Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Monstres invisibles
Chuck Palahniuk 

Tout le monde connaît Chuck Palahniuk. De façon indirecte certes mais tout le monde connaît au moins une de ses œuvres dont l’adaptation cinématographique a fait l’objet d’une unanimité rare… à tel point que peu savent que Fight Club est un bouquin de Palahniuk avant d’être le film qui a tant fasciné.

Même s’il se place sur le créneau d’un genre ô combien populaire aujourd’hui, la chronique sociale fictionnelle, avec plus de fiction que de chronique, Palahniuk est à part dans la littérature US, un irascible vivant en marge de la hype US, l’évitant même. Son écriture également est unique : à la fois sèche, dure, répétitive et pourtant à priori chaotique(1).

Dans Invisible Monsters, pas d’unité de temps, juste un intervalle fini de temps dont les périodes sont aisément dénombrables. Pas d’unité de lieu non plus, mais un nombre fini de lieux qui reviennent. Pareil pour les personnages : c’est la forêt qui cache les arbres.L’histoire forme un tout cohérent. Mais elle est divisée en plusieurs phases, chacune d’entre elles étant ensuite morcelée. Les différentes unités sont ensuite distribuées dans les chapitres qui constituent le livre.

L’œuvre de Palahniuk en tant qu’assemblage semble ainsi être la réalisation statistique d’une variable aléatoire multinomiale finie dont les composantes sont le lieu, le temps et les personnages.Une espèce de cycle en quelque sorte, une boucle.

Cependant l’histoire est a priori plutôt simple : une jeune beauté est défigurée par un accident (peut être, à vous de lire) : "Des oiseaux [lui] ont dévoré le visage" .

Voilà comment Shanon expliquerait ce qui lui est arrivé. Si on le lui demandait. Parce que "cet accident" la transforme en monstre invisible, c'est-à-dire en personne tellement hideuse que nous détournons la tête dès qu’on la voit, préférant l’ignorer, si bien qu’elle devient invisible à nos yeux.

On a vraiment le sentiment que le mal s’abat sur l’innocence. Ce qui ici est relativement trompeur, puisqu’en fait il n’y a pas d’innocence dans ce récit.

Mais la réalité est encore plus terrible, innommable. Tout est chaos ici parce que "nos véritables découvertes viennent du chaos" .

Un frère défiguré – légèrement – lui aussi, indéterminé sexuellement, mort et qui ressurgit shooté aux divers médicaments neuroleptiques sous une forme surprenante. Et qui tombe amoureux de… sa sœur.

Des parents névrosés, fous à lier, rongés par le remord. Un remord morbide et contre nature qui les conduit direct à la psychose.

Un(e) meilleur(e) ami(e) riche rongé(e) par une jalousie quasi mortelle.

Un fiancé inspecteur de police indépendant (!) pervers vieillissant qui vire paranoïaque.

Une belle brochette de tarés narcissiques qui fait dire à l’héroïne : "L’être que vous aimez et l’être qui vous aime ne sont jamais, au grand jamais, la même personne".

Mais le / la plus cinglée / cinglé n’est pas celui / celle que l’on croit. Le suspens est maintenu jusqu’à la fin.

Bref, dans ce récit, il n’y a pas d’espace pour la beauté mais un gouffre pour l’horreur, la souffrance et surtout, surtout, pour l’impensable.

 

(1) Chaotique est à prendre au sens mathématique du terme : un désordre pourtant organisé, régi par certaines lois.


Olivier K         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=