Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Naim Amor
Sanguine  (Le Pop / Discograph)  mai 2009

L’an dernier, nous avions chanté les louanges de la cow-girl Marianne Dissard, dont les perles mélancoliques (bleutées de subtils reflets morriconiens) nous avaient rendus passablement gagas… Quelques mois plus tard, malgré la routine et la fin des illusions (ce satané recul qui tue souvent l’amour), on n’en démord pas : son disque, L’entre-Deux, reste l’un des plus excitants entendus ces dernières années ; souvenir ému qui s’interpose, intransigeant, et nous empêche de céder aux charmes d’autres chanteuses...

Blague mise à part : la suprême galette était réalisée par Joey Burns, deus ex machina de la scène locale (Tucson) depuis le succès mondial de Calexico. Mais un autre nom, plus mystérieux, figurait aussi au casting : un certain Naïm Amor, signant la composition de trois des meilleurs titres… et qui publie aujourd’hui un disque sous son nom propre.

Renseignement pris, tout concorde et l’on n’est guère dépaysé : non content de graviter dans les mêmes sphères artistiques, l’individu en question, français exilé en Arizona, a aussi l’insigne honneur d’être le compagnon de la belle Marianne ! Et la boucle est tendrement bouclée lorsqu’on s’aperçoit qu’elle signe ici quelques textes, tandis que Joey Burns tient la chandelle (et co-produit l’affaire).

Mais au-delà du plaisir que constituent ces retrouvailles, l’album Sanguine ne se contente pas de prolonger une "Tucson touch" prédéfinie : il exsude au contraire un talent original, assez personnel pour ne pas être taxé de suivisme.

Pour le caractériser, on dira que les chansons de Naïm Amor sont moins immédiatement pop que celles écrites par Joey Burns… mais qu’elles installent des ambiances plus rêveuses, acoustiques et atmosphériques, qui se teintent parfois d’un discret relent jazz, à l’image de cette reprise classieuse (Prévert/Crolla) qui donne son titre et sa tonalité sensuelle à l’album.

La sensualité se retrouve (évidemment !) dans les deux textes signés Marianne Dissard : "Lychee Girl", autre fille/autre délice, file la métaphore initiée par Prévert. Tandis qu’un peu plus tard, "La Sieste", un peu crapuleuse, oscille entre pelotage réel et rêverie moite, sans que l’on puisse exactement dire de quoi il retourne. Tout cela est chanté d’une voix douce, un peu sourde et voilée, sachant bien devenir aérienne si besoin est.

Choisi comme single avant-coureur, "Ton Grand Sourire" figure parmi les compositions les plus évidentes. Musicalement, le morceau est basé sur un riff rappelant le "Girl" des Beatles (et comme sur L’entre-Deux, il est ensuite revisité en mode manouche mélancolique). La chanson évoque les moments cruciaux d’une relation (rencontre, flirt au ciné… ellipse, divorce !), toujours plus ou moins arrosés : griserie puis gueule de bois figurant les étapes obligées de la vie et mort d’un couple.

Tout l’album est parcouru de cette même amertume légère, considérations sur le temps qui passe, les amourettes qui lassent… avec pour message subliminal de profiter (évidemment) du jour présent. A l’image de la plus belle chanson du lot, "That Precious Second", questionnant la beauté fugitive de ces petits instants de grâce, sur fond de musique évanescente…

A contrario, "Aigre Martini" dresse le portrait rédhibitoire d’une workalcoolique, opposant à la vie "normale" stressée-azimutée une certaine coolitude bohème, que l’artiste a joliment exprimée dans le dossier de presse : "Quitte à être fauché, je préférais être fauché avec la musique et les formidables musiciens de Tucson, plutôt qu’à Paris avec un RMI".

Assez logiquement, sa chère ville d’adoption se voit ensuite consacrer une chanson : il y est question de cette torpeur langoureuse qui vous gagne sous la chaleur étouffante, imprimant aux esprits la coolitude déjà évoquée, rythme de vie (à l’image de celui prédominant sur le disque) tournant comme au ralenti.
[Note : cette philosophie peut aussi virer à l’absurde lorsqu’elle se retourne contre soi: ainsi, l’opus, prévu en 2007, ne sort finalement qu’en 2009…]

Au final, l’album est l’un des plus beaux entendus ces derniers mois. Malgré ses ambiances plutôt évanescentes, il s’appréhende sans difficulté et finit par s’avérer entêtant : les chansons s’insinuent lentement, mais l’on est certain de les avoir encore en mémoire dans quelques mois.

Les amateurs de Calexico ou Marianne Dissard seront donc ravis de découvrir un nouvel artiste gravitant dans la même mouvance. Quant aux néophytes, pas d’inquiétude : l’univers de Naïm Amor est assez séduisant pour se passer de ces glorieuses connexions, et s’apprécier simplement pour lui-même.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'entredeux de Marianne Dissard
La chronique de l'album The Cat. Not Me de Marianne Dissard
La chronique de l'album Garden ruin de Calexico
La chronique de l'album Carried to dust de Calexico
La chronique de l'album Algiers de Calexico
La chronique de l'album Years to Burn de Calexico / Iron & Wine
Calexico en concert à l'Olympia (3 avril 2003)
Calexico en concert au Festival International de Benicassim 2003
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Calexico en concert à La Flèche d'Or (16 février 2006)
Calexico en concert à La Maroquinerie (4 avril 2006)
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Calexico en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Calexico en concert à La Cigale (mardi 14 octobre 2008)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Calexico en concert à L'Aéronef (dimanche 24 février 2013)
La vidéo de World Drifts In - Live at the Barbican London par Calexico

En savoir plus :
Le site officiel de Naim Amor
Le Myspace de Naim Amor


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marianne Dissard (12 novembre 2008)


# 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses

Dans ce couvre-feu avancé à 18h il faut voir le bon côté des choses, vous aurez du temps pour lire, écouter des disques, voir des films et des capataions de spectacles et surtout pour nous rejoindre sur la TV de Froggy's Delight sur laquelle nous vous préparons une nouvelle Mare Aux Grenouilles et une nouvelle série de concerts en direct ! Suivez la chaine, c'est gratuit, pour ne rien manquer !

Du côté de la musique :

"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed
et toujours :
"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Jeu des ombres" de Valère Novarina
"Nous l"Europe : le banquet des peuples" de Laurent Gaudé
"Les Justes" d'Albert Camus
"Icone" de Gérard Watkins
"Hamlet Kebab" de Rodrigo Garcia
"Comme il vous plaira" de Shakespeare
"Figaro divorce" de Odon von Orvath
"Ebauche d'un portrait" de Jean-Luc Lagarce
"Pichet Klunchun and myself" de Jérôme Bel et Pichet Klunchun

Expositions :

en virtuel :
"Joan Miro Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Cinéma :

at home :
"L'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Caché" de Michael Haneke
"Métisse" de Mathieu Kassovitz
"Sauvage" de Nicolette Krebitz
"Arlington Road" de Mark Pellington
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Fin du monde" de Carolina Hellsgard
et un Spécial Georges Méliès
avec "Le mystère Méliès" documentaire de Eric Lange et 13 courts métrages

Lecture avec :

"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim
et toujours :
"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=