Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pastry Case
Interview  (Paris)  12 mai 2009

Mi-mai, après plusieurs reports, nous faisons enfin connaissance avec les fameux Kütu Folk. Dans un bistrot de la rue Jean-Pierre Timbaud, rencontre avec la tête pensante de Pastry Case, Bertrand. Un jeune aussi timide que talentueux, son album Wheelchair and Jogging Suit étant sûrement l’album le plus inventif de la famille Kütu Folk.

Peux-tu nous présenter le groupe Pastry Case ?

Bertrand : En terme de création et d’enregistrement, c’est moi uniquement. Mais sur scène, Pastry Case, c’est aussi Damien alias Leopold Skin, Alex du Delano Orchestra, Emilie qui est également ma copine et parfois François de St Augustine, en fait toute l’équipe Kütu.

D’où vient ce nom Pastry Case ?

Bertrand : C’est Emilie ma copine qui l’a trouvé. C’est en fait le nom d’une œuvre d’art un peu kitsch, pas forcément très jolie, mais il fallait trouver un nom !

Quand est né le projet Pastry Case ?

Bertrand : Bonne question ! Je dirais en 2005. Je faisais déjà pas mal de choses avant, avec ou sans nom mais Pastry Case s’est formalisé en 2005-2006.

Selon de nombreux descriptifs, ton style mélange folk, pop décalée et hip-hop. Pourtant, à l’écoute de l’album et des lives, on n’a pas forcément retrouvé cet univers hip-hop.

Bertrand : En fait, je n’ai jamais vraiment écouté de folk, ni de pop, mais par contre beaucoup de hip-hop. On ne retrouve pas de hip-hop dans la forme ou dans les morceaux en eux-mêmes, mais plutôt la façon de les faire, dans la simplicité du truc et de ne pas avoir de problèmes à laisser tourner la même boucle pendant 4 minutes, puisque j’ai baigné là-dedans. C’est dans la simplicité des arrangements. Je ne suis pas musicien, je ne sais pas faire les arrangements. C’est plus dans la façon de faire, que dans le résultat.

Pastry Case est un album fait à la maison, c’est exact ?

Bertrand : Exact. J’ai enregistré dans ma chambre, qui est aussi mon bureau, mais c’est une très grande chambre !

C’est carrément un studio ?

Bertrand : Non, j’ai juste mes instruments et quelques trucs pour enregistrer… des trucs que je ramasse aux puces !

Wheelchair and Jogging Suit, c’est le nom de ton album. Pourquoi ce titre ?

Bertrand : En fait, j’ai changé le titre au dernier moment, parce que ça fait un peu pompeux mais il s’est passé des choses dans ma vie, donc voilà. Ça a un sens pour moi, j’en dirai pas plus !

Parlons alors de Kütu Folk ! Qu’est-ce que tu aimerais en dire ?

Bertrand : Je dirais que c’est plutôt une belle chose ! C’est un projet entre potes, c’est un label maintenant. Souvent dans les tous les petits labels indépendants, ce n'est pas toujours facile, il y a parfois des problèmes avec les artistes ou d’argent, on en a aussi mais nous, entre potes ça se passe bien. Ça nous a permis de sortir nos albums.

L’artwork de ton album est crédité sous le nom de Pastry Case, c’est toi aussi ?

Bertrand : Oui.

Tu es graphiste ?

Bertrand : Non non, c’est une création simplement.

Chaque album a, à l’intérieur, une carte postale représentant une œuvre issue du Fond Régional d’Art Contemporain d’Auvergne.

Bertrand : Oui, c’est un partenariat. Ce sont eux qui nous ont proposé ça et ils nous ont aussi un peu financé, ça n’a pas tout payé mais ça nous a aidé. En plus, on aimait bien l’idée, ça remplissait le CD, c’était sympa. On a pu chacun choisir dans le Fond l’image qu’on voulait.

Mais les albums sont de très belles pièces. Une jolie matière avec des coutures…

Bertrand : Oui, c’était beaucoup de travail ! Elles ont d’ailleurs toutes été faites à la main. On est allé voir toutes les couturières de Clermont parce qu’en plus, on avait beaucoup de retard. On a fait tout ça en 2 jours. On a plastiqué nous-mêmes les CDs, on a collé les étiquettes à la maison avec du café !

Il y a quelques semaines, vous avez joué au Nouveau Casino, avant même votre tournée auvergnate. Comment s’est passé ce concert parisien ?

Bertrand : Moi j’étais très content. Je n'avais pas vraiment fait beaucoup de concerts avant. Du coup, sur une belle scène comme ça, j’étais très content. Ça s’est bien passé.

Et la tournée auvergnate ?

Bertrand : Cela se passe bien aussi, c’est différent ! On joue dans des lieux complètement insolites. On a tous les publics, du troisième âge aux punks à chiens qui jettent des chaises et des bières, en passant par un public très attentif aussi. On a vraiment de tout, d’une semaine à l’autre, on ne sait pas ce qui nous attend.

D’ailleurs, comment cette tournée spécifiquement auvergnate s’est-elle présentée, organisée ?

Bertrand : C’est la Coopérative de Mai de Clermont qui nous a organisé ça. A priori, c’est quelque chose qui s’était déjà fait avant mais qui s’était arrêté. Ils ont voulu le relancer.

Vous envisagez quand même une tournée plus vaste ?

Bertrand : A la rentrée, on aimerait bien. Mais je pense que ça se fera plus au niveau des groupes eux-mêmes. Chacun fera en fonction de ses disponibilités, étant donné qu’on fait tous des trucs à côté. Ce n'est pas encore calé mais c’est prévu.

Que penses-tu de la scène clermontoise dont les médias se font de plus en plus écho ? A juste titre d’ailleurs…

Bertrand : Oui c’est bien, mais à vrai dire je ne suis pas le mieux placé pour en parler, je ne la connais pas forcément très bien ! Mais il y en a une, c’est sûr !

Est-ce que tu aimes bien aller à des concerts quand même ?

Bertrand : Oui, j’aime bien les concerts, heureusement ! Mais je n’y vais pas très souvent en fait… je suis un peu pantouflard !

Alors du coup chez toi, qu’est-ce qui tourne sur ta platine ?

Bertrand : Un truc récent, le dernier album de The Notwist, qui est vraiment très bon. Comme quoi je n’écoute pas que du hip-hop !

Y a-t-il une scène, une salle dans laquelle tu aimerais te produire ?

Bertrand : Je n’ai pas une bonne connaissance des salles de France et des festivals non plus, mais je suis ouvert à toutes propositions !

Pour finir, si tu devais choisir 3 mots pour parler de ta musique ?

Bertrand : Je vais être très promo là : Kütu Folk Records !

Bravo !

Retrouvez Pastry Case
en Froggy's Session
pour 5 titres acoustiques en cliquant ici !
 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
Pastry case en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
Pastry case en concert à Château Grange-Fort (9 mai 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Pastry Case
Le site officiel de Kütu Folk Records
Le Myspace de Kütu Folk Records

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=