Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Casa
La Maroquinerie  (Paris)  6 février 2009

Comme de plus en plus souvent à Paris, le public qui a sans doute mieux à faire ou bien qui travaille plus pour que leurs patrons gagnent plus arrive tardivement dans la salle.

Cependant, même s'il faudra attendre un peu après l'heure prévue pour que la première partie arrive sur scène, Kaliocha jouera devant un petit tiers de la salle pleine ce qui semble honorable (mais n'excuse pas le public parisien décidément bien peu respectueux des horaires de spectacles).

A leur décharge, mais ils ne pouvaient pas le savoir, Guillaume, venu seul présenter le projet d'un groupe de deux personnes (mais bientôt 4, dixit le principal intéressé) n'a pas reellement réussi à rentrer dans son set et à emmener le public dans son tour de chant.

Évoluant dans un registre clairement chanson française qui voudrait se faire appeler folk, les chansons mélangent allègrement et sans réel but, le français à l'anglais et à l'espagnol. Chansons accompagnées de martellements de guitare n'offrant pas de réelle mélodie sauf à de trop rares occasions, maladie très française que de ne pas savoir offrir de mélodie aux mots.

Pas très à l'aise sur scène, Guillaume s'en sort assez bien en glissant quelques mots d'humour entre les morceaux mais qui tombent souvent à plat face au public qui tente désespérément de parler plus fort que ce qu'il se passe sur scène. Dommage.

Quoi qu'il en soit, Kaliocha défend bien ses chansons et même si "rock'n roll" en fin de set déride un peu l'assistance avec ses "bang bang shoot shoot", on attendra de voir le groupe au complet pour se faire en vraie idée de ce fameux projet.

Quoi qu'il  soit, pendant tout ce temps, la Maroquinerie s'est enfin remplie et sans être bondée, c'est un public venu en nombre qui accueille La Casa qui arrive sur scène dans le noir presque complet.

Batterie, basse, trompette, guitares, et claviers sont au programme et "Les Trucs Abîmés" ouvrent le set efficacement. Le son est bon, les musiciens ont l'air heureux d'être ici et le feront savoir, notamment en mentionnant le Café des sports, à deux pas de la Maroquinerie et dans lequel le groupe a joué en rêvant un jour de faire la Maroquinerie. C'est donc chose faite et ce soir, tous les morceaux de leur premier album seront au programme, sur une setlist pour le coup sans surprise si ce n'est une reprise et un inédit.

Pour la reprise, évidemment nous attendions secrètement un titre de Calexico, genre "Black heart". Il n'en fut rien et c'est une bête reprise de "Blue hotel" déjà exécutée sur les off de Taratata qui nous sera proposé. Seulement le titre sublimé par Chris Isaak est ici une sorte de bluette festive qui perd tout son charme et sa force et devient une chanson "chorale" sur laquelle le public tape dans les mains. Dommage.

L'inédit, "Depuis que tout le monde est parti", n'est pas non plus innoubliable même s'il est joué en live ce soir pour la première fois "rien que pour nous".

Le concert est néanmoins joliment exécuté et l'enthousiasme de Pierro et l'énergie de Jeff et de leurs musiciens font chaud au coeur tant on a trop souvent à faire à des groupes qui semblent blasés de faire de la scène. Le public en a pour son compte et est ravi que Pierro l'encourage à taper des mains (je déteste ça !).

Le son est bon, très bon même, et donne une puissance nouvelle aux titres par rapport au disque.  Trop même et l'enthousiasme aidant, on se retrouve parfois avec des chansons passées à la moulinette "chanson festive".

Mais encore une fois, le public adhère et on se demande s'il n'y a pas un malentendu. Comment sur un concert peut-on avoir le son de Calexico et le public de Cali ? Prouesse que réussit en tout cas le groupe, mais le fil est mince et il ne faut pas glisser les garçons. Quoi qu'il en soit l'accueil est bon et La Casa encouragée par les réactions du public a même prévu (tube et manque de chansons obligent) de reprendre une seconde fois "Go go go" déjà joué dans le début du set. C'est le jeu, ma pauvre Lucette, aurait-on envie de dire. Mais un peu plus de prises de risques n'aurait pas nui.

Le groupe porte finalement bien son nom car en l'absence d'un concert surprenant, ce fut un concert où tout le monde semblait se sentir bien, comme à la maison, sur scène et dans la salle. Mais avec un tel potentiel, messieurs de la Mayenne, s'il vous plaît, lâchez-vous un peu plus.

La tournée ne fait que commencer alors il va sans dire qu'après les festivals d'été, on sera curieux de voir de quel côté de la frontière se sera établi le groupe...

Allez, go go go ! Et n'écoutez pas les gogos.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Trucs Abîmés de La Casa
Une 2ème chronique de l'album Les Trucs Abîmés de La Casa
La chronique de l'album Maison close de La Casa Bancale
La Casa en concert au Festival La 7ème Vague #8 (2009) (samedi 23 mai 2009)
La Casa en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de La Casa (17 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de La Casa
Le Myspace de La Casa

Crédits photos : Fabrice Delanoue (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Casa (23 novembre 2008)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=