Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dollhouse
Lee Brauer  mars 2009

Réalisé par Lee Brauer. France-USA. 2009. Comédie dramatique. Avec Maude Mitchell, Mark Povinelli et la Compagnie Mabou Mines

"Dollhouse" est l'adaptation cinématographique de sa mise en scène de la pièce éponyme d'Henrik Ibsen par Lee Breuer. Cependant, sans connaître la version adaptée pour les planches, je ne me lancerai pas dans un comparatif des deux exercices.

Le dispositif choisi par Lee Breuer consiste à filmer, plutôt qu'une adaptation cinématographique de l'histoire, un théâtre avec une scène, de lourds rideaux rouges, des spectateurs, des décors, des acteurs et même la régie. Mais l'originalité de cette adaptation vient du fait que Breuer superpose les images, insère des effets spéciaux, fait jouer ses acteurs devant un parterre de marionnettes. Il y a donc une volonté de créer un véritable objet cinématographique utilisant des pratiques du cinéma, c'est-à-dire cadrage, gros plans, champs/contrechamps, etc... et pas seulement faire du théâtre filmé.

La pièce d'Ibsen raconte l'histoire de Nora (Maude Mitchell), épouse aimante et mère attentive, qui vit à l'abri du besoin dans une demeure douillette. Elle est cajolée par son mari Torvald (Mark Povinelli) qui vient de devenir directeur d'une banque. Mais le ver est dans le fruit : La situation n'a pas de tout temps été aussi simple, et elle a dû, quelques années auparavant, effectuer un emprunt pour prendre soin de son mari, à l'époque souffrant.

Or dans la société bourgeoise norvégienne du XIXe siècle, ce n'est pas le rôle dévolu à la femme que de s'occuper des affaires d'argent. Elle a donc caché cet emprunt à son mari. En restant ainsi dans les normes sociales et afin de ne pas bouleverser les conventions, elle espère pouvoir garder l'estime et l'amour que lui porte son époux. Cependant lorsque cet acte sera révélé, le ciment de l'union familial s'effritera, et qu'importe si elle avait fait cet acte par sacrifice et par amour.

Dans l'adaptation de Lee Breuer, la maison de poupées offerte par Nora à ses enfants en début de pièce sert de décor. Elle est assez grande pour que les enfants puissent jouer à l'intérieur. Les femmes sont de taille normales, quant aux rôles masculins, ils sont interprétés par des nains, qui ont donc la taille des enfants, et pour lesquels la taille du décor est adapté.

Ceci suggère que les femmes, à l'époque d'Ibsen, n'étaient pas adaptés à un monde taillé pour les hommes, et devaient sacrifier leurs envies, leurs désirs, leur autonomie, leur volonté pour se plier à un monde taillé pour les hommes.

On peut aussi y voir une représentation physique de "l'âme": la grandeur du sacrifice pour les femmes opposée à la petitesse d'esprit pour les hommes puisqu'au court de ce film ils succomberont à l'envie, à la cupidité, au stupre, et caetera...

Le choix de Lee Breuer est d'installer son dispositif dans l'outrance (le décor, les costumes, les couleurs, les spectateurs représentés par des marionnettes, les effets spéciaux), la parodie (l'accent danois des acteurs, les masques) et le faux (le jeu outré des acteurs qui sont censés être sur une scène de théâtre mais sont filmés en plans rapprochés, les effets spéciaux très visibles). Ainsi les seules vérités qui ressortent du texte et de l'histoire sont le drame et la souffrance de Nora.

Le spectateur peut noter le féminisme de cette pièce, le rapporter à l'époque, s'interroger s'il y a une morale propre aux hommes, et une autre plus compassionnelle propre aux femmes. Quant à l'objet filmique, en raison de ses partis-pris esthétiques, il ne laissera pas indifférent.

 

Durée : 2h03


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=