Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un homme et une femme
Opium  (Kitchen Records)  mars 2009

Franck Travert, Kevin Pierre-Emile, Steve Travert, dénommés ci-après par Un homme et une femme, vous êtes accusés par l'association du MBGMF (Monopole du Bon Goût et de la Mauvaise Foi) des crimes suivants :
- chant en français,
- voix ayant des propensions à rappeler celle d'un certain Dominique A (nous tairons son nom pour protéger son anonymat),
- disque sorti sans qu'aucun des médias membres de la MBGMF n'ait eu le temps de lancer un buzz en revendicant avoir découvert le nouveau groupe ultime,
- mélange de chant en français et de guitares rock (mais Diaboligum refuse de témoigner),
- utilisation de méthodes de compositions post-rock avec des phases calmes et noires et des phases énergiques et brillantes avec une touche de mélancolie,
- utilisation d'un titre de film culte comme patronyme.

Mais laissons place aux arguments de la défense.

Certes, les accusés chantent en français. Mais n'est-ce pas un atout lorsque la langue est si bien maniée ? Et n'est-ce ce vieux complexe de popeux qui ressort dans l'accusation qui veut que la pop soit anglophone ou ne soit pas ? La langue française sait être belle et mélodique.

Oui, on peut dire que Franck Travert adopte parfois un style de chant proche de celui de Dominique A.  Peut-on le lui reprocher, notamment si ces reproches viennent de ceux qui ont encensé et encensent encore, à juste titre, le travail de celui qui a su renouveler la chanson française ? Dominique A doit-il rester une exception culturelle, fierté du patrimoine musical sans faire aucun émule ? Je dis non !

Et puis il faudrait aussi évoquer le chant dans l'urgence sur le fil entre juste et faux de "Sous les paupières" ou "Vous je vous aime c'est différent" qui évoque John Martinez et son groupe Megaphone ou la Mort.

Quant à la musique, on ne peut en effet lui retirer ses influences rock et même post-rock, revendiquées sans pour autant que l'on crie au plagiât. Au contraire, Un homme et une femme développe au cours de Opium une identité qui, si elle hérite largement des influences sus citées, lui est propre. Ainsi, la construction des morceaux alternant douceur et énergie sert parfaitement le propos qui, sans être purement narratif, propose une ambiance forte à l'auditeur, sombre, poétique et énergique à la fois.

Quant au buzz Monsieur le juge, mes clients ne sont pas de ceux qui se sont fait sur quelques bruits de couloirs de l'information et des blogs mais bel et bien par leur talent de musiciens. Laissons leur donc le temps de développer ces belles promesses.

Le nom du groupe est bien entendu un hommage certes à un film culte mais aussi à toute une génération marquée par cette époque. Vous semblez oublier "Deauville sans Trintignant" de Delerm qui fût encensé, alors pourquoi ce traitement de défaveur pour mes clients ?

Non, je vous le dis, cet Opium n'est pas dangereux et est même très bon pour le peuple à qui je demande, comme aux jurés ici présents, d'écouter au plus vite ce disque et vous vous rendrez rapidement compte que la seule chose dont Un homme et une femme sont coupables, c'est d'avoir offert un bel album de rock français, fait des meilleures influences de ces 15 dernières années et dont leurs aînés peuvent être fiers.

Non, Un homme et une femme n'est pas coupable, c'est la relève !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Un homme et une femme (6 mars 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Un homme et une femme


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Un Homme et Une Femme (12 mars 2009)


# 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses

Dans ce couvre-feu avancé à 18h il faut voir le bon côté des choses, vous aurez du temps pour lire, écouter des disques, voir des films et des capataions de spectacles et surtout pour nous rejoindre sur la TV de Froggy's Delight sur laquelle nous vous préparons une nouvelle Mare Aux Grenouilles et une nouvelle série de concerts en direct ! Suivez la chaine, c'est gratuit, pour ne rien manquer !

Du côté de la musique :

"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed
et toujours :
"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Jeu des ombres" de Valère Novarina
"Nous l"Europe : le banquet des peuples" de Laurent Gaudé
"Les Justes" d'Albert Camus
"Icone" de Gérard Watkins
"Hamlet Kebab" de Rodrigo Garcia
"Comme il vous plaira" de Shakespeare
"Figaro divorce" de Odon von Orvath
"Ebauche d'un portrait" de Jean-Luc Lagarce
"Pichet Klunchun and myself" de Jérôme Bel et Pichet Klunchun

Expositions :

en virtuel :
"Joan Miro Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Cinéma :

at home :
"L'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Caché" de Michael Haneke
"Métisse" de Mathieu Kassovitz
"Sauvage" de Nicolette Krebitz
"Arlington Road" de Mark Pellington
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Fin du monde" de Carolina Hellsgard
et un Spécial Georges Méliès
avec "Le mystère Méliès" documentaire de Eric Lange et 13 courts métrages

Lecture avec :

"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim
et toujours :
"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=