Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Izia
Izia  (AZ / Universal)  juin 2009

Il s’en fallait de peu qu’on y prenne goût à la musique d’exténués à la française, qui colle si bien au spot publicitaire des marques de supermarché. Il suffit enfin ! Déjà que l’époque n’est pas franchement à l’exaltation et à l’extravagance. Raison de plus pour qu’on aille se décongeler les oreilles, se faire bouillir le sang sur du rock et du punk. Mais oui, ça  a existé les trous d’air, la saine colère, la parole libérée. Ca a existé les scandales aux marches des festivals, le rejet nauséeux et l’exploit vomitif. Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. En effet, Izia annonce dix-huit ans. Ce qui ne l’empêche pas de l’incarner : Izia la révolutionnaire ?

Izia la rockeuse, qui se perche sur ses hauts talons pour trouver un air plus respirable et l’engloutir à elle seule pour le recracher à pleins poumons. Ca commence avec un riff de guitare, celle de Sébastien Hoog qui, porté par l’élan salutaire, se transforme en guitar hero rock. Et comme un coup de tonnerre, la voix de la jeune femme transperce la toile, épaulée par la batterie de Vincent Polycarpe qui achève le tout. De l’énergie, un aplomb et ça part, lancé à tout berzingue. Trépignante, trépidante et affolante la voix tendue comme un arc, grave et un peu cassée : celle d’une colère qui jaillit comme la lave de ces volcans endormis, on ne sait pourquoi : rien n’est jamais complètement domestiqué.

Comme ça fait du bien ! Comme si le temps s’arrêtait, que ça se passait ici et maintenant. Bon, si je délire, j’avoue que je viens de finir Lipstick Traces de Greil Marcus qui nous convainc qu’il existe un lien secret entre les dadas des années 20 et le punk des années 70, et que Jimmy Rotten des Sex Pistols et l’auteur de La Société du Spectacle, Guy Debord sont deux incarnations d’une même vigueur insurrectionnelle qui dérive à travers les époques. Et s’il avait ajouté Izia et Isidore Izou : énorme !

Nul ne sait expliquer pourquoi c’est puissant. Le sait-elle elle-même qui impose son tempo et sa nervosité au groupe. Le charisme dira-t-on, la conviction, le plaisir, le miracle d’être soi envers et contre tout.

Izia, allez ! Après tout, c’est juste un groupe de rock qui puise ses racines aux Etats-Unis et en Angleterre, histoire de remettre les pendules à l’heure de Big Ben ! N’allez pas demander à Izia pourquoi elle chante en anglais !

Heureuse conjonction des astres ou travail de fous furieux, une chose est sûre, Izia vient tout dynamiter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Izia en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Izia en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Izia en concert au Fil (mercredi 29 février 2012)
Izia en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mercredi 29 avril
Izia en concert au Festival Artrock 2015
L'interview de Izia (30 avril 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Izia


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=