l'album Barje Endurance de Buridane
Buridane en concert au Fil (mercredi 17 octobre 2012)
Buridane en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - samedi 14 septembre
Buridane en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
Buridane en concert au Festival Paroles et Musiques #27 (édition 2018)
L'interview de Buridane (jeudi 28 juin 2018)

En savoir plus :
Le Myspace de Buridane
Le Myspace de Arthur H

crédits photos : Eric Ségelle (Toute les séries sur Taste of Indie)


17         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=