Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le bain et le miroir - Soins du corps et cosmétiques de l'Antiquité à la Renaissance
Musée National du Moyen Age  (Paris)  Du 20 mai au 21 septembre 2009

L'exposition "L'art des frères d'Amboise", programmée à l'automne 2007, était la première qui réunissait le Musée National du Moyen Age et du Musée National de la Renaissance à travers une thématique unique développée en deux volets.

Après cette exposition pointue à la sphère de monstration très circonscrite, la Réunion des Musées Nationaux réitère le protocole en y programmant concomitamment une deuxième et superbe exposition originale, pluridisciplinaire au large spectre spatio-temporel et sur une thématique grand public.

En effet, "Le bain et le miroir" entraîne le visiteur dans le monde du bien être et de la beauté qui y trouve une même légitimité en raison de l'existence des vestiges des thermes de Lutèce pour le premier et de l'existence d'un appartement des bains pour le second.

A un siècle qui se croît novateur, avec par exemple la vogue du spa, et se voit parfois fustigé pour son exacerbation du futile et du paraître, avec l'obsession de la beauté et du jeunisme, cette exposition consacrée aux soins du corps et aux cosmétiques de l'Antiquité à la Renaissance permet de constater la pérennité et l'universalité de ces préoccupations.

Cette exposition judicieusement pensée revêt des sources d'intérêt multiples. En premier lieu, elle s'inscrit totalement dans une démarche muséale qui consiste à mettre en permanence l'art comme l'histoire, fut-elle celle de la vie quotidienne, en résonance avec l'humain et en dialogue permanent entre les différentes époques, chacune s'étant nourrie de la précédente.

Par ailleurs, cette exposition apporte des éléments nouveaux de connaissance en raison des travaux scientifiques menés par la Centre de recherche et de restauration des musées de France et les laboratoires de l'Oréal Recherche notamment sur l'analyse chimique des produits utilisés durant ces époques.

Ensuite, les deux volets de cette exposition ne sont pas conçues de manière monolithique mais selon deux approches différentes qui s'éclairent mutuellement et s'avèrent complémentaires dans ce nécessaire croisement de focales pour éloigner tout didactisme péremptoire.

Ainsi, si le Musée National de la Renaissance a choisi une démarche déductive à partir des objets, documents et œuvres d'art, pour sa partie parisienne, la commissaire de l'exposition, Isabelle Bardiès-Fronty, conservateur en chef au Musée de Cluny, qui intervient en amont avec Philippe Walter, directeur de recherche au CNRS, a opté pour un parcours chronologique avec une présentation chrono-thématique analytique judicieuse en raison de l'ampleur de la période considérée.

Enfin, par la large variété d'objets présentés et leur sélection rigoureuse, l'exposition offre un large panorama sans relever de l'accumulation ni de la pléthore qui brouillent le discours et retient tout autant l'attention des érudits et des historiens d'art que celui du visiteur néophyte par son accessibilité, bel exemple de vulgarisation réussie.

La scénographie très contemporaine réalisée par Jérôme Haberrsetzer prend toute son ampleur dans le lieu premier de l'exposition, lieu majestueux et imposant qu'est le frigidarium d'un des trois thermes de Lutèce, unique vestige de la splendeur romaine à Paris, réouvert au public après restauration.

Il offre bien évidemment un lieu de prédilection pour la présentation de la période antique avec ses objets de taille et de nature hétérogènes présentés dans un ensemble de vitrines basses de tailles différentes à la couleur pierre, en harmonie avec les enduits rosés qui couvrent les murs, auxquelles s'intègrent des vidéos et de judicieux cartels animés.

La recherche de la beauté, critère d'une esthétique et du goût

Cette exposition, qui comprend un ensemble exceptionnel de plusieurs centaines de pièces venues des grandes collections publiques européennes, concerne, comme le souligne Isabelle Bardiès-Fronty, "un sujet faussement léger qui n'est pas que dans l'illustration".

La démarche de démonstration documentaire est également réflexive entre autres sur le statut de la beauté ancrée dans les temps antiques, sur la beauté comme paramètre de représentation de la figure humaine et notion culturelle véhiculée par une civilisation et sur les convergences du profane et du sacré.

