Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce PJ Harvey
A woman a man walks by  (Island Records / Universal)  mars 2009

Après White shalk sorti en 2007, album très très épuré, fait de pas mal de balades intenses au piano, PJ Harvey nous avait étonnés en délaissant totalement les envolées de guitares et la rage vocale, pour un objet plus intimiste. Jusqu’au look, à l’opposé des précédents, il faut dire une longue robe victorienne, ça tranchait.

Tout beau qu’il était, on est quand même content de retrouver l’électricité sur ce nouvel opus et une production digne d’un John Parish. L’album est en fait très riche en style, en sons, que ce soit des morceaux rageurs à la limite du punk, des balades au piano et orgue ou du style plus folk.

Superbe balade rock que ce "Black hearted love", très proche de l’esprit Stories from the city, stories from the sea avec, au lointain, quelques guitares accrocheuses façon Sonic Youth, et déjà Polly Jean y chante superbement.

Mélange de country et rythm’n’blues, "Sixteen fifteen fourteen" est bien rythmée, mêle ukulélé, guitare sèche, orgue, guitare electrique et PJ adopte une voix sensuelle et rageuse à la fois.

Sur "Leaving California", la belle pose une voix fragile, moins rageuse, pour une chanson mélancolique à l’orgue, piano et ukulélé encore. Ce morceau vous reste bien en tête, belle mélodie mélancolique, on croirait entendre du Portishead avec ce timbre si proche de celui de Beth Gibbons.

"The chair" est un morceau très décousue, un brin barré, alternance de notes de synthés sombre et entêtantes, puis ces accélérations de guitares.

Au départ, "A woman a man walks by / The crow knows where all the little children go" apparaît très très punk, elle aurait sa place sur l’album Uh huh her. Polly Jean y prend une voix explosive, entre Nina Hagen, Janis Joplin et Patti Smith, au milieu de guitares nerveuses en diable. A la moitié du morceau, le style part en vrille avec une ambiance de percus africaines, un délire de son au synthé à la Robert Wyatt voire Mike Oldfield, quand PJ Harvey se met à la world music, étonnant et jouissif.

Retour du ukulélé (à moins que ce ne soit un banjo) sur "The soldier", sympatoche balade folk, auquel se conjugue la mélancolie d’un piano. PJ est un peu en transe sur "Pig will not", rock très nerveux sur lequel elle crie, a la rage, on a même l’impression qu’elle aboie par moment, le tout sur un déluge de guitares une chouille saturées dans un style qui n’a clairement rien à envier aux Pixies et Sonic Youth. La fin du morceau est habile, on a l’impression que le jack de la prise son des guitares est débranché, il ne reste plus que le piano qui conclut.

Entre les guitares planantes, la basse et l’ambiance sonore, "Passionless, pointless" s’apparente à un peu à du Radiohead époque Kid A et s’inscrit dans une ambiance qui collerait bien au style de l’album Stories from the city, stories from the sea.

Juste dommage que l’album se termine sur un morceau un peu ennuyeux – "Cracks in the canvas" – avec ses trois notes de synthés et banjo qui ne décollent pas.

Pour le retour de l’électrique, PJ Harvey fait donc un come back percutant et inflige un KO fulgurant à tout ceux qui croyaient qu’elle était blasée des guitares nerveuses, torturées, toujours au service de belles mélodies, le tout dans un torrent de chant sensuel et rageur.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

PJ Harvey en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
PJ Harvey en concert au Bataclan (17 mai 2009)
PJ Harvey en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
PJ Harvey en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de PJ Harvey
Le Myspace de PJ Harvey


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=