Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Archive
Controlling Crowds  (Warner Music)  mars 2009

Toujours pas. Il faudra encore l'attendre, le chef d'œuvre d'Archive, celui que les perles disséminées tout le long de leur discographie laisse espérer. Ce n'est pourtant pas faute d'ambition de la part de Griffiths et Keeler, les deux têtes pensantes de la formation, ni de capacité à se renouveler. Pourtant non, non, non, quoi qu'en puissent dire les quelques enthousiastes, jamais les mêmes, qui savent saisir la moindre occasion pour célébrer "l'album de la maturité" d'Archive, non, non, ce huitième album studio, Controlling Crowds, n'accomplit pas encore la prophétie.

Il regorge pourtant de bonnes choses. À commencer par le titre éponyme, qui ouvre l'album de ses dix minutes – sans que l'on nous refasse le coup de "Lights", titre éponyme de l'album précédent qui n'était, au mieux, qu'un très ennuyeux auto-pastiche de l'indépassable "Again". Et "Bullets", deuxième titre de l'album et premier single, le prolonge à merveille. A eux deux, ces titres introduisent à un univers musical électro-rock progressif tout en répétitions et lentes évolutions, un peu dans l'esprit de plusieurs titres de l'album précédent comme "Sane" ou "Sit back down", une certaine profondeur en plus.

A en rester là, pas de doute, Archive tiendrait la formule d'un grand album. Mais les choses se dégradent malheureusement au fur et à mesure que l'on avance dans l'écoute. On commencera à grincer des dents sur des titres comme "Word on signs", un rien sirupeux. On s'indignera franchement à l'écoute de titres tout à fait ratés comme "Chaos", qui parvient même à rappeler l'Alan Parsons Project des mauvais jours. Et l'on désespérera finalement d'entendre ainsi gâcher de bons titres par la prétention un peu vaine de certaines orchestrations synthétiques ; ainsi pour "Funeral" ou "Clone" ; ainsi même pour "Quiet Times", où la déception éclipsera presque le plaisir de retrouver le rappeur Rosko John.

Ce dernier avait disparu des rangs d'Archive après Londinium, album-référence de l'histoire du trip-hop. Les retrouvailles sont en soi une excellente surprise, tant on aime son flow et le timbre mat de sa voix, qui sait donner vie à d'excellents titres comme "Bastardised Ink". Il faut cependant reconnaître que les trois titres qui lui sont confiés briseraient plutôt l'unité de l'album. On en dira d'ailleurs autant de "Whore" ou "Collapse/Collide", chantés par Maria Q qui, malgré sa jolie voix, a le dont de tirer tout ce qu'elle chante vers le sous-Morcheeba.

Ne serait-ce pas alors le plus grand défaut de cet album que d'avoir voulu donner de la tête partout ? En effet, Archive y multiplie les voix (Pollard Berrier, voix officielle ; Maria Q et David Penney, comme chez eux ; Rosko John, revenu d'outre-tombe) et les directions (l'album est découpé en trois parties ; on y explore, en vrac, l'électro, l'électro-rock, le trip-hop).

Résultat : l'album est aussi long qu'il se peut (80 minutes – on remarquera encore que la quatrième partie, initialement prévue, n'a pas pu être intégrée et doit faire l'objet d'un album à part entière) et souffre, peut-être, du défaut de beaucoup d'albums longs : la difficulté à s'exprimer dans la durée sans jamais retomber. On peut certes encore ajouter quelques tites à la liste des excellents moments de l'album : "Kings of speed", qu'on dirait tout droit sorti d'Ok Computer, et le très délicat et entêtant "Dangervisit". Mais tout cela peine à donner un ensemble véritablement cohérent – et de qualité constante.

Malgré toute l'ambition du projet (dénoncer l'aliénation de masse en 80 minutes – ce qui a d'ailleurs déjà en soi quelque chose de candide), malgré aussi le soin apporté à la production et aux enchaînements de titres, on aura peut-être du mal à écouter l'album en tant que tel, du mal à accepter de courir le risque de laisser les bons titres se noyer dans la masse des compositions plus secondaires et l'on fera comme on a toujours fait avec Archive : le tri.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Noise de Archive
La chronique de l'album Lights de Archive
La chronique de l'album With us until you're dead de Archive
La chronique de l'album Restriction de Archive
Archive en concert au Festival des 3 éléphants 2006
Archive en concert à l'Ancienne Belgique (6 octobre 2006)
Archive en concert au Festival Europavox 2007
Archive en concert au Nouveau Casino (2 avril 2009)
Archive en concert au Fil (mercredi 27 janvier 2010)
Archive en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Archive en concert au Grand Rex (lundi 4 avril 2011)
Archive en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Archive en concert au Grand'place (samedi 9 juillet 2011)
Archive en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Archive en concert au Zénith (vendredi 16 novembre 2012)
Archive en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - vendredi 12 avril
Archive en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Archive
Le Myspace de Archive


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=