Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Franz Ferdinand
Franz Ferdinand  (Domino / PIAS)  février 2004

"File-moi cette bouteille, elle est à moi !
- Eh, rends-moi ma vodka, you bloody bastard !
- T’vas voir ta gueule à la fin de la soirée !"

C’est, grosso modo, en ces termes que se sont rencontrés Nick McCarthy et Alex Kapranos, les deux têtes pensantes du nouveau groupe britannique Franz Ferdinand. Nouvelle coqueluche du New Musical Express, cette bande d’Ecossais d’adoption est présentée comme le meilleur groupe de 2004. N’ayons pas peur de cette arrogance toute anglaise et voyons voir ce qu’il en est exactement.

Après cette empoignade un soir dans un bar de Glasgow, Alex Kapranos décide de monter un groupe avec cet allemand qu’il vient de connaître. En effet, celui-ci a prétendu savoir jouer de la batterie au beau milieu de la baston ! Evidemment, il n’en est rien, mais l’arrivée de Paul Thomson, batteur, et de Bob Hardy, bassiste, permettra à Franz Ferdinand de prendre son envol.

L’association entre Alex Kapranos, un étudiant en littérature anglaise plutôt cultivé, et Nick McCarthy, un allemand aux goûts vestimentaires plutôt excentriques, était vouée à faire des étincelles. Le premier concert de ce groupe "arty" (ils faisaient tous plus ou moins partie d’une école d’art) a lieu dans l’appartement d’une de leurs amies, en centre ville de Glasgow. Ils jouent deux fois de suite quatre titres, "Take me out", "Auf Achse", "Michael" et "Shopping for Blood", qui étaient à l’époque leurs seules compositions. Et là, miracle, les gens de l’assemblée se mettent à danser. C’est le but de la musique de Franz Ferdinand : sur des bases de rock, ils arrivent à créer un style plutôt dansant bien dans l’air du temps (cf Radio 4, The Rapture, etc…).

Devant le succès d’estime de ce premier gig, les quatre compères décident de trouver un lieu adéquat pour y tenir des expositions, des manifestations artistiques et des concerts. Ils préfèrent le système D aux endroits déjà établis et investissent donc un vieux bâtiment à moitié délabré, surnommé "Le Château". Ils organisent dans cette bâtisse des shows et des expositions, et c’est ainsi qu’ils se font connaître, jouant leur musique entre quatre murs pelés et au milieu d’anciennes installations sportives.

Venons-en maintenant à leur debut album. Alex Kapranos et Herr Superfantastisch ont composé les 11 titres de ce premier LP, sobrement intitulé Franz Ferdinand. Les titres révèlent une section rythmique excellente, avec une basse primordiale et mixée très en avant, et une batterie sautillante martelant des rythmes binaires assez disco, à la limite de la dance.

Dès le premier titre, on a envie de bouger son corps et de "headbanguer". Le groove de Franz Ferdinand est imparable, en particulier sur le début de l’album : les titres "Tell Her Tonight", le deuxième single au riff entêtant "Take me Out" , et "The Dark of the Matinee", dans leur syle disco-rock, sont tout bonnement extraordinaires. "Tell her tonight" fait penser au "Heart of Glass" ou au "Atomic" de Blondie, et le son de guitare rappelle parfois Elastica. Le voix de Kapranos sur "The Dark of the Matinee" est superbement fragile, et le refrain est énorme. En fin d’album, "Michael " et "Come on Home" ont des mélodies presque aussi bonnes. Et tout le reste de l’album est excellent, pas de baisse de régime sauf peut-être pour le dernier titre. Sur "Come on Home", la voix magnifique et vulnérable de Kapranos la un petit côté Jarvis Cocker. (d’autant plus que leur style dandy, un peu précieux, les rapproche).

A noter que les paroles sont assez marquantes : la scansion "This fire is out of control, We’re gonna burn this city" issue de "This Fire", et "You can feel my lips undress your eyes" , belle phrase provenant du premier single “Darts of Pleasure”, trottent dans ma tête depuis la première écoute de cette petite merveille.

Je qualifierai donc ce debut album de Superfantastisch. Par contre, je ne sais si ce disque résistera à de nombreuses écoutes… avec un peu de recul, il me semble que l’album apparaîtra moins bon. C’est plutôt normal pour de la musique dansante.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)


Jardin de pieuvres         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=