Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shiko Shiko - The Berg Sans Nipple
La Malterie  (Lille)  1 juin 2009

La Malterie propose habituellement une programmation ciblée dont les tendances expérimentales attisent la curiosité du mélomane avide de sensations fortes.

Condition essentielle : abandonner au seuil de la salle toute espérance : la pop, les belles mélodies, les refrains fédérateurs sont proscrits. Le visiteur en quête de confort musical se trompe de route, et ce serait préférable qu’il ne s’attarde pas outre mesure dans de telles voies périlleuses. De la pop britannique, légère, sucrée, lisse à l’oreille lui sera proposée dans d’autres lieux où la sagesse constitue la règle élémentaire − celle du penseur timoré qui se refuse à tout basculement existentiel.

Les concerts de La Malterie s’adressent plutôt à l’aventurier de l’esprit, désireux d’en découdre avec ses préjugés et conceptions figées du rock. A trop écouter la même musique, on en devient insensible aux nouveautés ; on préfère se tenir entre les bornes rassurantes de sa propre culture ; on craint le dépassement, forcément libérateur, qui est l’exact contraire de l’ennui. Mais l’aventurier de l’esprit se positionne comme intranquille : rien ne peut apaiser sa soif de découverte. Et plutôt que d’être résolue, son inquiétude ira vers une aggravation sans retour. La musique expérimentale – celle qui sort des catégories  et classifications évidentes – s’apparente à un alcool fort dont les effets dérangent les prudences et autres facilités systématiques.

Les deux concerts de ce 1er juin furent de ceux qui bousculent les certitudes. Lori Sean Berg et Don Nino, le duo franco-américain de The Berg Sans Nipple, groupe en tête d’affiche, ont  révélé un univers où les percussions tiennent le haut du pavé.

Tour à tour discrètes, minimales, généreuses, violentes, les rythmiques se combinent subtilement avec claviers et samples hypnotiques. Les compositions électro associées à une ambiance afro-beat et légèrement cuivrée réaliseraient un alliage improbable entre un post-rock sans guitare et un free-jazz sans saxophone.

En prenant le groupe dans son ensemble, sans dissocier les deux musiciens, dont la performance technique faite de rigueur et d’insolence rythmique s’équilibre à une faible dose d’improvisation, on jurerait que la formation se compose de deux fois plus de musiciens, tant le son est dense et riche de trouvailles formelles. Les samples surprennent d’une façon constante, et la dynamique dans laquelle se pose le claviériste insuffle à la salle une atmosphère à la fois vaporeuse et énergique.

Le public autour de la scène n’hésite pas à danser de travers, voire sur place, immobile : des rythmiques carnassières se heurtent à des complications électro irrésistibles ; et la tension nerveuse de l’ensemble invite au recueillement.

En conclusion, on n’hésitera pas à se procurer le dernier album en date du groupe, Along the Quai, paru chez le label New-Yorkais Team Love, afin de retrouver les structures complexes de ce territoire musical fascinant ; tout en attendant la sortie imminente d’un prochain album sur le même label.

La première partie de la soirée, Shiko Shiko, formation française locale, a révélé un univers similaire, mais dont les traits principaux furent grossis. Il s’agissait bien là d’une introduction à The Berg Sans Nipple, accomplie sur un mode plus brutal, et bruitiste. En plus des samples, claviers et puissantes rythmiques infra-basses, des guitares percutantes prennent l’offensive.

Pour se donner une meilleure idée de ce phénomène, on peut donner la définition, en japonais, du nom du groupe : Shiko Shiko signifierait "masturbation". Vrai ou faux, qu’importe puisque cette définition semble bien résumer l’esprit du quatuor : style post-rock-electro onaniste qui privilégie davantage le plaisir brut, immédiat, purement matériel, sans complexes, plutôt qu’une jouissance progressive, nuancée, procédant de la patience, de l’équilibre entre les instruments, et du dialogue entre chaque musicien.

On avait plutôt affaire ici à un défoulement joyeux, basé sur une théâtralisation inspirée, masques et guirlandes à l’appui, où s’est exprimée une culture cyber-punk, synthétique, que d’aucuns ont jugée originale.

Mon collègue de travail, le Docteur Chort, a relevé ce procédé inventif qu’avait le groupe de raconter, du début à la fin, une histoire cohérente, dont chaque chapitre se résume à une étape instrumentale, liée à un comportement scénique – le tout agrémenté d’un humour qui contraste avec le martèlement des basses omniprésentes.

Finalement, les perspectives inventives (mégalomanes ?) de Shiko Shiko laissent envisager une suite excitante, et pourquoi pas davantage tournée vers un style symphonique, avec force violons et autres cordes engageantes…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Shiko Shiko parmi une sélection de singles (février 2011 )
Shiko Shiko parmi une sélection de singles (juillet 2012)
La chronique de l'album Best New Bestiole de Shiko Shiko

En savoir plus :
Le Myspace de Shiko Shiko
Le Myspace de The Berg Sans Nipple

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=