Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Franz Ferdinand
Franz Ferdinand  (Domino / PIAS)  février 2004

"File-moi cette bouteille, elle est à moi !
- Eh, rends-moi ma vodka, you bloody bastard !
- T’vas voir ta gueule à la fin de la soirée !"

C’est, grosso modo, en ces termes que se sont rencontrés Nick McCarthy et Alex Kapranos, les deux têtes pensantes du nouveau groupe britannique Franz Ferdinand. Nouvelle coqueluche du New Musical Express, cette bande d’Ecossais d’adoption est présentée comme le meilleur groupe de 2004. N’ayons pas peur de cette arrogance toute anglaise et voyons voir ce qu’il en est exactement.

Après cette empoignade un soir dans un bar de Glasgow, Alex Kapranos décide de monter un groupe avec cet allemand qu’il vient de connaître. En effet, celui-ci a prétendu savoir jouer de la batterie au beau milieu de la baston ! Evidemment, il n’en est rien, mais l’arrivée de Paul Thomson, batteur, et de Bob Hardy, bassiste, permettra à Franz Ferdinand de prendre son envol.

L’association entre Alex Kapranos, un étudiant en littérature anglaise plutôt cultivé, et Nick McCarthy, un allemand aux goûts vestimentaires plutôt excentriques, était vouée à faire des étincelles. Le premier concert de ce groupe "arty" (ils faisaient tous plus ou moins partie d’une école d’art) a lieu dans l’appartement d’une de leurs amies, en centre ville de Glasgow. Ils jouent deux fois de suite quatre titres, "Take me out", "Auf Achse", "Michael" et "Shopping for Blood", qui étaient à l’époque leurs seules compositions. Et là, miracle, les gens de l’assemblée se mettent à danser. C’est le but de la musique de Franz Ferdinand : sur des bases de rock, ils arrivent à créer un style plutôt dansant bien dans l’air du temps (cf Radio 4, The Rapture, etc…).

Devant le succès d’estime de ce premier gig, les quatre compères décident de trouver un lieu adéquat pour y tenir des expositions, des manifestations artistiques et des concerts. Ils préfèrent le système D aux endroits déjà établis et investissent donc un vieux bâtiment à moitié délabré, surnommé "Le Château". Ils organisent dans cette bâtisse des shows et des expositions, et c’est ainsi qu’ils se font connaître, jouant leur musique entre quatre murs pelés et au milieu d’anciennes installations sportives.

Venons-en maintenant à leur debut album. Alex Kapranos et Herr Superfantastisch ont composé les 11 titres de ce premier LP, sobrement intitulé Franz Ferdinand. Les titres révèlent une section rythmique excellente, avec une basse primordiale et mixée très en avant, et une batterie sautillante martelant des rythmes binaires assez disco, à la limite de la dance.

Dès le premier titre, on a envie de bouger son corps et de "headbanguer". Le groove de Franz Ferdinand est imparable, en particulier sur le début de l’album : les titres "Tell Her Tonight", le deuxième single au riff entêtant "Take me Out" , et "The Dark of the Matinee", dans leur syle disco-rock, sont tout bonnement extraordinaires. "Tell her tonight" fait penser au "Heart of Glass" ou au "Atomic" de Blondie, et le son de guitare rappelle parfois Elastica. Le voix de Kapranos sur "The Dark of the Matinee" est superbement fragile, et le refrain est énorme. En fin d’album, "Michael " et "Come on Home" ont des mélodies presque aussi bonnes. Et tout le reste de l’album est excellent, pas de baisse de régime sauf peut-être pour le dernier titre. Sur "Come on Home", la voix magnifique et vulnérable de Kapranos la un petit côté Jarvis Cocker. (d’autant plus que leur style dandy, un peu précieux, les rapproche).

A noter que les paroles sont assez marquantes : la scansion "This fire is out of control, We’re gonna burn this city" issue de "This Fire", et "You can feel my lips undress your eyes" , belle phrase provenant du premier single “Darts of Pleasure”, trottent dans ma tête depuis la première écoute de cette petite merveille.

Je qualifierai donc ce debut album de Superfantastisch. Par contre, je ne sais si ce disque résistera à de nombreuses écoutes… avec un peu de recul, il me semble que l’album apparaîtra moins bon. C’est plutôt normal pour de la musique dansante.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)


Jardin de pieuvres         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=