Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ashes
Théâtre des Abbesses  (Paris)  mars 2009

Ballet conçu d’après des compositions originales de Georg Frideric Haendel, chorégraphie de Kœn Augustijnen, avec Athanasia Kanellopoulou, Benjamin Boar, Chantal Loïal, Gaël Santisteva, Grégory Edelein, Jakub Truskowski, Ligia, Amaryllis Dieltiens ou Irene Carpentier (soprano), Steve Dugardin (alto masculin), Aurélie Dorzée (violon), Otine van Erp (accordéon), Jurgen De Bruyn ou Pieter Theuns (luth), Mattijs Vanderleen (marimba et percussion), Saartje Van Camp (violoncelle), Manuela Lewis et Sung-Im Her.

Sur la scène du Théâtre des Abbesses, le public découvre un décor sur plusieurs niveaux, entièrement blanc gris, sorte de structure architecturée recouverte de crépi, d'où se détachent des grilles métalliques. Ce décor de Jean Bernard Koeman s'inspire d'une photo prise après l'éruption du volcan Pinatubo aux Philippines.

Cette pièce traite des grands thèmes de la vie, l'amour, la mort, le deuil, l'errance, le changement... Comment se situer dans un monde en mouvements perpétuel, comment se réinventer après une catastrophe? Tel est le point d'entrée de cette chorégraphie.

Sur le plateau tout un attirail d'instruments, percussions, trampoline, prise d'escalade, barre de bois qui servira à mettre en musique et en mouvement cette impulsion propre aux humains de se relever, d'évoluer à nouveau, de s'élever.

Les danseurs ont tous des physiques, des origines et un langage corporel différent les uns des autres, ce qui illustre que le chemin de chacun face à même drame, universel ou intime, ne sera pas le même. La danse est très tonique, physique, voire parfois brutale. Les corps se heurtent violemment, entre eux ou au décor, provoquant des râles ou des bruits de choc.

Cependant, autour des arias de Haendel se réorganise l'espace, la respiration, la structure et l'harmonie dans les mouvements gracieux par groupes de deux ou trois danseurs. Le contraste du rassemblement des danseurs dans l'harmonie émergeant du chaos lors des passages chantés avec les chorégraphies de luttes, musicalement illustrées par des interventions musclées des percussions, n'en est que plus évident.

Sur le plateau, huit danseurs, deux chanteurs et cinq musiciens. C'est parfois trop pour l'oeil qui ne peut suivre, sur les trois niveaux du décor, plusieurs solos ou chorégraphies de groupe en même temps. Le spectateur doit accepter de ne pouvoir tout regarder à la fois. D'autant que le mouvement qui illustre toute cette oeuvre est le rebond, celui des corps contre les éléments du décor, des danseurs sur le trampoline, des corps entre eux qui brisent les trajectoires, d'où une nouvelle énergie va émaner.

Le chant de l'alto Steve Dugardin, et de la soprano Irène Carpentier achèvent d'illuminer cette oeuvre dynamique, gracieuse et accessible.

Les spectateurs de cette ultime représentation au Théâtre des Abbesses ont eu durant toute la durée de la pièce une grande qualité d'écoute et l'émotion, autour de ces thèmes universels mais intimes, était présente. Sa réaction a été plus que chaleureuse ce soir du 14 mars 2009.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=