Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Izia
Izia  (AZ / Universal)  juin 2009

Il s’en fallait de peu qu’on y prenne goût à la musique d’exténués à la française, qui colle si bien au spot publicitaire des marques de supermarché. Il suffit enfin ! Déjà que l’époque n’est pas franchement à l’exaltation et à l’extravagance. Raison de plus pour qu’on aille se décongeler les oreilles, se faire bouillir le sang sur du rock et du punk. Mais oui, ça  a existé les trous d’air, la saine colère, la parole libérée. Ca a existé les scandales aux marches des festivals, le rejet nauséeux et l’exploit vomitif. Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. En effet, Izia annonce dix-huit ans. Ce qui ne l’empêche pas de l’incarner : Izia la révolutionnaire ?

Izia la rockeuse, qui se perche sur ses hauts talons pour trouver un air plus respirable et l’engloutir à elle seule pour le recracher à pleins poumons. Ca commence avec un riff de guitare, celle de Sébastien Hoog qui, porté par l’élan salutaire, se transforme en guitar hero rock. Et comme un coup de tonnerre, la voix de la jeune femme transperce la toile, épaulée par la batterie de Vincent Polycarpe qui achève le tout. De l’énergie, un aplomb et ça part, lancé à tout berzingue. Trépignante, trépidante et affolante la voix tendue comme un arc, grave et un peu cassée : celle d’une colère qui jaillit comme la lave de ces volcans endormis, on ne sait pourquoi : rien n’est jamais complètement domestiqué.

Comme ça fait du bien ! Comme si le temps s’arrêtait, que ça se passait ici et maintenant. Bon, si je délire, j’avoue que je viens de finir Lipstick Traces de Greil Marcus qui nous convainc qu’il existe un lien secret entre les dadas des années 20 et le punk des années 70, et que Jimmy Rotten des Sex Pistols et l’auteur de La Société du Spectacle, Guy Debord sont deux incarnations d’une même vigueur insurrectionnelle qui dérive à travers les époques. Et s’il avait ajouté Izia et Isidore Izou : énorme !

Nul ne sait expliquer pourquoi c’est puissant. Le sait-elle elle-même qui impose son tempo et sa nervosité au groupe. Le charisme dira-t-on, la conviction, le plaisir, le miracle d’être soi envers et contre tout.

Izia, allez ! Après tout, c’est juste un groupe de rock qui puise ses racines aux Etats-Unis et en Angleterre, histoire de remettre les pendules à l’heure de Big Ben ! N’allez pas demander à Izia pourquoi elle chante en anglais !

Heureuse conjonction des astres ou travail de fous furieux, une chose est sûre, Izia vient tout dynamiter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Izia en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Izia en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Izia en concert au Fil (mercredi 29 février 2012)
Izia en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mercredi 29 avril
Izia en concert au Festival Artrock 2015
L'interview de Izia (30 avril 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Izia


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=