Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erase- E (X)
Théâtre des Abbesses  (Paris)  juin 2009

Pièce chorégraphique conçue par Johanne Saunier et Jim Clayburgh, avec The Wooster Group, Anne Teresa De Keersmaeker, Isabelle Soupart, Kurt d'Haeseleer, Georges Aperghis et Johanne Saunier.

A la fois Hérésie, et effacer l'ancien, le programme de Johanne Saunier se développe en 6 partie élaborée sur 3 ans. Pendant douze ans, Johanne Saunier a collaboré comme danseuse au sein de la troupe Rosa, dirigée par la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker. En quittant cette troupe, elle tend à affirmer sa propre personnalité de chorégraphe et danseuse.

Après une entrée en scène discrète, l'éclairage recréant une atmosphère de lumière naturelle, en survêtement Johanne Saunier s'échauffe, seule en scène, quelques minutes. Puis elle troque le survêtement pour une robe beige. Le portant avec les accessoires du spectacle est à droite de la scène.

Partie 1 :
Les lumières se font plus rasantes. Une scène extraite du "Mépris" de Jean-Luc Godard, le fameux dialogue d'ouverture entre Bardot et Piccoli "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses? Et mes cuisses, tu les aimes mes cuisses?", passe en boucle sur la musique de George Delerue. Les mouvements de Johanne Saunier, d'abord saccadés, s'étirent dans la longueur, du temps et de l'horizontalité, au rythme des questions de Bardot sur son physique. Jusqu'à ce que se crée une résonance entre la voix féminine et les mouvements de la danseuse. Des capteurs sont attachés à ses bras, un micro sur la bouche amplifie les bruits de souffle de l'effort.

Partie 2 :
La robe beige est troquée pour une robe blanche. Sur une chorégraphie d'Anne Teresa De Keersmaeker, rentre dans une transe sur des rythmes indiens. Le mouvement, qui finit alangui dans la première partie, se fait dynamique, tonique, tournoyant, tout en impulsion. Tout ceci est très agréable, dynamique, explosif.

Le passage à la chanson "Jolene" de Dolly Parton, est brutal, surprenant, presque désagréable tellement Johanne Saunier avait auparavant emmèné le spectateur dans son univers hypnotique. J'aime beaucoup le chanson de Dolly Parton, mais malheureusement je n'ai pas compris ce passage entre la transe d'un individu, et ce morceau qui parle de couple. De plus, la chorégraphie perd le dynamisme qui en faisait l'intérêt. Fin en queue de poisson. Dommage.

Partie 3 :
Charles François, rentre sur scène. En costume d'agent du FBI (sont-ce les lunettes noires ou les "ok, ok, ok!" qu'il prononce régulièrement ?), il monologue dans un micro, comme s'il parlait à son QG. Ceci sert à détourner l'attention du spectateur de Johanne Saunier qui est en train de se changer, et d'enfiler une tenue de stretching. La partie dansée (ou roulée) avec Charles François, est légère, agréable, parodiquement sur le mode de la séduction. A l'entracte, je quitte la salle agréablement surpris parce que j'ai vu.

Partie 4 :
Au retour, les choses se gâtent un peu. Une caméra surmontée d'une lampe a été amenée sur scène. Au dessus, un écran tendu, permettant de voir en noir et blanc ce qui est filmé, incrusté entre d'autres vidéos. Des bruits de voiture, des lumières rasantes qui évoquent les phares. La musique d'Angelo Badalamenti, on est dans une interprétation dansée de "Mullholland Drive", un hommage à David Lynch dont l'atmosphère lourde est bien retranscrite. Cependant, une fois le décor planté, l'atmosphère bien rendue grâce aux lumières et à la musique, quelques clés données par la robe rouge, ou la perruque blonde, se distille chez moi une impression de quelque chose de répétitif, comme un film dont on aurait oublié un nœud scénaristique. Je m'ennuie, et j'attends la cinquième partie.

Partie 5 :
Johanne Saunier est rejointe sur scène par deux danseuses. Anna Massoni et Julie Verbinnen, l'une en robe verte, l'autre en robe noire. Entre les danseuses s'instaure un échange de mots et de bouts de phrases, répétées comme dans certaines pièces de Steve Reich. Il se crée donc une musique, une mélodie, par la gorge des danseuses. Il s'agit d'un "texte musical" (?) de Georges Asperghis. Les trois danseuses, par la chorégraphie aussi, se complètent tout en ne rentrant pas dans une chorégraphie d'échange. Elles terminent assises, dos au public, le nez collé sur l'écran qui est descendu jusqu'à effleurer la scène. Le tableau est beau, l'ensemble gracieux, le principe intrigant et intéressant.

Partie 6 :
La danseuse à la robe noire s'éclipse, s'efface, s' "erase". Le principe de cette dernière partie continue comme la précédente, la litanie de mots en moins. Et là encore, comme dans la partie 4, malgré la grâce des danseuses, j'ai l'impression que le film tourne un peu en rond, que cette partie finalement n'amène pas grand-chose à l'ensemble.

Au final, sur les presque deux heures de spectacle, l'ensemble est très riche, bourré d'excellents moments mais que j'ai du mal à relier entre eux. Parfois aussi l'attention du spectateur tend à se déliter dans des passages qui semblent une redite.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=