Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Xavier Plumas - Dear Reader - Vetiver  (La Maroquinerie, Paris)  19 février 2009

Xavier Plumas a ce quelque chose qui  en impose quand il arrive sur scène. Assis sur un tabouret, entouré de deux musiciens, il attire rapidement l'attention par ses chansons aux textes ciselés, parfois érudits auxquels il faut prêter toute l'attention nécessaire et une musique qui tient du folk et du blues, qui voyage dans le temps et dans l'âme. Sobre, il semble parfois être un conteur des temps modernes.

Son guitariste toujours impeccable fait des merveilles sans pour autant se sentir obligé de faire dans le bling et le clarinettiste, et autres instruments à vent, apporte une ambiance toujours en accord avec les chansons, parfois grave, parfois plus ludique et parfois un peu atypique, avec quelques sons electro issus, semble-t-il, d'une drôle de flûte rectangulaire.

Plumas égrène les titres de la Gueule du Cougouar bien sûr. Parfois avec une pointe de blues en plus, ajoutant un peu de piquant et d'energie à l'interprétation, parfois avec une délicatesse qu'on connaît bien chez Tue-Loup à vous tirer les larmes.

Les 30 minutes de set sont bien courtes et franchement frustrantes et l'envie de rentrer au chaud chez soi pour se repasser en urgence l'album en caressant le chat se fait cruellement sentir mais le Dear Reader s'installe déjà, the show must go on, mais Xavier Plumas et sa musique auront bien du mal à nous quitter, ce soir, et dans l'avenir.

C'est donc au tour de Dear Reader de faire chanter l'alligator. Trio venu d'Afrique du sud, on se retrouve face à trois jeunes blanc bec, la méche bien rangée que l'on imagine mal supporter l'équipe locale de rugby ou danser avec Johnny Clegg contre l'Apartheid. De toute façon, ils sont trop jeunes.

Quoi qu'il  soit, la jolie demoiselle peut s'égosiller pour nous encourager à venir visiter son pays, ces trois là et leur pop sucrée ne ressemblent pas à l'image que l'on se fait de ce lointain pays. En fait, on dirait plutôt les suédois de ABBA faisant une musique légère et ingénue, sans matière et sans grand relief.

Enfin, c'est ce qui ressort de ces à peine 20 minutes de set, après un long moment passé à brancher une guitare, puis à suspendre un titre pour cause de sampler débranché. Car la recette de Dear Reader semble être la superposition de voix samplées en temps reel, de la chanteuse et parfois du batteur, venant par la suite s'ajouter sur le chant "réel" afin d'ajouter un peu de matière à leurs mélodies pas toujours folichonnes.

Du coup l'ensemble, donne de jolies comptines harmoniques soutenues par quelques sons graves propres à mieux nous faire ressentir les vibrations. Bon, OK, c'est joli, les musiciens sont jolis, et les jolis spectateurs ont joliment applaudi. Un petit rappel plus tard, on attend déjà Vetiver et les plus curieux auront noté l'adresse du Myspace épelé par la jolie chanteuse pour y découvrir le joli album du groupe qui devrait faire un joli carton printanier.

Les happy hippies de Vetiver montent enfin sur scène, barbes presque bien taillées voire absentes, chapeaux et surtout un charmant clavier occupent la scène pour une suite de complaintes et ballades acidifiées et planantes.

Si l'ami Devendra a définitivement quitté la formation pour se popiser un brin, les Vetiver font toujours dans les titres plus noirs et qui se développent doucement comme les volutes d'une fumée interdite aux effets appaisants.

Lentement mais sûrement et grâce à un set fort bien réglé, la tension monte doucement et les mélodies esquissées au début de concert laissent la place à un son plus lourd et dense, qui emporte vite l'adhésion du public lorsque les guitares s'électrisent.

C'est la force de ce groupe que d'emmener l'auditeur dans des voyages sonores, comme le fait d'ailleurs très bien Plumas. On se laisse emporter au gré des morceaux, très haut pour redescendre progressivement et sans heurts sur des rythmes où s'entrecroisent blues et rock, jazz et folk.

On se retrouve parfois avec l'impression que la musique coule toute seule, la pianiste est quasiment allongée sur sa chaise, comme sous un soleil de plomb pianotant nonchalamment son clavier, les guitares livrées à elles-mêmes pas loin, finalement, de Television et Patti Smith pour cette ambiance un peu branleur et pourtant totalement maîtrisée.

Tout est en place, sans artifice, il ne reste qu'à convoquer Neil Young en maître de cérémonie pour que la fête soit parfaite. Un trip sans risque et pas cher aussi bon et subtile que le parfum du même nom : du caractère et de l'élégance.  La classe américaine est enfin une expression que l'on peut utiliser à bon escient. Pour les plus sceptiques, le rappel sur commande (vous voulez du lent ou du rock péchu ?) devrait définitivement vous convaincre que le rock bio de Vetiver a de beau jours devant lui. Entre old school et modernité, l'équilibre est parfait ! Et la bonne humeur au rendez-vous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
L'interview de Xavier Plumas (20 février 2009)
La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (2 décembre 2005)
L'interview de Tue-Loup (lundi 1er avril 2013)
La chronique de l'album Dearheart EP de Dear Reader
La chronique de l'album Idealistic Animals de Dear Reader
La chronique de l'album Rivonia de Dear Reader
La chronique de l'album To find me gone de Vetiver
Vetiver en concert à La Maroquinerie (12 septembre 2006)
L'interview de Andy Cabic - Vetiver (12 septembre 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Xavier Plumas
Le Myspace de Tue-Loup
Le Myspace de Dear Reader
Le site officiel de Dear Reader
Le site officiel de Vetiver
Le Myspace de Vetiver
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Laurent Hini (Toute les séries sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Xavier Plumas (20 février 2009)
Tue-Loup (1 avril 2013)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=