Par ailleurs, elle établit également l'adaptation au Moyen Age de l'héritage antique avec l'idéal de beauté gréco-romaine deux périodes que la commissaire résume ainsi dans un de ses essais figurant dans le catalogue : "L'antiquité, belle comme la romaine" et "Le moyen âge, beauté mon beau souci".

Le parcours chrono-thématique se déroule en trois lieux dont le frigidarium prédestiné à recevoir les pièces antiques magnifiques - dont "Aphrodite au bain", des peintures murales vestiges de Pompéi et la statuette en ronde bosse de "Aphroduite détachant sa sandale" retenue comme visuel de l'exposition - et les oeuvres du Moyen Age sont présentées dans deux salles plus intimistes du musée.

Deux périodes qui sont placées sous le rite de l'eau : les thermes antiques et le bain médiéval constituent une pratique hygiénique et prophylactique qui prend l'allure d'un fait social érigé en cérémonial auprès de l'élite dont n'est pas niée la vertu épicurienne voire érotique ("Bethsabée au bain", "Suzanne et les vieillards").

De nombreux objets de soins corporels ont été retrouvés dans des tombes à côté d'objets culinaires qui lient la beauté et le banquet, symboles de la vie qui doit accompagner le défunt dans son voyage.

Les œuvres présentées, qu'il s'agisse des bustes antiques ou de la statuaire médiévale, proposent un focus sur l'art de la coiffure qui atteste du souci de l'apparence avec une très grande variété de style et de mode qui sont diffusées par les monnaies et médailles aux effigies impériales.

Ainsi vogue-t-on des architectures capillaires romaines aux chignons ondulés grecs, de la grande austérite des coiffures des sculptures toscanes provenant des dépositions de croix du début du 13ème siècle au raffinement de celles d'une annonciation en craie du 15ème siècle, de la prédilection des tresses dans les pays du Nord et les bandeaux à la florentine pour ceux du Sud et les très étonnants bustes reliquaires toscans de saintes qui reproduisent certains canons d'une beauté idéale à la carnation subtile.

Une belle place est faite aux secrets de beauté. Ainsi la technologie contemporaine permet de connaître la composition des cosmétiques, du fard noir à yeux et de la coloration des cheveux hérités de l'Egypte experte de la chimie des solutions, des fards romains issus de l'art des teinturiers ou du début de l'art de la formulation en à la période médiévale.

Produits en renouvellement constant qui, comme les objets de toilette dont les formes des objets de toilette traversent le temps tout en se diversifiant, tels le miroir, le peigne et la pixyde, avec par exemple avec la découverte de l'étamage des glaces, donnent naissance à une industrie du luxe au service de la beauté. Ainsi les onguents placés dans de simples coquillages à Pompéi trouveront logis dans des verres soufflés, la tabletterie et l'orfèvrerie mettront leur savoir-faire au service de la fabrication de nécessaires de toilette dès le 4ème siècle.

L'intervention de l'Eglise qui prône le renoncement aux pratiques de la vanité et de l'embellissement, avec en figure de proue Marie-Madeleine la pécheresse repentie, dont une très belle représentation en anachorète sur une huile sur bois du 15ème siècle, ne parviendra pas à juguler cet engouement pour la beauté.

L'exposition comporte également une sélection de documents qui permettent de constater que les ouvrages médiévaux reprendront, par la voie des traités médicaux, les textes hygiéniques dont l'Antiquité a été prolixe.

Cette partie de l'exposition se clôt sur une tapisserie flamande du début du 16ème siècle, "Le bain" une des tenture de "La vie seigneuriale" qui constitue une belle transition pour le deuxième volet de l'exposition qui se déroule au Musée de la Renaissance réputée pour sa collection de tapisseries.

Une exposition magnifiquement réussie pour un extraordinaire voyage au pays de la beauté toujours renouvelée.

 
A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'exposition au Musée National de la Renaissance
La chronique du catalogue

En savoir plus :

Le site officiel du Musée National du Moyen Age

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation d ela Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=