Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Xavier Plumas - Dear Reader - Vetiver  (La Maroquinerie, Paris)  19 février 2009

Xavier Plumas a ce quelque chose qui  en impose quand il arrive sur scène. Assis sur un tabouret, entouré de deux musiciens, il attire rapidement l'attention par ses chansons aux textes ciselés, parfois érudits auxquels il faut prêter toute l'attention nécessaire et une musique qui tient du folk et du blues, qui voyage dans le temps et dans l'âme. Sobre, il semble parfois être un conteur des temps modernes.

Son guitariste toujours impeccable fait des merveilles sans pour autant se sentir obligé de faire dans le bling et le clarinettiste, et autres instruments à vent, apporte une ambiance toujours en accord avec les chansons, parfois grave, parfois plus ludique et parfois un peu atypique, avec quelques sons electro issus, semble-t-il, d'une drôle de flûte rectangulaire.

Plumas égrène les titres de la Gueule du Cougouar bien sûr. Parfois avec une pointe de blues en plus, ajoutant un peu de piquant et d'energie à l'interprétation, parfois avec une délicatesse qu'on connaît bien chez Tue-Loup à vous tirer les larmes.

Les 30 minutes de set sont bien courtes et franchement frustrantes et l'envie de rentrer au chaud chez soi pour se repasser en urgence l'album en caressant le chat se fait cruellement sentir mais le Dear Reader s'installe déjà, the show must go on, mais Xavier Plumas et sa musique auront bien du mal à nous quitter, ce soir, et dans l'avenir.

C'est donc au tour de Dear Reader de faire chanter l'alligator. Trio venu d'Afrique du sud, on se retrouve face à trois jeunes blanc bec, la méche bien rangée que l'on imagine mal supporter l'équipe locale de rugby ou danser avec Johnny Clegg contre l'Apartheid. De toute façon, ils sont trop jeunes.

Quoi qu'il  soit, la jolie demoiselle peut s'égosiller pour nous encourager à venir visiter son pays, ces trois là et leur pop sucrée ne ressemblent pas à l'image que l'on se fait de ce lointain pays. En fait, on dirait plutôt les suédois de ABBA faisant une musique légère et ingénue, sans matière et sans grand relief.

Enfin, c'est ce qui ressort de ces à peine 20 minutes de set, après un long moment passé à brancher une guitare, puis à suspendre un titre pour cause de sampler débranché. Car la recette de Dear Reader semble être la superposition de voix samplées en temps reel, de la chanteuse et parfois du batteur, venant par la suite s'ajouter sur le chant "réel" afin d'ajouter un peu de matière à leurs mélodies pas toujours folichonnes.

Du coup l'ensemble, donne de jolies comptines harmoniques soutenues par quelques sons graves propres à mieux nous faire ressentir les vibrations. Bon, OK, c'est joli, les musiciens sont jolis, et les jolis spectateurs ont joliment applaudi. Un petit rappel plus tard, on attend déjà Vetiver et les plus curieux auront noté l'adresse du Myspace épelé par la jolie chanteuse pour y découvrir le joli album du groupe qui devrait faire un joli carton printanier.

Les happy hippies de Vetiver montent enfin sur scène, barbes presque bien taillées voire absentes, chapeaux et surtout un charmant clavier occupent la scène pour une suite de complaintes et ballades acidifiées et planantes.

Si l'ami Devendra a définitivement quitté la formation pour se popiser un brin, les Vetiver font toujours dans les titres plus noirs et qui se développent doucement comme les volutes d'une fumée interdite aux effets appaisants.

Lentement mais sûrement et grâce à un set fort bien réglé, la tension monte doucement et les mélodies esquissées au début de concert laissent la place à un son plus lourd et dense, qui emporte vite l'adhésion du public lorsque les guitares s'électrisent.

C'est la force de ce groupe que d'emmener l'auditeur dans des voyages sonores, comme le fait d'ailleurs très bien Plumas. On se laisse emporter au gré des morceaux, très haut pour redescendre progressivement et sans heurts sur des rythmes où s'entrecroisent blues et rock, jazz et folk.

On se retrouve parfois avec l'impression que la musique coule toute seule, la pianiste est quasiment allongée sur sa chaise, comme sous un soleil de plomb pianotant nonchalamment son clavier, les guitares livrées à elles-mêmes pas loin, finalement, de Television et Patti Smith pour cette ambiance un peu branleur et pourtant totalement maîtrisée.

Tout est en place, sans artifice, il ne reste qu'à convoquer Neil Young en maître de cérémonie pour que la fête soit parfaite. Un trip sans risque et pas cher aussi bon et subtile que le parfum du même nom : du caractère et de l'élégance.  La classe américaine est enfin une expression que l'on peut utiliser à bon escient. Pour les plus sceptiques, le rappel sur commande (vous voulez du lent ou du rock péchu ?) devrait définitivement vous convaincre que le rock bio de Vetiver a de beau jours devant lui. Entre old school et modernité, l'équilibre est parfait ! Et la bonne humeur au rendez-vous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
L'interview de Xavier Plumas (20 février 2009)
La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (2 décembre 2005)
L'interview de Tue-Loup (lundi 1er avril 2013)
La chronique de l'album Dearheart EP de Dear Reader
La chronique de l'album Idealistic Animals de Dear Reader
La chronique de l'album Rivonia de Dear Reader
La chronique de l'album To find me gone de Vetiver
Vetiver en concert à La Maroquinerie (12 septembre 2006)
L'interview de Andy Cabic - Vetiver (12 septembre 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Xavier Plumas
Le Myspace de Tue-Loup
Le Myspace de Dear Reader
Le site officiel de Dear Reader
Le site officiel de Vetiver
Le Myspace de Vetiver
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Laurent Hini (Toute les séries sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Xavier Plumas (20 février 2009)
Tue-Loup (1 avril 2013)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=